Facebook va prochainement utiliser les « j’aime » ou « je n’aime plus » pour vous proposer des publicités ciblées en dehors de Facebook. Un mouvement qui confirme que Facebook va lancer son réseau publicitaire étendu.

Adsense est la régie publicitaire de Google qui utilise les sites Internet comme support publicitaire. Contrairement aux publicités textuelles qui s’affichent dans ses pages de résultats, les annonces diffusées par Google sur des sites tiers sont souvent des bannières ou des vidéos. Facebook a récemment fait évoluer ses règles liées à la protection de la vie privée et de gouvernance, confirmant ainsi agréger et partager les données d’activité de ses membres avec les annonceurs. Facebook confirme le faire non seulement dans son réseau mais également sur des sites extérieurs.

En effet, Facebook va prochainement utiliser les « j’aime » ou « je n’aime plus » pour vous proposer des publicités ciblées en dehors de Facebook. Un mouvement qui confirme que Facebook va lancer son réseau publicitaire étendu, un élément certainement essentiel pour assurer la pérennité du groupe dont le cours de bourse est chahuté depuis son introduction au premier semestre 2012.

fecebook Facebook va lancer son réseau Adsense

Facebook va arrêter le processus mis en place de vote pour améliorer sa gouvernance. Processus qui demandait un soutien d’au moins 30% des utilisateurs avant d’envisager un changement significatif. Problème, le dernier vote a eu un taux de réponse particulièrement faible avec seulement 0.03% de participation (340 000 personnes). A la décharge de Facebook, avec 1 milliard de comptes, cela demandait 300 millions de votants, soit plus de 2 fois plus que pour l’élection du Président Américain (120 millions de personnes).

Les publicités Facebook vont vous suivre partout sur Internet

C’est la quadrature du cercle pour Facebook : rassurer les investisseurs en faisant plaisir aux annonceurs sans faire fuir les utilisateurs. Facebook subit donc une forte pression pour sortir une stratégie mobile pertinente notamment suite à la forte chute du taux de clic sur les annonces classiques. De plus, les « sponsored stories » sont très critiquées et pourraient même devenir illégales en Norvège. Ce nouveau réseau que met Facebook en place et qui permettra d’utiliser les informations recueillies dans Facebook pour proposer des publicités à l’extérieur est un nouveau moyen pour essayer de compenser les déficiences du système interne. Cette annonce a déjà rassuré quelques investisseurs de la Silicon Valley, à condition qu’elle soit menée convenablement.

Un réseau publicitaire externe est indispensable, Google l’a prouvé avec Adsense. Selon les plus optimistes, les revenus publicitaires de Facebook pourraient doubler avec ce système. Soit faire passer Facebook de 5 à 10 milliards de dollars annuels. Voire plus si Facebook peut attirer de nouveaux annonceurs.

Facebook a déjà tenté une première approche dans cette direction avec les « Sponsored Stories » sur Zynga. Le responsable de la vie privée chez Facebook a déclaré à Forbes magazine: « Tout ce que vous dîtes et faites sur Facebook peut être utilisé pour vous proposer de la publicité. Notre politique précise que nous pouvons vous proposer des publicités en dehors de Facebook sur la base des données que nous avons sur Facebook ».

Instagram, la première cible ?

La première conséquence de ce nouveau système devrait se traduire par l’arrivée de la publicité sur Instagram, permettant ainsi de rentabiliser les 735 millions investis pour acquérir le service de partage de photo.  Le système devrait ensuite être étendu aux sites partenaires. De par son fonctionnement, Facebook dispose de la meilleure information sur le comportement de ses membres.

Facebook confirme être le principal challenger de Google

Google a généré des milliards de revenus publicitaires en montrant aux internautes des publicités pertinentes par rapport à leurs recherches. Facebook dispose d’informations beaucoup plus précises sur ses utilisateurs et pourrait donc être un challenger de poids pour Google.