Far Cry 4 : bienvenue sur le génialissime « Gran Himalaya Auto »

Bienvenue à Kyrat. Ubisoft sort Far Cry 4, un FPS monumental dont vous ne reviendrez pas indemne.

Nous arrivons à une période de l’année où, en règle générale, les dernières vacances semblent véritablement trop loins… et le prochain voyage n’est pas encore à l’horizon. On va le dire sans détour : vous avez besoin de dépaysement. Voilà une bonne nouvelle pour vous : cette année, le dépaysement ne coûtera que 60€ et se présentera sous la forme d’un billet aller simple pour Kyrat, terre d’accueil de ce Far Cry 4.

far cry 4 logo

Un grand frère pour Far Cry 3

Si vous lisez cet article, hésitant savoir si oui ou non vous devez acheter Far Cry 4, c’est probablement parce que vous n’avez pas joué à Far Cry 3. Parce que si vous aviez participé à l’aventure précédente, vous n’auriez aucun doute sur la nécessité de l’acheter. En effet, Far Cry 3 était une excellente surprise, un bonheur vidéo-ludique.

Tant et si bien que ce Far Cry 4 faisait face à un vrai défi… arriver au moins au même niveau que son prédécesseur.

far cry

Autant vous le dire tout de suite, ce nouvel opus a relevé ce défi avec brio : il s’agit d’un excellent jeu.

Il ne faut pourtant pas s’emballer, mon sous-titre le désignait comme le « grand frère » de Far Cry 3, et c’est exactement ce qu’il est. Si le passage du 2 vers le 3 était une vraie révolution (le 2 n’étant pas à conseiller aujourd’hui d’ailleurs), le passage du 3 au 4 est plus léger. Graphiquement parlant pour commencer, si Far Cry 3 poussait la PS3 ou Xbox 360 dans ses retranchements, le 4 utilise gentiment les capacités de la Xbox One ou PS4. On ne peut pas mentir, les paysages sont véritablement magnifiques. Mais le passage d’une génération à une autre n’est pas encore un grand bond en avant. En terme de mécanique également, de très nombreuses améliorations ont été réalisées sans amener de bouleversement cataclysmique dans la série. Est-ce qu’il s’agit d’une déception ? Pas réellement. Quand on voit le plaisir apporté par Far Cry 3, arriver à renouveler l’expérience avec le 4 est déjà largement suffisant pour justifier son achat.

far cry 4

Bienvenue à Kyrat

Au niveau de l’histoire, Far Cry 4 va s’approprier les grandes lignes de son prédécesseur avec l’arrivée du personnage principal dans une contrée reculée et sauvage, la rencontre immédiate avec un méchant diablement charismatique, l’adhésion à une rébellion locale dont il devient le héros.

La différence ? Là où le personnage principal de Far Cry 3 était un jeune venu faire la fête avec ses amis, pris entre deux feux d’une guerre qu’il ne comprenait pas, Ajay Ghale est un jeune homme qui vient à Kyrat pour ramener au pays les cendres de sa défunte mère, pour découvrir que ses parents étaient les leaders de la résistance au régime. On va perdre un peu en identification et proximité avec le héros, pour gagner en profondeur. A nouveau, nous sommes dans une quête initiatique, qui est cette fois de surcroît une quête d’identité. L’univers du jeu est crédible, riche, immense. De très nombreuses heures seront nécessaires pour parcourir l’ensemble de la carte (à pied, en voiture, en hélicoptère, en deltaplane, etc.) et réaliser les missions secondaires, trouver les objets cachés,  éliminer un à un les camps ennemis (et même les forteresses ennemies).

far cry pagan min

Et si la quête principale est globalement linéaire (avec un cheminement logique), vous pouvez choisir de faire les missions proposées par l’un des personnages d’après vos envies, ou même de faire des missions secondaires pendant 10 heures d’affilée avant de revenir à la quête principale.

Concernant la notion de « linéarité », il faudra d’ailleurs contre-balancer cette information, puisque vous serez régulièrement mis face à un choix. Amita et Sabal sont tous deux à la tête de la rébellion mais se disputent sans cesse. Ils prennent alors Ajay à partie, lui demandant de faire un choix. Attention, il ne s’agit pas d’un choix comme dans les Infamous où la décision est trop simple (faire le bien ou faire le mal), mais des décisions avec bien plus de ramifications… de vrais dilemmes où il faut soupeser le pour et le contre dans chacun des cas (sacrifier la vie de quelques frères d’armes pour récupérer des informations cruciales).

far cry shangri la

Le monde de Far Cry 4 est ainsi riche, complexe, massif. L’équipe du jeu a créé toute une mythologie (inspirée du Bouddhisme), jusqu’à nous envoyer réaliser des missions à Shangri-la, lieu légendaire où vous êtes accompagné d’un tigre mystique. Les équipes d’Ubisoft rassemble donc des éléments ultra-réalistes, oniriques, mythologiques, drôles (Far Cry est connu pour son esprit un peu barré) dans un cocktail détonnant qui embarquera pour de très nombreuses heures.

On aime

  • L’immensité et la richesse de l’univers
  • La liberté ressentie
  • Le gameplay riche
  • La durée de vie
  • La possibilité de faire de vrais choix

On n’aime pas

  • Aurait pu se détacher davantage de l’univers de Far Cry 3
  • Le présentateur radio qui se répète sans arrêt et les musiques répétitives
  • Perdre sa vie sociale à cause d’un jeu aussi prenant

Au final, ce Far Cry 4 est l’un des meilleurs jeux de cette fin d’année. Un vrai bonheur.

Disponible sur Xbox One, PS4, Xbox 360, PS3 et PC.


5 commentaires

  1. Quand je lis cet article, j’ai l’impression que l’auteur n’a pas joué beaucoup à Far Cry 4.
    Les choix que l’on peux y faire n’ont pas du tout la ramification annoncé, une fois la mission fini on retourne sur l’histoire sans prise en compte du choix d’avant.
    Et bien que l’univers soit évidement très riche et très profond on se détache énormément du scénario dans cet opus tant le rappel est faible. Point de personnage charismatique à la Vaas de Far Cry 3 qui fait à lui seul la popularité du jeu.
    Dans les « on n’aime pas » Il n’y à qu’un animateur radio et pas plusieurs, encore un signe que l’auteur à pas du aller loin dans le jeu car une des missions nous l’explique.
    En lisant l’article, on dirait une publicité déguisée en article pour ce jeu, même si il est vrai qu’il est sublime graphiquement, et très prenant, mais tout de même bien en dessous de l’immersion de Far Cry 3.

  2. Valentin-Pringuay on

    @Jonny : Je peux t’assurer y avoir joué bien plus que ne voudrait l’admettre quelqu’un ayant une vie active ! Et en effet, un présentateur, ce n’est pas un preuve, juste une erreur d’inattention (c’est corrigé).

    Et « pas de ramification » ? Moi je suis retourné voir Amita après avoir choisi contre elle à plusieurs reprises pour la retrouver en larmes, me reprochant mes choix, etc. Si cela ne signifie pas qu’il y a 20 fins différentes suivants les choix, je trouve que les choix sont plus difficiles à réaliser que dans la plupart des jeux « Ã  choix » (retour sur Infamous).
    Ensuite, je trouve que Pagan Min a un bon charisme, que l’on est quand même bien immergé. En effet, on peut moins accrocher à l’histoire… comme je le dis justement dans mon article.
    Mais là on entre dans l’opinion personnelle, j’ai donné la mienne, tu as donné la tienne… tu n’es pas obligé de remettre en question l’intégralité de l’article pour ça non ? 🙂

  3. Quoi qu’il en soit ce jeu est terrible. Je défi quiconque de dire le contraire et de le prouver. Il n’y a pas de révolution par rapport à son aîné mais il est difficile de faire mieux que le 3 en terme d’immersion hormis quelques nombreuses améliorations comme le grappin et le gyrocoptere pour ne citer qu’eux.

  4. Salut,

    je te rejoins complètement. En fait ce Far Cry 4 est tellement bon et soigné qu’il me fait l’effet d’un nouvel épisode riche de sa propre personnalité tout en intégrant ce qu’il y avait mieux dans le 3 sans oublier d’approfondir un gameplay déjà très au point qui annonce de nouvelles possibilités pour un prochain épisode. J’avais décidé de boycotter les jeux Ubi pour plusieurs raisons, mais je ne regrette vraiment pas d’avoir cédé, c’est un de leurs meilleurs jeux et de surcroît un monde ouvert parmi les plus vivants que j’ai exploré (et j’en ai fait un paquet !) rivalisant avec Skyrim et Red Dead Redemption et détrônant facilement GTA V qui a des leçons à prendre question gestion des évènements aléatoires.

  5. Red Dead Redemption?
    Holas faut pas pousser non plus !!

    Red Dead Redemption a une âme et une atmosphère rarement égalée dans un jeu de ce type. Entre les personnages hauts en couleur qui ont presque chacun leur histoire à raconter, les lieux infiniment plus variés sur une plus petite carte comparée à FC4, on ressent quand même un pincement au coeur une fois arrivé à la fin du jeu (ce qui n’a pas été du tout mon cas pour FC4..)
    Une des seules choses de grande qualité qu’on pourrait comparer entre les 2 est la bande son, qui chacune à sa manière remplie parfaitement sa fonction.

    Far Cry 4 indépendamment de son prédécesseur est un bon jeu. Mais pour ceux qui ont joué au 3 le sentiment de réchauffé et de fainéantise de la part d’Ubisoft est inévitable. Far Cry 3 était vraiment bon, au dessus du 4, et c’est bien dommage parce que depuis hauteurs de l’Himalaya il y avait beaucoup de choses intéressantes à faire. Mais non, Ubi préfère nous pondre un ersatz sur une recette qui marche sans apporter grand chose, le niveau zéro de la prise de risque.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
free
Logiciel libre : le point de basculement

Se libérer de Google et des tentacules des géants du Web et de leur boulimie de données personnelles pour "passer...

Fermer