Faut-il continuer à faire du marketing sur Facebook ?

Avec plus d’un milliard de comptes ouverts, Facebook est le réseau social par défaut d’à peu près un internaute sur deux. Mais la réalité d’un réseau social et de son fonctionnement est valable à un moment donné. Impossible de dire ce qu’il en sera quelques mois plus tard.

Avec plus d’un milliard de comptes ouverts, Facebook est le réseau social par défaut d’à peu près un internaute sur deux. Même si Google s’enthousiasme des progressions récentes de Google+, on est encore loin de l’addiction à Facebook. A tel point que Facebook a quasiment fait le plein dans bon nombre de pays et ne peut plus y faire progresser son nombre d’utilisateurs.

En dehors des réseaux sociaux, Facebook a modifié de nombreux usages puisque les plus jeunes communiquent prioritairement via Facebook et non plus par mail. Dès qu’on parle réseaux sociaux en entreprise, que ce soit pour du marketing, de la communication, des RH… le sujet Facebook se présente systématiquement. Il arrive encore qu’on se demande que faire sur Facebook ou comment y être présent sans s’interroger sur sa pertinence dans son domaine.

On voit même une frénésie au post Facebook où on est prêt à publier n’importe quoi dans l’espoir de réussir à capter un minimum d’attention. Il y a quelques mois, il suffisait encore de publier du contenu intéressant 3 à 4 fois par jour. Les fans commentaient, « likaient », partageaient et c’était suffisant pour apparaître sur les murs de ses fans. Malheureusement Facebook a modifié les règles. En deux temps. D’une part, juste avant son introduction en bourse Facebook a fait évoluer son algorithme (Edgerank) avec le « reach generator » et d’autre part en Septembre dernier en en modifiant les règles. L’Edgerank est ce qui détermine quels posts apparaissent sur quels murs (la limite actuelle est de 15% : les posts d’une marque ne peuvent atteindre plus de 15% de leur base de fans).

facebook reach Faut il continuer à faire du marketing sur Facebook ?

Facebook continuera de changer les règles

La réalité d’un réseau social et de son fonctionnement est valable à un moment donné. Impossible de dire ce qu’il en sera quelques mois plus tard. S’imaginer que les règles du jour resteront les mêmes est totalement illusoire. On l’a vu cette année, avec les changement de l’algorithme de Facebook :  les règles ont évolué et le reach a baissé. Coincé par la pression des marques qui veulent être plus présentes, celle des actionnaires qui veulent plus de cash et celle des particuliers présents qui ne veulent pas être trop spammés, il est fortement probable que les règles continuent d’évoluer.

Facebook sera de moins en moins gratuit

Depuis son introduction en bourse, Facebook doit être rentable et la seule possibilité d’y arriver c’est la publicité. Comme je l’indiquais il y a quelques mois, Facebook risque de faire fuir un certain nombre de TPE/PME qui n’auront pas nécessairement les moyens de payer pour être vues.

Google+ n’a pas la même contrainte puisque Google Adwords / Adsense est une véritable poule aux œufs d’or.

Sous la pression de ses actionnaires, Facebook n’a pas d’autre choix que de monétiser toujours plus sa plateforme. D’autant qu’il va falloir amortir le milliard dépensé pour acquérir Instagram. Il est donc fortement probable que la publicité débarque rapidement sur le mobile.

Vous n’êtes pas propriétaire de votre compte Facebook

Les règles de Facebook sont claires : on n’est pas propriétaire de sa Page. C’est un espace que Facebook met à disposition en fixant ses règles. Investir tout son budget dans Facebook c’est comme construire votre maison sur un terrain qui ne nous appartient pas avec un propriétaire qui change d’avis et de règle sans vous prévenir. Récemment une page Facebook de 800 000 fans a été fermée sans que Facebook n’en donne la raison. Ce n’est pas le premier cas, d’autres clients l’ont vécu en France. Être trop dépendant de Facebook, c’est prendre le risque d’une fermeture et d’une forte chute conséquente du trafic du site. Ne pas oublier que si le cas se produit, Facebook n’a pas de centre d’appel.

Vous n’êtes pas propriétaire de votre contenu

Facebook est l’une des principales bases de données de photos dans le monde avec en moyenne 300 millions de photos postées chaque jour. Selon les règles de Facebook, ce contenu ne vous appartient pas. Facebook n’est pas un simple disque de sauvegarde de photos ou vidéos. Si votre compte est fermé une fois vos photos mises en ligne…

Faut-il pour autant arrêter d’utiliser Facebook dans son marketing ?

Les réseaux sociaux, dont Facebook, continuent d’être un excellent levier  pour votre marketing. Mais il ne faut pour autant pas s’y jeter sans réfléchir et essayer de rester maître de ses actifs.  Facebook peut être un excellent outil marketing (en BtoC ou en BtoB) ou pour le recrutement, mais il est important de s’y lancer en connaissance de cause.

19 commentaires

  1. Je trouve paradoxal de soulever que le contenu sur facebook appartient à Facebook et de voir les commentaires de Presse Citron être gérés par facebook…

  2. Eric

    @bastien : les commentaires de Presse-citron ne sont pas gérés par Facebook puisque j’ai volontairement laissé le choix, la preuve. Et puis ce n’est pas parce-que nous énonçons des faits objectifs dans un article que nous devons changer notre comportement en fonction de ceux-ci.

  3. Perso je crois plus trop à Facebook. Je pense que pour les sites, il faut proposer l’attirail qui va avec : boutons, abonnements… mais il ne faut pas faire une présence permanente qui peut être très coûteuse en temps.

  4. Voici un article qui confirme ce que j’ai toujours dit : personne n’est propriétaire de ses contenus sur les réseaux sociaux et autres plateformes de curation. Vous pouvez, pour x ou y raison être banni du jour au lendemain de ces sites et tout perdre.
    C’est pourquoi, il est toujours utile pour une entreprise de privilégier un blog pro en vue de créer soi-même sa propre communauté.
    Quant aux règles du jeu, Facebook n’est pas le seul à les changer en cours de route. Google en fait autant tant pour son moteur que pour son réseau social Google+.
    Mais, il faut leur accorder le fait qu’avec les nouvelles fonctionnalités incessamment intégrées, pour le « bien » de leurs utilisateurs, ils sont obligés de modifier les CGU afin de les adapter à ces nouvelles fonctionnalités.
    Par conséquent, les règles du jeu ne seront jamais gravées dans du marbre. CQFD !

  5. Cela dit, j’ai apporté ma contribution à des commentaires dernièrement et ils n’apparaissent pas, il n’y aurait pas un bug entre les 2 systèmes de publication par hasard ? C’est aisni depuis l’installation de facebook sur les commentaires.

  6. Je n’ai plus confiance en Facebook depuis la fermeture le mois dernier d’une de mes pages. La page avait 2 ans et plusieurs milliers de membres « sains » ;-) Que du contenu perso dessus et hop page supprimée sans explication et surtout sans possibilité d’en avoir. C’est cette opacité qui est problématique.

  7. Excellent article de Jeff Bullas a l’origine avec lequel je suis bien d’accord. J’ai écrit cet article : http://www.webmarketing-consei.....rise-.html pour montrer à quel point les règles ont changé.

    Pour ceux qui sont présents sur Facebook depuis longtemps c’est encore intéressant malgré la chute drastique de l’audience. Pour ceux qui commencent à peine, il est quasiment impossible d’émerger.

  8. Bon, vu que mon dernier poste est passé, je me dois de rectifier par politesse c’est la moindre des choses, j’ai constaté le soir plusieurs fois que les commentaires malgré qu’ils puissent être constructifs (enfin c’est mon humble point de vue !) ne passaient pas toujours dans le fil de la discusion. Je me suis donc demandé, sil n’y avait pas une alternance horaire de publiication entre les 2 systèmes. Ce qui cela dit ne me gêne pas du tout si on le sait d’avance.

    Pour en revenir à l’article, je le trouve excellent, peut-être aussi parce que je pense exactement la même chose. Pour être visible il faut louer sa place de parking. Certes on peut le comprendre puisque l’on est dans un monde économique digital ou pas d’ailleurs. Mais tout le monde ne peux pas sortir son porte monnaie pour s’exprimer auprès d’un large auditoire. On est désormais très loin, d’un internet libre, ouvert et gratuit ! et on regrette la belle époque des années 2000 et peut-être bientôt celle un peu plus lointaine du crieur public,

  9. Ces études ne sont pas nouvelles, annoncer sur facebook est une perte d’argent, le taux de conversion est ridicule.
    Et pour ce qui est du nombre de fans d’une page, l’impacte sur la notoriété de la marque est quasi nul.
    On ne parle pas de tous ces sites web qui ont délaissé leur propre domaine pour créer leur page, pour finalement voir leur activité réduite à réant…
    Sans parler du tracking (et plus si affinité…) dont dispose facebook sur les visiteurs de votre site (si vous avez eu le malheur de mettre le bouton j’aime).
    Je ne dis pas qu’il ne faut pas être sur Facebook, mais que les entreprises n’ont rien vu venir et encore aujourd’hui n’ont vraiment rien compris sur comment utiliser ces plateformes.
    Une entreprise c’est fait pour gagner de l’argent pas pour faire du social, donc c’est pas un réseau social de ce genre qui va aller avec cet esprit…
    Les plateformes webs, les vraies, sont celles qui ont compris ça :)
    Pas pour faire de la pub, mais vous pouvez jeter un oeil sur :
    http://www.tribway.com , http://www.swoax.com

  10. facebook est gratuit (et le restera). C’est la première chose qui est indiqué lorsque l’on s’inscrit sur ce réseau. Mais depuis son entré en bourse Facebook perd chaque jour du terrain.

  11. Je pense personnellement qu’il ne faut plus passer trop de temps pour faire vivre les pages fans, mais en revanche il est évident que si on arrive a faire buzzer et partager ses contenus sur facebook, cela reste un excellent moyen marketing.

  12. J’ai été informée récemment que tous mes abonnés n’étaient pas informés de mes posts. Ceci dans le but de me pousser à payer pour promouvoir ma page. Personnellement je n’y vais pas tous les jours. Seulement quand je publie des articles ou organise des concours.

  13. C’est bien dommage que Facebook s’oriente vers ce modèle la, je comprends que la rentabilité est essentielle à ses yeux, mais ils devraient faire plus attention à ne pas décevoir ses utilisateurs actifs et réguliers. J’ai moi-même sur une de mes pages eu une offre de diffusion à l’ensemble de la liste des fans à plus de 300 $ !! Bon c’est vrai qu’il y a plusieurs centaines de milliers de fans, mais bon… :)

  14. Article très intéressant.

    Il est normal que Facebook essaie de rentabiliser son trafic, c’est le modèle le plus simple des sites qui produisent du contenu (comme presse citron par exemple).

    La différence principale avec Adwords, c’est que les gens qui sont sur Facebook y sont pour des raisons totalement diverses (photos, event, messages). Adwords crée de la valeur en affichant aux internautes qui cherchent un produit une publicité relative à ce produit au moment où ils le cherchent. C’est cette simultanéité entre l’offre et la demande qui permet d’obtenir de bons taux de transformations. Sur facebook, la publicité pour un produit peut se faire par l’intermédaire de paramètres de ciblage me direz vous. Mais est-ce vraiment intelligent? Après tout, j’ai beau avoir liké la page « Starbucks », je ne vais pas acheter de café sur facebook, c’est un peu pareil pour les produits apple ou autres finalement.

    Aujourd’hui on constate en revanche qu’il y a de plus en plus de publicités pour des sites de rencontres. C’est certainement parce que de nombreuses personnes sont un peu là pour épier leur réseau. Finalement, le pendant logique de l’exhibitionnisme dont font preuve certaines personnes, c’est le voyeurisme des autres. Alors on regarde, une photo, deux photos, puis hop un site de rencontre. Cela dit, je ne critique pas les sites de rencontre, je pense que ce sont eux qui ont les meilleurs ROI et je pense que ce sont eux qui ont les meilleurs opportunités actuellement (sans compter ce qui se pourrait se faire avec quelques enrichissements du ciblage).

    Du côté de chez Facebook, on sent que les chefs de produits se cherchent, ils sont d’ailleurs très friands de retour annonceur. Malheureusement, leur problème à mon sens reste qu’ils raisonnent toujours en pensant « fan ». Un fan, ça n’est pas un client, ça ne vaut rien en soi, cela n’a de valeur que s’il y a de l’engagement. Pour ce faire, il faut alors animer sa page, bref produire du contenu… pour drainer du trafic sur Facebook? Autant alors leur faire directement sur son propre blog plûtot que d’enrichir le terrain du voisin comme j’ai pu le lire, à juste titre plus haut.

    Bref, ils ont encore pas mal de taf!

  15. C’est la dépendance totale à un service dont il faut se méfier et pas de facebook. Sur ma page, je ne m’est qu’une partie du contenu de mon blog. Et je garde toutes mes données au cas ou.
    Eh oui facebook doit devenir rentable.

  16. Valerie Payotte on

    Selon moi Facebook peut encore avoir sa place dans une campagne marketing en BtoC a condition de prévoir un budget pour la publicité payante. Ça reste le reseau social qui rejoint le plus grand nombre d’internautes. Cependant il ne faut pas miser toute sa stratégie sur un seul outil surtout quand celui ci change les règles du jeu a volonté. Et je ne le recommande plus du tout a mes clients dans une stratégie en BtoB pour laquelle on va plutôt privilégier Twitter, Viadeo, LinkedIn et le Blogging. En résumé, Facebook comme outil oui mais Facebook comme principal vecteur de sa communication non!! Plus maintenant.

Lire les articles précédents :
Yahoo! Mail s’offre une refonte sur toutes les plateformes

Yahoo! vient d’annoncer sur son blog, par la voix de sa directrice générale Marissa Mayer, la refonte complète de son...

Fermer