Feedly délaisse Google OAuth au profit de Google+ Sign-In

Feedly est sans aucun doute la plateforme qui a le plus profité de la disparition tragique de Google Reader. Afin de faciliter la transition vers son propre service, la société avait opté pour un système d’identification basé sur le protocole OAuth. Elle a cependant décidé de changer son fusil d’épaule, avec un nouveau système basé cette fois sur Google+ Sign-In.

Feedly et Google+ Sign-In

Dévoilé en février dernier, Google+ Sign-In a pour ambition de concurrencer deux autres systèmes d’identification très populaires proposés par Twitter et Facebook. Le concept est assez simple à saisir puisqu’il s’agit tout bonnement de permettre à un internaute de s’identifier sur un service ou une plateforme à l’aide de son compte Google+, et donc de s’affranchir de l’inscription habituelle par formulaire.

Contrairement à l’identification basée sur un compte Google traditionnel, Google+ Sign-In intègre de nombreuses fonctionnalités dites sociale. L’internaute pourra ainsi définir avec précision les autorisations données à la plateforme exploitant la technologie. S’il le souhaite, il pourra par exemple limiter l’accès à ses données personnelles, et à certains de ses cercles. Les possibilités sont nombreuses, et vous pouvez en apprendre davantage sur cette API en vous rendant à cette adresse.

Plusieurs grands noms du web soutiennent l’initiative de Google. C’est notamment le cas de The Guardian, de Shazam ou de Fancy.

Feedly, a son tour, a décidé de mettre en place ce système sur la version web de son lecteur de flux. Cette nouvelle méthode d’identification sera implémentée dans ces prochaines heures et son déploiement sera progressif. Les applications iOS et Android en profiteront également, avant la fin du mois de novembre. De nouvelles options feront leur entrée dans la foulée, afin que nous puissions partager plus facilement du contenu avec nos cercles. La société ne s’est cependant pas étendue sur leurs possibilités et il faudra attendre qu’elles soient mises en place pour savoir de quoi il en retourne.

Tout le monde ne disposant pas forcément d’un compte Google+, Feedly s’intéresse également à d’autres méthodes d’identification. Ses développeurs seraient actuellement en train de tester, en interne, les solutions proposées par Twitter, Facebook et… WordPress. Cet été, dans la torpeur du mois d’août, Automattic a effectivement levé le voile sur une solution de ce type, une solution mise en place sur Akismet, VaultPress et PollDaddy.

Aucune date annoncée pour ces derniers, en revanche.

Via


6 commentaires

  1. Déploiement progressif? Je fais partie des utilisateurs de Feedly qui n’ont pas été informés en avance; du jour au lendemain tu dois choisir entre créer un compte Google+ ou rester à la porte sans même avoir la possibilité de faire un backup de tes feeds.
    Pas question pour moi d’accepter ce genre de chantage. C’est vraiment malhonnête comme façon de faire, en particulier pour ceux qui ont payé pour avoir un compte pro. Feedly aurait mieux fait de penser à intégrer d’autres méthodes d’identification avant de procéder à ce changement!

  2. Progressif, dans le sens où tous les utilisateurs ne l’ont pas chez eux. Il n’est pas encore arrivé sur mon compte, par exemple.

    Sur le fond, en tout cas, tu n’as pas tort. « Forcer » ses utilisateurs, et à plus forte raison ses clients, n’est pas le meilleur moyen de leur donner envie de rester. D’autant que des alternatives solides existent.

  3. Je suis totalement lavis du dessus. Feedly prend en quelque sorte en otage les flux car on est maintenant oblige de créer un G+ pour importer ses flux opml.

    De plus si on ne souhaite pas passer à G+ , aucune solution alternative est proposée .

    Bye bye feedly, je vais voir ailleurs

  4. Ils nous ont entendu, marche arrière en cours . source : comments du blog feedly

  5. Génial… je m’en suis rendu compte tout seul ce matin lorsque j’ai souhaité me connecter, sachant que Google + est interdit sur mon poste et bien je ne peux plus me connecter 🙂

    Dommage Feedly je t’aimais bien mais je vais chez la concurrence !

Send this to friend

Lire les articles précédents :
orange stephane richard
Orange veut se présenter comme le premier opérateur télécom de l’ère internet

Compte rendu du Show Hello, la grande présentation de Stéphane Richard (PDG d'Orange) où il a dévoilé les plans à...

Fermer