Flappy Bird : 50 000 dollars par jour pour son développeur

Envie de devenir riche ? Laissez tomber vos études de médecine, et contentez-vous de développer des jeux sur iOS ou Android.

Flappy Bird. Ce nom ne doit pas vous ĂȘtre totalement inconnu, pas si vous trainez souvent vos guĂȘtres numĂ©riques sur les rĂ©seaux sociaux du moment. Et c’est bien normal puisque ce dernier fait le buzz depuis le dĂ©but de la semaine. Si l’on en croit les chiffres dont on dispose, il aurait ainsi Ă©tĂ© tĂ©lĂ©chargĂ© plus de 50 millions de fois depuis son lancement et il rapporterait Ă  son dĂ©veloppeur, en moyenne, 50 000 dollars chaque jour grĂące Ă  la publicitĂ© intĂ©grĂ©e.

Revenus Flappy Bird

Oui, 50 000 dollars… par jour. A titre de comparaison, le salaire moyen pour un parisien cĂ©libataire est de 2 061 euros par mois, contre 1 608 euros par mois pour une personne rĂ©sidant en Seine Saint Denis. Ce qui donne 24 732 euros sur toute l’annĂ©e pour le premier cas et 19 296 euros pour le second.

En une seule journĂ©e, notre dĂ©veloppeur gagne ainsi plus d’argent qu’un salariĂ© moyen sur toute une annĂ©e.

Comment expliquer le succĂšs de Flappy Bird ?

Et bien ce n’est pas Ă©vident. Si vous n’avez pas eu l’occasion de le tester, on peut prendre le temps d’expliquer son fonctionnement en quelques lignes. La seule chose que doit faire le joueur, c’est de faire passer un petit oiseau entre des tuyaux. Difficile de faire plus simple, non ? Certes, mais le titre est un peu plus compliquĂ© qu’on pourrait le croire. Car en effet, pour franchir les diffĂ©rents obstacles qui se dresseront sur le chemin de votre piaf virtuel, vous devrez modifier son altitude en tapotant plus ou moins rapidement sur votre Ă©cran.

RĂ©sultat des courses : passer le premier tuyau tient presque du miracle. Flappy Bird est trĂšs difficile, trĂšs agaçant et c’est peut-ĂȘtre ce qui explique son succĂšs. Personne n’aime Ă©chouer.

Notez d’ailleurs que le concept n’est pas nouveau. KEK a lancĂ© un titre ressemblant comme deux gouttes d’eau Ă  Flappy Bird… en 2011, et donc quelques annĂ©es avant que ce dernier ne fasse son apparition sur l’AppStore et le Play Store. Si vous voulez voir de quoi il en retourne, le mieux c’est de vous rendre sur cette page : http://www.zanorg.com/prodperso/pioupiou.html.

Bon aller, j’y retourne. Mon record ? Trois tuyaux. Et vous ?

Sources : 1, 2

8 commentaires

  1. Le concept est bien plus vieux, je jouais déjà à fly the copter début-milieu des années 2000.

  2. Le concept existait dĂ©jĂ  dans les annĂ©es 90 sur les vieilles consoles de l’Ă©poque. Enfin on s’en fout de qui est le premier, mais ça prouve qu’un concept peut rencontrer le succĂšs de façon totalement hasardeuse au fil du temps. Par ailleurs, je ne suis pas dĂ©veloppeur, mais je pourrais recrĂ©er ce jeu en flash en 1 journĂ©e, c’est vous dire Ă  quel point c’est facile Ă  programmer.

    Bref, on ne sait toujours pas pourquoi une appli rencontre le succĂšs, mais une chose est sĂ»re, ce n’est ni grĂące Ă  l’originalitĂ©, ni grĂące Ă  la difficultĂ© de dĂ©veloppement (peut-ĂȘtre grĂące au design soignĂ© ?). Conclusion : pillez les concepts des autres, et dĂ©veloppez des projets super simples. « Il ne faut pas prendre les gens pour des cons, mais ne pas oublier qu’ils le sont »

  3. Chris, apparemment, le gars aurait utilisĂ© des bots pour envoyer des commentaires automatiques dans l’AppStore, ce qui aurait fait monter le jeu dans le top. Et la vie fait le reste… Totalement solidaire avec Kek.

  4. Moi, je me demande comment des milliers de joueurs arrivent Ă  avoir un score de plus de milliers de milliards sur ce jeu….
    alors que moi, j’arrive au bout de 15 minutes Ă  avoir fait 4….

Lire les articles précédents :
[La Start-Up française de la Semaine] : 1button

1button est la « Start-up française de la semaine » dans le cadre de notre concours Start-Up Presse-Citron. Le mois...

Fermer