Ford a présenté il y a quelques jours à Barcelone la nouvelle Mustang, sixième génération de la mythique « muscle car » née en 1964. Nouveauté : elle sera commercialisée officiellement en Europe par le réseau Ford.

s550 bottom 1480x868 rear door open Ford Mustang : une américaine à Paris (bientôt)

Ford a présenté il y a quelques jours à Barcelone quelques nouveaux modèles dans le cadre de ses évènements mondiaux « Go Further ».

Outre le Le Ford Edge, un SUV déjà vendu aux Etats-Unis et sur d’autres marchés, qui fait partie des 25 nouveaux modèles que Ford lancera en Europe dans les 5 prochaines années, et la nouvelle Ford Ka Concept qui reprend des technologies issues des catégories supérieures (SYNC, AppLink et MyFord Dock), était aussi présenté la ligne « Premium » Vignale, déjà dévoilée au salon de Francfort.

Vignale sera le label de luxe de Ford, décliné sur plusieurs modèles pour les transformer en voitures haut de gamme en visant un créneau actuellement occupé par les incontournables Audi, BMW, Mercedes ou encore Jaguar. La Mondeo présentée à Barcelone faisait d’ailleurs furieusement penser à une Jaguar (et même à une Aston de par sa face avant et sa sa calandre de squale), mais c’est surtout à l’intérieur que ça se passe : le luxe et le confort y sont omniprésents, dans un cocon de cuir matelassé et de high-tech qui n’ont rien à envier aux plus grandes, un peu à l’image de la série Initiale de Renault.

Le pur-sang prend encore du muscle

Mais le clou du spectacle barcelonais était ailleurs : dans un grand show à l’américaine devant 2500 journalistes et professionnels venus du monde entier, Ford a dévoilé la nouvelle Mustang. Cette sixième génération de Mustang est la première a être présentée simultanément sur quatre continents, et pour cause : la Mustang 2014 devrait faire son arrivée officielle en Europe fin 2014 ou elle sera enfin commercialisée par le réseau Ford, ce qui veut dire que l’on pourra acheter une Mustang chez le concessionnaire près de chez soi comme on achète n’importe-quelle voiture. Une petite révolution quand on sait que la Mustang n’a jamais été commercialisée en Europe, et que les seuls modèles que l’on croise sur nos routes ont été importés directement des USA, soit par des particuliers soit par des professionnels mandataires.

mustange face Ford Mustang : une américaine à Paris (bientôt)

Plus légère que le version précédente de 90 kg alors qu’elle est d’apparence plus massive, la nouvelle Mustang présente une ligne classique au style immédiatement reconnaissable, mais ces courbes sont plus tendues, encore plus musclées tout en réussissant l’impossible cocktail entre « muscle car » à l’américaine, taillée pour faire fumer la gomme sur la Route 66, et coupé à l’européenne, genre Audi A5 dopée aux stéroïdes. Ford met d’ailleurs la barre assez haut puisqu’on indique d’ailleurs sans détours viser le segment des allemandes sportives avec ce nouveau modèle. L’avant est plus fin mais encore plus impressionnant avec son museau de requin souligné par une triple rangée de LEDs obliques, le profil est tendu comme un arc avec son éternel capot moteur interminable, et la poupe de la bête évoque la puissance et la force, notamment grâce aux ailes élargies pour faire place à des roues de 20 pouces. Un ensemble qui n’est pas sans rappeler également la sempiternelle rivale, à savoir la Chevrolet Camaro, en plus massif encore. Pour les connaisseurs, sachez également que la Mustang 6 est la première de la prestigieuse lignée née en 1964 a être (enfin) équipée de trains indépendants à l’arrière, et non plus du rustique essieu rigide issu directement des charrettes de la Wells Fargo.

L’habitacle quant à lui reste encore très « américain », mélange de cuir moelleux et de design un peu kitsch, où les matériaux nobles comme l’aluminium partagent l’espace avec des plastiques qui sont encore assez loin des standards germaniques ciblés.

mustang indoor Ford Mustang : une américaine à Paris (bientôt)

La nouvelle Mustang sera toujours déclinée en deux modèles, coupé Fastback et cabriolet. Côté motorisations, elle proposera trois versions essence : un 4 cylindres Turbo 2,3 litres de 309 chevaux, un V8 5,0 litres de 426 chevaux et le V6 3,7 litres, ce dernier n’étant pas disponible en Europe. D’autres motorisations pourraient arriver ultérieurement, comme un hybride ou même un… diesel (une Mustang Diesel, non mais sans déconner). La boîte de vitesse à 6 rapports sera au choix manuelle ou robotisée avec palettes au volant, accompagnée de différents modes de conduite programmables.

Les prix n’ont pas encore été communiqués mais quelques discussions entre observateurs sur place laissent penser que les tarifs devraient se situer entre 40.000 et 50.000 euros selon le modèle et les options choisies.