Forecast évangélise les web apps comme l’avenir du web

Forecast.io est une application de météo qui la particularité d’agir comme une application (avec ce que cela signifie en richesse d’interactions), tout en étant très simplement accessible depuis une adresse URL.

Le débat application native contre web app n’est pas nouveau.

Si vous avez manqué les épisodes précédents :
Un acteur comme Mozilla a toujours fait la promotion d’un internet ouvert et regrette amèrement l’obligation de s’enfermer dans des stores d’applications (type App Store, Android Play).

Le web de Mozilla, c’est celui qui est accessible depuis votre navigateur. Vous tapez http:// et vous accédez à n’importe quel contenu, depuis n’importe quel appareil : mobile, tablette ou de bureau.
J’ai toujours acquiescé gentiment devant cette idée sans prononcer les mots imprimés dans ma tête : « Mais oui, si tu le dis ».
Il suffit de passer deux minutes à utiliser une application comme Evernote sur son smartphone avant d’essayer d’accéder à la version mobile depuis ce même appareil. Une application native offre tellement plus d’interaction, de stabilité, de confort.
Est-ce vraiment le web que souhaite Mozilla ?

La réponse à cette question est évidemment : non.
Pour arriver à ce monde de web app, internet doit être repensé.

Forecast, un bel évangéliste

La web app Forecast.io est un excellent exemple de ce que pourrait être le web de demain.
Visitez cette URL une première fois depuis votre ordinateur de bureau. Découvrez la météo des prochains jours en quelques clics.
Puis visitez à nouveau cette URL depuis votre téléphone portable. Un glissé du doigt vers le haut fera apparaître la liste des jours ainsi que la température minimale et maximale. Et vous pouvez cliquer sur chacun d’eux pour voir une frise chronologique pour le déroulement de chaque journée.
L’expérience est excellente autant sur le desktop que sur le mobile.
Aujourd’hui, la visite de Forecast.io depuis un iPhone par exemple, vous obligera à installer le site sur votre écran d’accueil.
C’est dommage au sens où vous ne profitez pas de l’expérience dans le navigateur pour véritablement ressentir le fait que vous êtes dans une web app.
Mais c’est aussi une obligation pour une application météo que vous pourriez oublier après la première utilisation si cette étape n’était pas nécessaire.
Alors la prochaine fois que l’on vous parlera de web app, oubliez tous les exemples que vous aviez en tête, et pensez à Forecast.io.
Je serais curieux de voir le rendu que nous pourrions avoir sur une version web app de Presse-Citron.


10 commentaires

  1. Il y a eu aussi l’initiative de Sencha qui a prouvé, en réalisant Fastbook (une copie améliorée de l’appli Facebook), qu’une web application pouvait s’avérer plus efficace qu’une application native.
    La web app est aussi rapide, voire plus, puisque les éléments se chargent en utilisant moins de data que l’appli native (10% apparemment), le mode paysage est supporté en html5 et d’autres petits plus comme la possibilité de voir l’ensemble de commentaires plutôt que les plus récents uniquement.

    Je viens d’essayer Forecast.io et effectivement, c’est une web application d’une qualité exceptionnelle.

    Merci pour cet article 🙂

  2. Pingback: Média/journalisme/actualité | Pearltrees

  3. Très difficile d’utilisation lorsque l’on a pas le dernier smartphone haut de gamme à la mode… Plus de 10 secondes de calculs pour afficher la map la page est déjà chargée pourtant (mon tel manquerait-il de RAM ?), aucune différence entre la version mobile et desktop (mon tel n’est pas reconnu comme smartphone ?), je n’ai pas pu l’utiliser convenablement.
    Bref il faut un smartphone récent, si l’on ne participe pas à la course à la consommation on se prive de contenu… Tant pis pour moi, mais il me semble que ce n’était pas çà le web, on parle souvent d’accessibilité non ?
    Testé sur Nokia N900 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nokia_N900

  4. Valentin-Pringuay on

    @tallemmoz : et merci pour le partage de Fastbook, j’avais raté cette démonstration de Sencha 🙂

  5. Valentin-Pringuay on

    @Valentin : Ahah, on n’y est pas encore à l’ère des web apps. C’est pour cela qu’il faut encore de l’évangélisation et faire évoluer cette accessibilité.
    Pour reprendre cette belle phrase : la route est longue, mais la voie est libre 😉

  6. Et la pente est glissante. Et personnellement, j’aime pas du tout la tournure que ça prend.
    Je trouve qu’un navigateur devrait redevenir l’outil simple d’antan (vieux cooon !) servant à afficher de l’information de manière standard…

    Je pense que quand on ne veut pas faire de standard, il vaut mieux passer par des applications. Après peu importe la technologie hein ! HTML5 ? Allélouya ! Si Sensha veut sortir ses applications ça me va 🙂 mais pitié, touche pas à mon navigateur.

    Ce qui me fait peur c’est qu’un jour, je n’ai plus qu’UNE seule application de lancée sur mon PC. Vous allez me dire : Youpichrome OS ? Ben pas Youpi pour moi… J’aime bien mon environnement multi applicatif. Truc tout bête : depuis qu’on est massivement passé aux services de streaming musical, on a tous perdu l’usage de nos touches multimedia sur notre clavier. Quand j’ai découvert l’application Spotify, j’ai poussé un ouf de soulagement à nouveau !

    Oui au Cloud dématérlialisant nos données ! Oui aux applications intelligemment conçues (Coucou Facebook !) qui vont piocher dans ses données. Oui au navigateur pour « tout le reste » par exemple : aller sur un site UNE SEULE FOIS. Oui à une intégration poussée de ces applications dans un OS genre : centre de notifications unique pour toutes* !

    Mais non à un Web applicatif… D’ailleurs le mot Web même veut dire « PAS applicatif mais consultatif ».

    Le jour où les gens feront des sites en 3D utilisant NaCL ou le moteur d’Unreal que Mozilla vient de porter sur le web… Je débrancherai.

    *J’en profite pour faire une remarque : applications dispatchées + centre de notification unique = futur du RSS ? Moi j’y crois 🙂

  7. Le nombre de fautes est effarant. Pardon aux familles _|¯|o
    Et c’est chiant que les multi-retours à la ligne ne soient pas pris en compte, ça fait pavé.

  8. De nombreuses applications intègrent du webmobile sans que vous le sachiez pour le savoir (sur iPhone) si vous allez dans un champs à remplir (Input pour les dev) si au dessus du clavier vous avez 2 boutons « Suivant/ precedent » vous êtes sur du web mobile sinon c’est du natif.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
retron5
Retrogaming : une console pour faire revivre vos cartouches NES, Super Nintendo, Game Boy, etc.

La société Hyperkin présente la RetroN 5 qui permet d'utiliser toutes vos anciennes cartouches sur une seule console de jeux.

Fermer