Forget.me : un site pour profiter du droit à l’oubli par Google

Un site web qui vous permet de profiter plus facilement du droit à l’oubli par Google dans l’Union Européenne.

Crayon Gomme Pixabay

Récemment,  la Cour de Justice de l’UE a rendu un arrêt qui permettait aux citoyens de l’Union de réclamer le droit à l’oubli par les moteurs de recherche et notamment Google. Afin de se conformer à ces nouvelles règles, la firme de Mountain View avait mis en ligne un formulaire qui permet de demander le retrait d’un lien.

Bien que Google ait déjà fait un effort pour simplifier les procédures en publiant ce formulaire, un site propose de vous aider à jouir de ce droit encore plus facilement. Il faut savoir que si vous souhaiter faire supprimer des liens vous concernant sur l’index de Google, vous avez tout à fait la possibilité de déléguer cette tâche.

Pour le faire via ce service, il suffit de faire une inscription rapide, d’insérer le lien que l’on souhaiterait faire effacer (ou alors, Forget.me peut aussi chercher les liens à votre place) et de choisir une justification parmi des choix prédéfinis.

Par exemple, dans la catégorie « Procédure pénale », vous avez la justification « Ces informations portent sur une procédure pénale pour laquelle je n’ai pas été condamné ». Ou encore, dans la catégorie atteinte à l’image, vous avez ceci : « Ces informations montrent des photos ou vidéos de moi mises en ligne avec mon autorisation datant de plus de 10 ans ».

En substance, le site vous permet de mieux comprendre le fonctionnement du droit à l’oubli et de l’exercer plus aisément. Outre cela, il permet aussi de contrôler facilement vos demandes (grâce à un outil de détection de suppression), surtout si vous avez réclamé la suppression de plusieurs liens.

Pour en savoir plus sur le droit à l’oubli :


Send this to friend

Lire les articles précédents :
sante connectee
Santé, banque, média : trois secteurs en pleine (r)évolution numérique

La révolution numérique était le thème choisi pour cette édition 2014 du France Digital Day. Voici la suite du compte-rendu...

Fermer