Examiner la fragmentation d’Android est toujours riche d’enseignements. Les nouvelles données relatives à la deuxième moitié du mois de novembre 2012 nous indiquent ainsi que les deux versions de Jelly Bean ont le vent en poupe.

Les données collectées par Google sur l’accès au Google Play concernent la période de 14 jours qui s’est terminée le 3 décembre 2012. Une nouvelle fois, ce sont les user agents qui ont parlé et qui permettent de connaître l’évolution de la fragmentation d’Android.

Jelly Bean regroupe désormais Android 4.1 mais aussi Android 4.2 (depuis le 13 novembre). Android 4.1 passe de 1.8% à 5.9% en l’espace d’un mois. Android 4.2 représente déjà 0.8% de toutes les versions installées. Cela peut paraître faible mais il faut avoir à l’esprit que seuls 3 terminaux disposent de cette version d’Android : les Nexus 4 et 10 ainsi que les tablettes Nexus 7 que leur propriétaire ont mises à jour. Ainsi, Jelly Bean est passé de 1.8% à 6.7% en un moins, soit un rapport 3.7.

Les constructeurs sont de plus en plus nombreux à proposer des mises à jour OTA Android 4.1.2. En revanche, il faudra patienter pour les mises à jour Android 4.2.

fragmentation Android 3 déc 2012 Presse Citron 523x300 Fragmentation dAndroid : Jelly Bean a le vent en poupe
Fragmentation d’Android (seconde moitié de novembre 2012)

fragmentation Android 1er octobre Presse Citron 551x300 Fragmentation dAndroid : Jelly Bean a le vent en poupe
Fragmentation d’Android (seconde moitié d’octobre 2012)

Cette évolution – consécration devrait-on dire – démontre le succès incontestable de la gamme Nexus.

Il n’en reste pas moins que c’est Android 2.3, alias Gingerbread, qui se taille encore la part du lion : 50.8% des terminaux en sont équipés. C’est toutefois 5 points de moins qu’il y a un mois. On trouve ensuite Android 4.0, alias Ice Cream Sandwich, l’autre version qui progresse (3.8 points gagnés en un mois) pour s’établir à 27.5%. Froyo se rappelle également à notre bon souvenir avec 10.3% (en repli de 2.6 points).

Présentée différemment dans un graphe, on peut voir l’évolution de la fragmentation et l’effet de vase communiquant entre d’une part ICS et Jelly Bean qui progressent et d’autre part Gingerbread et Froyo qui régressent, mais qui restent encore majoritairement installés.

évolution fragmentation Android 2012 Presse Citron 590x223 Fragmentation dAndroid : Jelly Bean a le vent en poupe

Si d’aucuns estiment que la fragmentation d’Android est une faiblesse de l’OS mobile de Google, on est en droit de penser que c’est au contraire un point fort. Elle permet à des terminaux d’entrée de gamme de cohabiter (et à des modèles anciens de subsister) avec des modèles beaucoup plus performants et éligibles avec les dernières versions de l’OS. C’est peut-être une des clefs du succès d’Android, même si pour les développeurs, cela s’apparente parfois à un cauchemar.

(source)