On pouvait se demander si Free se reposerait sur ses lauriers après le gros coup du lancement de son offre mobile début 2012. La réponse est non. Free revient pour surprendre encore. La preuve.

Free revient pour surprendre encore. S’il est utile de le rappeler,  en janvier 2012, déjà, Free faisait une entrée fracassante dans le marché de la téléphonie mobile avec son forfait tout illimité à 20€ et un forfait 1h à 2€. La question que j’avais posée ici était de savoir comment Free allait développer sa stratégie pour atteindre les marchés qui n’avaient pas forcément besoin d’une offre internet en béton et d’un forfait avec voix illimité.

Pendant de nombreux mois, les concurrents ont profité de ce dernier segment inexploité (B&You, Joe Mobile, Sosh, ..), et l’on pouvait se poser légitimement la question de savoir ce qu’allait faire Free sur ce marché. Mais Free n’est pas un opérateur habituel, et simplifie son offre au maximum pour pouvoir être lisible par tous avec uniquement 2 produits phares : comment alors capter ce marché sans perdre en lisibilité ?

La solution va encore donner un coup de pied dans la ruche : on prend l’offre la moins chère, et on offre les services de forfaits en moyenne 4 fois plus chers. Le Forfait à 2€ passe dès le prochain mois de facturation à 2h d’appel (contre 1h auparavant), avec les sms illimités (contre 60 sms),  et toujours et encore avec un hors forfait voix ridiculement bas (0,05€/mn, soit 3,6€ l’heure supplémentaire).

xavier niel Free, linexorable perturbateur

Pour certains ce marché peut sembler restreint, mais il regroupe un nombre important de consommateurs ayant des besoins d’appel et de sms faibles et pas la nécessité d’aller sur internet depuis leur téléphone. Vous pouvez retrouver en page 12 et 13 du Rapport de l’Arcep sur l’évolution des prix des services mobiles en France ce type de consommateurs, et vous remarquerez que bien qu’ils consomment beaucoup de sms (plus de 200 par mois), la plupart d’entre eux ne dépassent pas les 1h30 de communication.

Free est donc en totale cohérence avec ce marché, et a l’un des forfaits les plus compétitifs. Même avec un hors forfait de 2h sur son forfait à 2€ (soit 4h de communication, ce qui est exceptionnel pour ce type de consommateurs), le forfait de Free reste plus compétitif que le nouveau forfait 24/24 de B&You et que Joe Mobile en voix illimité, qui eux-mêmes cassaient les prix sur ce segment il y a un mois.

On pouvait se demander si Free se reposerait sur ses lauriers après un gros coup, la preuve en est que non. D’après une analyse d’Olivier Babeau, Free n’a de toute façon pas le choix concernant cette stratégie de perpétuelle casse des coûts et de différenciation face aux concurrents.  Si l’entreprise de Xavier Niel n’est plus perçue comme bon marché et ne progresse plus en nombre d’utilisateurs totaux, elle ne pourra plus continuer à maintenir une stratégie de baisse des prix. En revanche, plus la base d’utilisateurs sera importante, plus l’on pourra s’attendre à voir Free revenir avec d’autre annonces fracassantes à l’avenir.  Ce forfait et cette stratégie va encore faire bouger le marché, et ce ne sont pas les consommateurs qui vont s’en plaindre.