Free, l’inexorable perturbateur

On pouvait se demander si Free se reposerait sur ses lauriers après le gros coup du lancement de son offre mobile début 2012. La réponse est non. Free revient pour surprendre encore. La preuve.

Free revient pour surprendre encore. S’il est utile de le rappeler,  en janvier 2012, déjà, Free faisait une entrée fracassante dans le marché de la téléphonie mobile avec son forfait tout illimité à 20€ et un forfait 1h à 2€. La question que j’avais posée ici était de savoir comment Free allait développer sa stratégie pour atteindre les marchés qui n’avaient pas forcément besoin d’une offre internet en béton et d’un forfait avec voix illimité.

Pendant de nombreux mois, les concurrents ont profité de ce dernier segment inexploité (B&You, Joe Mobile, Sosh, ..), et l’on pouvait se poser légitimement la question de savoir ce qu’allait faire Free sur ce marché. Mais Free n’est pas un opérateur habituel, et simplifie son offre au maximum pour pouvoir être lisible par tous avec uniquement 2 produits phares : comment alors capter ce marché sans perdre en lisibilité ?

La solution va encore donner un coup de pied dans la ruche : on prend l’offre la moins chère, et on offre les services de forfaits en moyenne 4 fois plus chers. Le Forfait à 2€ passe dès le prochain mois de facturation à 2h d’appel (contre 1h auparavant), avec les sms illimités (contre 60 sms),  et toujours et encore avec un hors forfait voix ridiculement bas (0,05€/mn, soit 3,6€ l’heure supplémentaire).

xavier niel Free, linexorable perturbateur

Pour certains ce marché peut sembler restreint, mais il regroupe un nombre important de consommateurs ayant des besoins d’appel et de sms faibles et pas la nécessité d’aller sur internet depuis leur téléphone. Vous pouvez retrouver en page 12 et 13 du Rapport de l’Arcep sur l’évolution des prix des services mobiles en France ce type de consommateurs, et vous remarquerez que bien qu’ils consomment beaucoup de sms (plus de 200 par mois), la plupart d’entre eux ne dépassent pas les 1h30 de communication.

Free est donc en totale cohérence avec ce marché, et a l’un des forfaits les plus compétitifs. Même avec un hors forfait de 2h sur son forfait à 2€ (soit 4h de communication, ce qui est exceptionnel pour ce type de consommateurs), le forfait de Free reste plus compétitif que le nouveau forfait 24/24 de B&You et que Joe Mobile en voix illimité, qui eux-mêmes cassaient les prix sur ce segment il y a un mois.

On pouvait se demander si Free se reposerait sur ses lauriers après un gros coup, la preuve en est que non. D’après une analyse d’Olivier Babeau, Free n’a de toute façon pas le choix concernant cette stratégie de perpétuelle casse des coûts et de différenciation face aux concurrents.  Si l’entreprise de Xavier Niel n’est plus perçue comme bon marché et ne progresse plus en nombre d’utilisateurs totaux, elle ne pourra plus continuer à maintenir une stratégie de baisse des prix. En revanche, plus la base d’utilisateurs sera importante, plus l’on pourra s’attendre à voir Free revenir avec d’autre annonces fracassantes à l’avenir.  Ce forfait et cette stratégie va encore faire bouger le marché, et ce ne sont pas les consommateurs qui vont s’en plaindre.

 

16 commentaires

  1. CROIX

    Et moi en Belgique je paye 15€ par mois pour 75 min, SMS illimités et un petit giga de data…
    Les tarifs français me laissent rêveur

  2. 2€… Impressionnant. Ce qui montre bien les marges pratiquées par les opérateurs historiques pendant des années…

  3. Les couts sont cachés et seront visibles sur le long terme… car toute cette casse de prix aura un impact sur les investissements, l’entretien du réseau, etc.

    On crie victoire aujourd’hui, mais on récoltera les fruits de ce qu’on sème plus tard !

  4. C’est une très bonne nouvelle!

    Mais maintenant, je trouve qu’il y a un trop gros écart de prix entre le forfait à 2€ et celui a 20€.
    J’ai le forfait à 20€ mais je n’appelle pas souvent plus de 2-3h par mois donc je « paye » les 3go d’internet 14€ (je suis deja chez Free en ADSL) ce qui fait un peu chère.

  5. @zep

    sauf si les investissements sont fait intelligement ( plutôt que de faire du marketing à outrance )..

    c’est bien free qui a aussi revolutionné l’ADSL à l’époque, toujours a 30€/mois avec une freebox qui ne cesse de s’amelioré ( v6 dernierement avec lecteur bluray etc… ) et tout inclus dans le forfait..

    ( par exemple, l’adresse ip fixe est a 12€ par mois chez orange alors que cela coute moins cher a gerer, sans compter le blocage de ports et autres limitations de leur forfait ).

    Et oui ce ne sont pas les marges qui freinent l’innovation et les investissements… plutot les actionnaires qui veulent tjrs plus de dividendes ou les services marketing qui pensent que même un mauvais produit peut être vendu des l’instant qu’on dépense beaucoup dans des publicités « mensongères ».

  6. Jean-Luc

    Bravo Free
    C’est ce qui devrait se produire dans tous les business si la concurrence en France était libre
    Je me demande comment fait X.Niel pour s’affranchir des oligopoles

  7. @zep: il est possible qu’il soit compliqué de comprendre les tenants et aboutissants de cette politique tarifaire mais tu ne peux pas nier, notamment suite à la condamnation pour entente illicite sur les prix des trois opérateurs historiques, que ces derniers se sont gavés pendant des années. Et ne mettons pas cet argent sous couvert d’investissement puisque c’était des dividendes.

    Free est un contre pouvoir sur la téléphonie et internet. Nous avons des entreprises exceptionnelles en France, comme Free, Vente Privée, …, mais ces entrepreneurs ne font partie du sérail oligarque de notre pays, ce qui dérange bcp cette classe dirigeante déconnectée des réalités.

  8. Free vient de donner une nouvelle claque aux grands opérateurs. Avec ses offres, il force la concurrence à baisser ses marges. Par contre, si comme le dit Zep la qualité de réseau diminue, les clients préfèreront payer un peu plus cher mais pour de la qualité.

  9. Free a vraiment bousculé le marché et on ne peut que le féliciter! Les forfaits des opérateurs « traditionnels » sont vraiment trop chers, il était temps que les prix baissent. Bien que le nombre d’utilisateurs est croissant, les opérateurs continuent à proposer des forfaits hors de prix, c’est donc vraiment bien que Free puisse changer la donne.

  10. Oui bof.
    C’est aussi la qualité la plus faible du marché, et de très loin selon les dernières études de l’ARCEP (sauf pour la partir acheminée par Orange bien entendu …) et je ne parle pas de la hot line.
    Je préfère donc payer 20 euros avec une communication parfaite qui marche à tous les coups, …

  11. Le seul problème qui reste à régler est la qualité perfectible de cet opérateur, j’y suis allé un temps mais j’ai du me résoudre à revenir vers Orange par son service Low Cost. Trop de déconnexion et de problème 3G ont été la cause de décision à contre cœur. Je crois que la journaliste F. Santrot a du faire la même chose et a pu en faire un article dans 20 minutes

  12. Je reste très sceptique sur la compatibilité à terme des démarches « lowcost » …. qu’il s’agisse de téléphonie, de bouffe, d’automobile… Les marges deviennent faibles, seul le volume permet de survivre, et les variables d’ajustement sont toujours les salariés, jamais la rémunération des actionnaires. A force de vouloir tout pour rien …

  13. C’est fou comment Free a changé les choses : passer de forfaits smartphone à 50€ minimum par mois pour 1h ou 2, à un forfait à 20€ tout illimité et sans engagement, c’est incroyable. En plus des économies qu’il nous on tous fait gagner, je trouve que c’est une grande avancée en général, car avec des forfaits à 2€, n’importe qui peut avoir un téléphone.

    Concernant la qualité de leur réseau, c’est certain qu’il n’a pas encore le même niveau que ses concurrents, mais ça change petit à petit, et on ne peut pas tout lui demander d’un coup. Dans quelques années il sera totalement indépendant d’Orange. D’ici là, on ne peut que le remercier, bravo Xavier !!