Ghost est un jeune CMS arrivé sur le marché en octobre dernier, un CMS qui profite d’un éditeur minimaliste, faisant la part belle au Markdown. Après quelques semaines de développement, l’équipe en charge du projet vient d’ouvrir un peu plus les portes de sa plateforme dédiée.

Le modèle économique de Ghost se rapproche beaucoup de celui de WordPress. En réalité, la solution est disponible sous deux formes différentes : des fichiers à installer manuellement sur un serveur, ou un service en ligne accessible en échange d’un forfait mensuel. Ce dernier est disponible depuis quelques semaines maintenant mais seule une poignée d’utilisateurs pouvait y accéder. Désormais, les choses sont différentes puisque la plateforme est ouverte à tous.

ghost 1 Ghost va maintenant héberger nos blogs, contre espèces sonnantes et trébuchantes

Pour en profiter, il faut commencer par se rendre sur le site de Ghost, à l’adresse suivante : https://ghost.org. Vers le milieu de la page, vous distinguerez deux boutons, c’est le vert qui nous intéresse. Un clic plus loin et vous serez redirigés vers la page centralisant les différentes offres mises en place par la plateforme :

  • Mini – 5$/mois : Un blog, 10.000 vues par mois.
  • Small – 14$/mois : Cinq blogs, 50.000 vues par mois.
  • Medium – 36$/mois : Quinze blogs, 150.000 vues par mois.
  • Large – 80$/mois : Trente blogs, 500.000 vues par mois.
  • VIP : Blogs en illimité, des millions de vues par mois.

Rassurez-vous cependant car Ghost a pensé à mettre en place une version d’essai, limitée à 30 jours. Cette dernière est largement suffisante pour se faire une idée de la plateforme et de ses possibilités. Pour en profiter, il vous suffira de cliquer sur le bouton vert situé en bas de la page, et remplir ensuite les deux champs de formulaire, soit le nom du blog et son adresse.

Si l’URL des sites créés sur la plateforme sera de type « http://quelquechose.ghost.io », il sera tout à fait possible d’opter pour un nom de domaine personnalisé, sans surcoût supplémentaire. La marche à suivre est d’ailleurs expliquée sur cette page.

Un éditeur simple et efficace

L’éditeur de Ghost va droit à l’essentiel. Tout en haut, une barre horizontale nous donnera un accès direct aux différents modules proposés. Nous pourrons donc afficher tous les articles publiés sur notre site, rédiger un nouveau billet ou encore accéder aux paramètres avancés. Ces derniers regroupent quelques options utiles, et ils nous permettront ainsi de modifier le titre ou la description de notre site, de modifier notre logo, d’ajouter une « cover » ou encore de régler le nombre d’articles affichés sur chaque page.

En allant fouiner dans le menu « User », nous pourrons modifier notre nom, ajouter notre ville, mettre un lien vers notre site ou même rédiger une courte biographie. C’est également par l’intermédiaire de cette page qu’il sera possible de changer notre mot de passe.

Comme indiqué dans l’introduction de cet article, Ghost s’appuie sur le Markdown et la mise en forme de nos articles se fera par l’entremise de raccourcis spécifiques. Rassurez-vous cependant car votre blog flambant neuf sera livré avec un premier article centralisant toutes les raccourcis supportés. Vous apprendrez à mettre du texte en gras, en italique, et même à intégrer des liens hypertextes.

Cela ne surprendra sans doute pas ceux qui ont testé la version à installer en local, ou sur un serveur, mais Ghost ne permet pas de personnaliser son thème. Toutefois, le Markdown est parfaitement capable d’interpréter le HTML, alors vous pourrez quand même mettre (un peu) les mains dans le cambouis.

En toute sincérité, Ghost m’avait beaucoup impressionné à son lancement, mais j’avoue avoir une nette préférence pour Medium.

Et vous ?

ghost 2 Ghost va maintenant héberger nos blogs, contre espèces sonnantes et trébuchantes