Google a déréférencé 1,75 milliards de liens au nom du droit d’auteur

Google fait preuve de plus de transparence concernant les liens qu’il déréférence pour protéger le droit d’auteur.

Vous l’ignoriez peut-être, mais Google supprime des liens de son moteur de recherche au nom du droit d’auteur, à la demande des ayants droits (un peu comme il le fait en Europe au nom du droit à l’oubli). Comme l’explique le site TorrentFreak, Google a toujours été transparent concernant ces déréférencements de liens. Cependant, pour obtenir le nombre total de liens déréférencés par la firme, il fallait compiler les données.

Mais aujourd’hui, Google lance une nouvelle version de son site « Transparence des informations » dédié aux « demandes de suppression de contenu pour atteinte aux droits d’auteur ». Et en plus du nouveau look, ce site donne aussi le nombre total de liens déréférencés depuis mars 2011.

Ainsi, on sait que depuis cette date, la firme de Mountain View a déjà déréférencé plus de 1,75 milliards de liens, à la demande des ayants droits. Et au total, 888 000 sites web ont été concernés par ces déréférencements.

potection-du-droit-dauteur-sur-google

Après, il faut savoir que toutes les demandes de déréférencement ne sont pas acceptées. Le rapport de transparence de Google indique que plus de 117 million de demandes de déréférencements de liens ont été rejetées parce qu’ils s’agissaient de doublons (des demandes de suppressions de liens qui étaient déjà déréférencés sur le moteur de recherche). Plus de 16 millions de demandes ont été rejetées parce que les URL indiqués ne sont pas valides et plus de 39 millions n’ont pas été approuvées.

Google évoque des abus

Sur le site, Google donne d’ailleurs un exemple assez hilarant de cas où les demandes de déréférencements ont été rejetées : « Une société de lutte contre le piratage, représentant une maison de disques, a déposé une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur nous demandant de supprimer des dizaines d’URL de pages d’accueil dont le titre contenait le mot “café”. Ces URL n’avaient aucun lien avec le contenu protégé par droits d’auteur indiqué ».

Et dans certains cas, des personnes tentent de se servir de la protection des droits d’auteur pour d’autres raisons. Par exemple, « une personne a rédigé un avis négatif sur une entreprise sur un site de réclamations. La société l’ayant menacé de poursuites judiciaires pour fausses allégations, l’individu a déposé une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur nous demandant de supprimer la page contenant l’avis ». Mais Google n’a pas supprimé les liens de son moteur de recherche puisque « le site était titulaire des droits d’auteur des avis publiés, conformément à ses conditions d’utilisation ».

Sinon, si vous êtes éditeur de sites web, il y a un champ de recherche pour savoir si vos sites ont déjà fait l’objet de déréférencements au nom du droit d’auteur (on ne sait jamais).

presse-citron-droit-dauteur

(Source .via TorrentFreak)

  • On a testé le road trip en camping-car avec Yescapa !

    Vous rêvez de prendre la route des vacances à bord d’un van ou d’un camping-car ? La start-up Bordelaise Yescapa nous a proposé de vivre une expérience inédite sur les routes du Médoc Atlantique. Réservation, assurance, prise en main du […]


Nos dernières vidéos

  • Dernier abus en date: Google déference le lien d’un torrent d’Ubuntu, signalé par Hollywood pour enfreinte au droit d’auteur du film Transformer 3!

    http://www.omgubuntu.co.uk/201.....mers-movie

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
A partir du 19 septembre, la règle des 140 caractères devrait changer sur Twitter

Selon The Verge, la nouvelle règle des 140 caractères sera appliquée ce mois de septembre.

Fermer