Google : de plus en plus de dĂ©rĂ©fĂ©rencement et cela n’est pas prĂšs de s’arrĂȘter

Google est un spĂ©cialiste du rĂ©fĂ©rencement et de l’indexation de contenu, mais depuis quelques mois il est devenu Ă©galement un spĂ©cialiste du dĂ©rĂ©fĂ©rencement !

Rankbrain : l'intelligence artificielle au service du moteur de recherche de Google

Rien qu’au mois de fĂ©vrier 2016, le moteur de recherche a reçu pas loin de 77 millions de demandes pour des suppressions de contenus. C’est en tout cas ce que l’on peut constater en consultant le rapport de transparence de Google.

Déréférencement : Google donne un avis positif dans 97% des cas

Dans ce rapport, on peut lire que la firme de Mountain View a reçu 76 899 797 demandes de dĂ©rĂ©fĂ©rencement d’URL au mois de fĂ©vrier. Un chiffre qui augmente mois aprĂšs mois et qui a mĂȘme doublĂ© par rapport Ă  la mĂȘme date l’annĂ©e derniĂšre. La majoritĂ© de ces demandes concerne bien Ă©videmment les infractions sur le Copyright et les ayant droits font dĂ©sormais valoir leur droit Ă  ne pas accorder une diffusion, pour ceux qui enfreignent le droit d’auteur.

Pour mieux imaginer le volume de données à traiter par Google, cela représente 19 millions de demandes de suppression par semaine, ou 2,7 millions par jour, 112500 par heure, 1875 par minute ou encore 31 par seconde ! Des chiffres qui donnent le tournis pourtant Google est capable de les traiter et ces demandes de déréférencement sont acceptées dans environ 97% des cas par la firme de Mountain View.

Le plus gros solliciteur de Google est la sociĂ©tĂ© Rivendell avec pas loin de 18 millions de demandes de suppression d’URL. L’entreprise reprĂ©sente de trĂšs nombreuses sociĂ©tĂ©s dans le monde. En revanche, le plus gros site pĂ©nalisĂ© par ses retraits de pages web est viciomp3.com, avec prĂšs de 4 147 793 URL concernĂ©es par ces demandes d’ayant-droits.

Le moteur de recherche est devenu un vrai spĂ©cialiste du dĂ©rĂ©fĂ©rencement, si l’on prend en exemple l’annĂ©e 2014 complĂšte, Google avait dĂ» traiter 345 millions de demandes, en comparant ce rĂ©sultat au seul mois de fĂ©vrier 2016 oĂč prĂšs de 77 millions d’URL ont Ă©tĂ© supprimĂ©es, on constate facilement l’explosion dans le secteur.

Il semble que cette course au dĂ©rĂ©fĂ©rencement devrait s’accĂ©lĂ©rer dans les mois Ă  venir, car de plus en plus d’entreprises souhaitent effectuer un grand mĂ©nage pour protĂ©ger leurs contenus ou leur image et elles sont de plus en plus dĂ©terminĂ©es Ă  faire valoir ce droit, d’autant que ces dĂ©rĂ©fĂ©rencements ont directement ou indirectement, un effet sur leur propre rĂ©fĂ©rencement dans certains cas.

Source : rapport de transparence de Google

Source 2

3 commentaires

  1. littlecelt on

    C’est pas anodin comme info, la manipulation des rĂ©sultats de recherche via un lobbying de ceux qui ont le moyen d’engager des sociĂ©tĂ©s pour faire les nettoyeurs.
    Pas gloups pour une neutralité des résultats.
    Google mĂȘme s’il en est obligĂ© ne se tire pas une balle dans le pied avec un tel taux d’acceptation ?
    Une perte de crédibilité et de confiance dans le moteur de recherche de référence.
    On aimerait qu’une alternative de recherche grand public arrive (vite) pour contre-balancer ce monopole qui aura de fĂącheuses consĂ©quences 🙁

    • Bardol (d\'actuduweb) on

      Assez d’accord avec vous !
      Car je suis sur que certains site qui ont des contenu similaire mais non dupliquĂ©e pourrait finir par ĂȘtre touchĂ©

    • Bonjour,

      Je tombe sur cette page par hasard le jour mĂȘme ou je constate qu’un de mes site a totalement disparu des rĂ©sultats google. MĂȘme avec la commande site plus rien n’existe. Il apparaĂźt pourtant trĂšs bien dans tout autre moteur de recherche.

      Amusant non ?

Lire les articles précédents :
chaise-moov
Moov, une chaise pour recharger son smartphone

Nathalie Teugel a imaginé une chaise assez particuliÚre. Elle est effectivement capable de recharger la batterie d'un téléphone grùce aux...

Fermer