Google, des ballons dirigeables et des mâts pour développer le réseau en Afrique

Google projette de mettre en place des réseaux sans-fil à haut débit en Afrique sub-Saharienne, de multiples techniques pourraient être utilisées comme des ballons dirigeables.

Le géant Google aimerait installer des réseaux sans-fil dans les pays qui constituent des marchés émergents. Son objectif est de connecter plus d’un milliard de personnes en installant les systèmes nécessaires en Afrique et dans le sud-est de l’Asie. Pour l’instant, le moteur de recherche s’est déjà implanté de cette manière dans l’Utah, le Missouri et le Texas.

Pour parvenir à ses ambitions, Google devrait utiliser un échantillon de technologies différentes comme la transmission de données grâce aux satellites, à des mâts mais aussi à des dirigeables ‘spécial Google’. En tout cas, la firme américaine ne devrait pas se reposer sur un seul moyen de transmission. Le moteur de recherche est prêt à s’associer avec les compagnies télécoms et les fournisseurs d’équipement afin d’améliorer les connexions dans les villes et d’amener Internet aux zones rurales.

GoogleDirigeable

Le système de transmission par mât a déjà été utilisé a Cape Town. Trois mâts installés à l’université Stellenbosch servaient à transmettre le réseau pour dix écoles locales. Cette expérience a commencé en Mars dernier. Pour réussir à transmettre les données, des ondes radio dites « white space » ont été utilisées, c’est à dire des fréquences non utilisées localement.

Les projets de l’Américain, s’ils aboutissent, vont rendre le rôle de Google aux yeux du monde encore plus important qu’il ne l’est déjà. Futurs clients potentiels, les habitants des pays émergents constituent une véritable cible pour les acteurs du monde technologique et Google semble l’avoir bien compris. Le géant américain est d’ailleurs en train de développer des tablettes et téléphones Nexus low-cost afin de percer sur ces marchés.

(source)


9 commentaires

  1. Merci pour l’information! Bien vu de la part de Google de viser le marché africain qui représente beaucoup d’opportunités.

  2. Maxime Perret on

    Bonne initiative car Internet permettrait vraiment de booster le développement de ses pays (et pas forcément industriellement j’entends). Par contre il faudra bien choisir les territoires car certains pourraient bien faire sauter ces ballons :/

  3. Internet c’est un formidable vecteur de croissance économique social, idéologique etc… Et de connaissance.

  4. Google n’arrêtera jamais de me surprendre. Excellente initiative. Il est vrai que le marché africain est très prometteur.

  5. Les pays du 3-monde ont, de tout temps, était une voie de développement pour toutes les multinationales : le tabac (cigarettes), l’industrie agro-alimentaire (Monsanto en Inde par exemple), l’agriculture intensive (Éthiopie par exemple), l’industrie chimique (on se souviendra de Union Carbide à Bhopal). Bref, toutes.
    La technologie n’échappe pas au circuit !
    L’avantage est triple : main d’œuvre pas chère, législations très permissives (notamment sur le travail, les accidents et la santé), presse inexistante ou muselée (pratique lors des accidents ou des pb de santé importants).
    db

  6. Sans un être un grand ingénieur, ca reste quand même un peu dans le vent, techniquement on ne peux presque rien envoyer en upload vers un satellite géostationnaire. A voir avec un dirigeable.

  7. Ce qui m’impressionne, c’est la capacité d’innovation de Google. Ils ne tombent pas dans l’erreur des grosses structures qui au fur et à mesure de leur développement deviennent de moins en moins créatives. Eux sont toujours précurseurs. Autre élément important, à mon sens, c’est le fait que Google sache faire appel aux opérateurs télécoms locaux déjà en place pour aller plus vite et appendre de leur expérience du terrain.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Dreambox, un distributeur d’objets imprimés en 3D

Un nouveau distributeur a fait son apparition sur le campus de Berkeley aux États-Unis. Il ne distribuera ni des bonbons,...

Fermer