Google : les applications Windows arrivent sur Chrome OS

Il sera bientôt possible d’utiliser des applications Windows sur un Chromebook. Ces dernières apparaîtront « de manière similaire à la façon dont elles fonctionnent aujourd’hui ».

chromebooksIl a toujours été évident qu’en lançant son système d’exploitation Chrome OS, Google avait pour ambition de prendre sa part de gâteau dans l’univers du software, face au monopole de Microsoft.

La dernière arme que Google a trouvé pour s’attaquer à Windows : un partenariat avec VMware, dans le but de conquérir le marché des entreprises avec les Chromebook.

En effet, l’une des raisons du monopole de Microsoft est l’existence d’une panoplie d’applications Windows qui restent encore indispensables pour de nombreuses activités. Mais grâce au « Desktop as a Service » ou DaaS (virtualisation), il est possible de faire une externalisation des solutions logicielles et de ne plus lier son environnement de travail à un poste mais au cloud. De plus, le tout pourra plus facilement être géré sur un cloud privé.

De ce fait, les utilisateurs pourront accéder aux applications Windows, aux postes et aux données en utilisant la technologie Blast HTML5 de VMware, sur un Chromebook. Une application dédiée sera bientôt disponible sur le Chrome Web Store.

Bien évidemment, même si cela peut être convaincant, on peut croire que les applications Windows fonctionneront de façon optimale sur leur environnement natif, c’est-à-dire sur Windows même.

Mais le timing de Google a été bien étudié puisque dans quelques mois, Microsoft cessera de supporter Windows XP, un système d’exploitation qui est encore largement utilisé au moment où nous parlons.

« Comme le compte à rebours de la fin de Windows XP continue, déployer des Chromebooks et profiter d’un environnement DaaS veille à ce que les vulnérabilités de sécurité, la compatibilité des applications et les budgets de migrations deviennent de l’histoire ancienne », peut-on lire sur le blog de Google Entreprise.

On imagine peut-être mal Chrome OS peser par rapport à Windows. Mais lorsqu’on fait un petit retour en arrière, on se rappelle qu’il y a encore quelques années, la part de marché d’Internet Explorer était plus que majoritaire sur celui des navigateurs web pour Windows. Actuellement, cette place a été prise par Google Chrome, Opera et Mozilla Firefox.

(Source)

Trier par :   Plus récents | Plus anciens | Les plus votés
Invité
14 février 2014 7:26

Les informations sont en effet,très pertinentes,ce type de logiciel permet de créer une évolution remarquable dans le domaine informatique,qui est d’une grande nécessité dans le quotidien,

Invité
Wolf
17 février 2014 7:42

Ça tente quand même a prouver que Google c’est largement planté avec son Chrome OS qui si il n’était pas aussi crucial pour la firme indiscrète, il aurait déjà rejoint le cimetières des apps Google.
En fait Google applique à Chrome le même remède qu’à Google Plus.
Puisque ça marche pas on va forcer les utilisateurs dans leur démarche.
Pour chrome il suffit de faire passer les netbooks

Invité
2 mars 2014 14:47

Chrome OS ne marche pas ? Réveillez-vous ! Aux USA c’est déjà 20% du marché de l’Education, soit largement plus qu’Apple ! En France, effectivement, on ne connait pas encore les Chromebook. Normal, la France a toujours accusé un certain retard par rapport aux Etats Unis. Mais pourquoi croyez-vous que Microsoft ait lancé sa campagne de Chromebook bashing aux States ? Les derniers Chromebooks offrent, souvent pour moins de 300 dollars (qui deviennent malheureusement 300 € chez nous !) Un disque SSD de 16 ou 32 giga 2 ou 4 giga de Ram Un écran tactile Pas de Windows, soit… Lire la suite »

Invité
wolfâ„¢
3 mars 2014 11:32

@Guy: 20% mdr, c’est plutôt 9.1 et c’est surtout que le Chromebook se vend en moyenne à 247$, soit encore et toujours du bas de gamme. Mais si ça plait à certains de donner toutes leurs data à bigbrother google, tant mieux. Faudra juste pas venir pleurer lorsqu’il sera trop tard …

wpDiscuz
Lire les articles précédents :
Et si l’on vous payait 8 dollars par mois pour vos données personnelles ?

Une start-up américaine propose à des internautes une compensation financière en échange d’un accès aux différents comptes sur le web...

Fermer