Alors qu’elle est disponible en bêta sur invitation depuis Mai 2011, et quelques mois plus tard, uniquement aux Etats-Unis, Google vient enfin d’annoncer le lancement de sa plateforme Google Music dans 5 pays européens.

Alors qu’elle est disponible en bêta sur invitation depuis Mai 2011, et quelques mois plus tard, uniquement aux Etats-Unis, Google vient enfin d’annoncer le lancement de sa plateforme Google Music en France, au Royaume-Uni,  Allemagne, Italie, et en Espagne pour le 13 Novembre 2012.

Le service permet d’écouter des morceaux en streaming que les utilisateurs auront préalablement achetés dans Google Play ou stockés dans le cloud, sur lesquels ils pourront copier gratuitement jusqu’à 20.000 morceaux. Il est également intégré à  Google+, qui permet le partage gratuit (et limité) de morceaux aux membres de son cercle, uniquement pour la musique achetée sur Google Play.

google music Google Music en Europe le 13 Novembre 2012 : un nouveau pas dans le développement du géant

Enfin, Google Music offre la possibilité de créer des hubs d’artistes, ou tout utilisateur peut créer sa page pour la somme de 25 dollars, et mettre sa musique en vente sur la plateforme, dont Google percevra 30% des ventes.

Avec le déploiement de ce produit, Google rentre en concurrence avec iTunes et l’iCloud music d’Apple et le Cloud player d’Amazon, mais il pourrait surtout donner un gros coup aux services de streaming Spotify et Deezer, qui offrent des services d’écoute gratuite limités, et qui sont toujours en recherche d’un meilleur modèle économique.

Cette annonce intervient en même temps que la présentation des nouveaux appareils Nexus, et prouve de la volonté du groupe de diversifier ses sources de revenus. Au-delà des revenus publicitaires, qui représente plus de 97% de son chiffre d’affaires, Google franchit un nouveau pas dans la chaine de valeur de la publicité (lien pdf) : du fournisseur de contenu jusqu’à l’appareil qui le diffuse, en passant par tous les outils publicitaires pour cibler le meilleur utilisateur pour un annonceur.

Sources :