Les stores d’applications permettent aux utilisateurs de donner leur avis sur une application. Cette communication était pourtant à sens unique : Google offre le droit de réponse aux éditeurs d’applications.

Les pages de commentaires sur les applications, qu’elles soient sur l’App Store ou Google Play, ressemblent à autant de murs des lamentations où les utilisateurs vont déposer un message sans jamais se retourner.

Il est ainsi facile de télécharger une application gratuite sans savoir précisément ce qu’elle fera, puis de laisser un commentaire assassin alors que vous auriez pu éviter cette perte de temps en lisant la description. En effet, sur ces stores vous trouvez des commentaires qui expliquent que « c’est nul, c’est pour les enfants », sur une application explicitement à destination des enfants.

Et alors que ces avis restent une part importante dans la prise de décision « est-ce que je vais télécharger cette application ? », il faut bien souvent être méfiant à leur égard.

android2 Google permet aux développeurs de répondre aux critiques sur Google Play

Google Play donne la parole aux développeurs

Google ne développait pas exactement cette fonctionnalité dans le plus grand secret… en effet, cela fait déjà depuis 1 an que nous avons connaissance de tests qui vont dans ce sens.

Mais la période de test semble terminée puisque Google ouvre aujourd’hui cette fonctionnalité à tous.

Cela signifie donc que, si vous êtes un développeur et que vous avez assisté impuissant à la transformation de la page Google Play de votre application en une succession de messages de critiques sans fondement… vous pouvez enfin y répondre.

En ajoutant cette fonctionnalité, Google prend de vitesse Apple sur un élément que la firme devra forcément adresser tôt ou tard.

Google estime que cette fonctionnalité va permettre aux développeurs de se rapprocher de leurs utilisateurs afin d’identifier plus efficacement les bugs, se nourrir des idées et remercier les personnes qui se font ambassadeurs de votre marque. Des comportements qui étaient peu favorisés par une plateforme qui vous empêchait de répondre et où l’utilisateur n’avait aucun moyen de savoir que vous écoutiez.

(source