Google se lance dans le co-voiturage aux Etats-Unis

Google est maintenant un concurrent de Blablacar.

san-francisco

En 2013, Google annonçait enfin officiellement le rachat de Waze, après de longs mois de rumeurs. Pour rappel, l’application israélienne propose des infos trafic en temps réel. Le rachat par la firme de Mountain View était logique dans la mesure où celle-ci propose déjà Google Maps pour la navigation et puisque les informations que Waze propose à ses utilisateurs sont complémentaires avec celles de l’application de Google.

Un concurrent pour Blablacar

Mais l’insatiable Google veut aussi se lancer dans le co-voiturage. En 2015, Reuters indiquait déjà que la firme testait sur Waze un service de co-voiturage en Israël. Aujourd’hui, c’est à San Francisco que le géant du web expérimente un service similaire, avec une application baptisée Waze Rider.

En substance, celle-ci permet aux conducteurs de trouver des passagers lors des trajets pour aller au travail et de gagner une petite rémunération grâce à cela. Le concept rappelle bien entendu celui de Blablacar, la licorne française. Mais en se lançant dans le co-voiturage, Google marche également sur les plate-bandes de Uber et de Lyft, tout en échappant à certaines réglementations.

Il faut d’ailleurs noter que si Google et Uber semblaient alliés dans un premier temps (Google ayant investi plus de 200 millions de dollars dans la start-up), les deux entreprises sont de plus en plus rivales. En effet, à l’instar de Google, Uber travaille aussi dans le secteur des voitures autonomes.

Mais quoi qu’il en soit, le projet de Google n’en est encore qu’à ses débuts. Waze Rider n’est pour le moment disponible qu’à San Francisco. Toutefois, on peut imaginer que si tout se passe bien, la firme de Mountain View pourrait étendre ce service dans d’autres villes des Etats-Unis, puis dans le monde.

(Source)


Nos dernières vidéos

3 commentaires

  1. Cet article a-t-il été écrit avec les pieds ? Entre coquilles et fautes et structure baroque, on s’interroge…

    • Eric

      Sauf si l’auteur l’a corrigé et remanié entretemps, je n’ai relevé qu’une (petite) coquille, que j’ai corrigée, quant à la structure baroque, je cherche encore…
      Eric
      Rédac’ chef

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Salesforce veut faire bloquer le rachat de LinkedIn par Microsoft

Salesforce est bien entendu opposé au rachat de LinkedIn par la firme de Redmond.

Fermer