GoPro se lance enfin dans les drones avec le Karma

Le drone Karma n’est pas forcément la machine de guerre à laquelle on s’attendait, mais l’approche un peu différente de GoPro pourrait payer.

Cela fait plus d’une année que nous savions que GoPro, qui s’est toujours spécialisé dans les caméras d’action, s’intéresse aussi au marché des drones. Et hier, il a enfin décidé de se lancer avec un produit baptisé Karma. Pour certains observateurs, GoPro a réagi trop tard. Pour d’autre, il présente son produit au bon moment, à quelques mois de la période des fêtes. Mais quoi qu’il en soit, GoPro est maintenant un fabriquant de drone. Et il se pourrait même qu’il ait trouvé le bon positionnement en évitant la confrontation directe leader du marché DJI.

le-drone-de-gopro

Une fiche technique normale mais une conception différente

Le drone Karma peut atteindre une vitesse de 56 kilomètres par heure. Il peut voler à une portée de 1 kilomètre pendant 20 minutes. Pour un passionné, le seul plus réel du premier drone de GoPro, par rapport à la concurrence, est peut-être la conception qui fait que le stabilisateur ainsi que la caméra sont positionnés à l’avant de l’appareil. Selon l’entreprise, l’idée est qu’aucune hélice ne soit dans le champ de la caméra.

Mais pour un plus large public, et en particulier les amateurs de sports extrêmes qui utilisent déjà les caméras GoPro, le drone Karma peut avoir de nombreux atouts.

Le premier, c’est le design. En effet, Karma a des hélices pliables qui font que le drone peut être sorti ou rangé très rapidement. Il ne pèse qu’un kilo et est livré avec un sac à dos qui permet de le transporter très aisément.

Le second est la modularité. Pour GoPro, il ne s’agit pas simplement d’un drone, il s’agit aussi d’un accessoire pour ses caméras. Le stabilisateur du drone est détachable et il peut être accroché à une perche incluse dans le packaging, ce qui permet d’obtenir caméra à main stabilisée similaire à l’OSMO de DJI.

Et comme la caméra n’est pas intégrée, elle permet à l’utilisateur de choisir entre trois modèles différents (le Hero 5 Black, le Hero 5 Session et le Hero 4) ou bien de faire évoluer l’ensemble lorsque de nouvelles caméras sortent.

Sinon, GoPro affirme également que ce drone est « facile à piloter ». « Vous n’avez encore jamais piloté de drone ? Les pilotes en herbe s’initieront en toute confiance, tandis que les plus chevronnés apprécieront les performances de Karma », lit-on sur le site du constructeur. Le Karma est aussi livré avec une manette avec des joysticks et un écran tactile. Cela évite les problèmes de signaux qu’on rencontre parfois lorsqu’on pilote un drone avec un téléphone.

Cependant, une fonctionnalité permet de partager les retours d’images ainsi que les commandes avec un quelqu’un d’autre sur son smartphone. Et pour les débutants, justement, la manette propose même un simulateur de vol qui permet de s’entraîner comme dans un jeu vidéo.

Un drone Karma, sans caméra, est vendu à 869,99 euros. Cependant, GoPro propose un pack qui inclut sa nouvelle caméra HERO5 Black à 1 199,99 euros. Il ne s’agit pas forcément de la machine de guerre à laquelle on s’attendait, mais l’approche un peu différente choisie par GoPro pourrait payer. En tout cas, l’entreprise a besoin du secteur du drone comme relais de croissance. Depuis trois trimestres consécutifs, il cumule les pertes et son chiffre d’affaire s’est divisé en deux en moins d’un an.


Un commentaire

  1. Et DJI va repondre à Go pro lundi 27 septembre avec la sortie d’un niveau drone pliable. Echec et mat pour Go pro !

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
GoPro Hero 5 1
GoPro est de retour avec les Hero 5 Black et Hero 5 Session !

GoPro vient de lever le voile sur deux nouvelles caméras pensées pour les amateurs de sensations fortes.

Fermer