Hackers et multinationales unis contre la SOPA : du lobbying à l’activisme

AprĂšs la menace d’un blackout, l’industrie du web US et les hackers font plus que jamais front face au projet de loi anti-piratage SOPA (Stop Online Piracy Act) actuellement en discussion au parlement amĂ©ricain.

AprĂšs la menace d’un blackout, l’industrie du web US et les hackers font plus que jamais front face au projet de loi anti-piratage SOPA (Stop Online Piracy Act) actuellement en discussion au parlement amĂ©ricain. Pour rappel, la proposition tiendrait notamment pour responsable les hĂ©bergeurs en cas de diffusion de contenus enfreignant les droits d’auteur.

anonymous

DĂ©fendre Internet ou… crĂ©er un rĂ©seau alternatif libre

Les moteurs de recherche et rĂ©seaux sociaux, qui seraient donc en premiĂšre ligne si le texte venait Ă  passer, multiplient les opĂ©rations de lobbying. DerniĂšre intervention en date sur Google+, Sergey Brin accuse les Etats-Unis de vouloir censurer le net « comme la Chine, l’Iran, la Tunisie ou la Lybie (avant leurs rĂ©volutions)”.

Par ailleurs, les hackers d’Anonymous, qui ont Ă©tĂ© les premiers Ă  Ă©voquer l’initiative d’un blackout ensuite relayĂ©e par le fondateur de Wikipedia, sont trĂšs actifs contre la SOPA. Selon le site usinenouvelle, un projet de rĂ©seau alternatif libre via satellites “artisanaux”, pourrait ĂȘtre mis en place par les hackers pour contourner le rĂ©seau officiel…A l’instar du projet speak2tweet, dĂ©veloppĂ© par Google et Twitter pour contrer le blocage d’internet en Egypte pendant la rĂ©volution Ă©gyptienne.

La dĂ©fense de la libertĂ© du net semble ainsi unir les gĂ©ants de l’industrie et les rĂ©seaux de hackers : parmi les anti-SOPA figure Paypal, victime d’attaques d’Anonymous lors de l’affaire Wikileaks en Juillet 2011… Et vue leur dĂ©termination, il y a peu de chances pour que la loi ne passe, ou tout simplement qu’ils ne parviennent Ă  le mettre en place. Et pendant qu’Hadopi, Loppsi 2 et SOPA tentent de s’imposer en France et aux Etats-Unis, l’industrie de la musique aux Etats-Unis annonce enfin des rĂ©sultats positifs, et ce, grĂące aux ventes en ligne…

Les multinationales et des rĂ©seaux d’activistes apparaissent de plus en plus puissants, face Ă  des gouvernements dont la marge de manƓuvre des politiques s’amenuise, dans un monde toujours plus global et connectĂ©.


25 commentaires

  1. Cependant personne ne crie arnaque pour toutes ces annĂ©e ou la musique Ă©tait vendue avec des marges Ă©normes en entente entre concurents un peut comme actuellement dans la tĂ©lĂ©phonie mobile avec free…

  2. j’aime bien le fait que les maisons de disc gagne de l’argent grace aux ventes en ligne.
    il serait temps qu’il se rendent compte qu’il veulent nous censurer et que tout le monde reagie contre leur volonte…

  3. Cette unitĂ© des anciens ennemis fait plaisir Ă  voir, il faut dire que ce projet de loi (bien pire qu’Hadopi en France) va rĂ©ellement Ă  l’encontre de l’idĂ©ologie d’internet.

    Reste Ă  voir si la menace d’un black out pĂšsera dans la balance …

  4. Pas Ă©tonnant, ils sont en train d’Ă©tablir leurs 3 ou 4 monstres de diffusions alors qu’autre chose serait possible, que de naĂŻvetĂ© …

    Au sujet d’hadopi, du piratage et compagnie, pourquoi ne pas sortir un peu de l’hypocrisie, et surtout rappeler qu’il y aurait plusieurs maniĂšres de faire les choses, typiquement :
    – S’en prendre aux centres de piratages au lieu des utilisateurs finaux (ce qui ne l’oublions pas ne nĂ©cessiterait en aucune maniĂšre le monitoring des flux et IPs utilisateurs) et ce qui quoi qu’on en dise fonctionnerait trĂšs bien en termes techniques dans la baisse du nombre de terabytes piratĂ©s, toujours des centres dans le piratage du fait du besoin de catalogues et tout le monde le sait.
    – Cela voudrait dire aussi 4, 5 ou 6 ordres de grandeurs en moins en nombre de procĂ©dures, permettant donc qu’elles soient vraiment lĂ©gales et publiques et non simples opĂ©rations de police Ă  la hadopi.

    Un peu plus développé ci dessous :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....adopi-etc/

    Certes besoin d’une certaine coopĂ©ration internationale mais mĂȘme tous les FAI d’un pays ça ferait dĂ©jĂ  beaucoup en terme de baisse terabytes piratĂ©s (pour ce pays).

    De fait le problùme est ailleurs, on n’ose pas le faire, pourquoi ?
    BĂȘtise du viol du terme virtuel depuis les nineties sans doute pour pas mal

    Et fĂ©tichisme technoĂŻde “neutralitĂ© du net”.

    Honte de l’état des services lĂ©gaux ?

    Simple ignorance ?

    Ou alors mĂȘme, excuse pour mettre en place l’approche monitoring Ă  tout va ?

    Ou absence de vrai environnement atawad d’achat à l’acte non monopolistique offrant une vraie plus-value à acheter par rapport à pirater ? :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....que-draft/

    Si on ajoute le fait de prĂŽner le non anonymat sur le net (M Zuckerberg, E Schmidt) il est clair qu’alors que cela pourrait ĂȘtre diffĂ©rent, on prend clairement la direction la plus Orwellienne possible 

    http://iiscn.wordpress.com/201.....aise-idee/

    N’est-t-il vraiment pas temps d’arrĂȘter de tout faire Ă  l’envers et d’en finir avec le dĂ©tournement des adjectif virtuel et immatĂ©riel ou sujet d’un nouveau media ?
    http://iiscn.wordpress.com/201.....te-crasse/

    Et sans oublier que le concept de droits d’auteur a aussi Ă©tĂ© mis en place Ă  la rĂ©volution française avec l’abolition des privilĂšges :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....es-livres/

    Ni que toute redistribution Ă©quitable dans l’environnement « longue traine » actuel pour la licence globale serait strictement impossible Ă  mettre en place :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....e-globale/
    (dire le contraire Ă©tant tout simplement de l’ignorance ou du mensonge)

    Et puis pourquoi voir l’Ă©tat merdique du contenu sur le web (quelques exceptions, wikipedia etc) comme une fatalitĂ© ?
    Personne ne voit ce que cela pourrait ĂȘtre si on sortait un peu du dogme rĂ©gressif « tout gratuit tout pub quasi tout merdique » ? Il faut pouvoir acheter des sites, c’est tout !

  5. Pingback: Lobbying et activisme contre la SOPA, l'industrie du web et les hackers font front | Web & Internet | Scoop.it

  6. Pas Ă©tonnant, ils sont en train d’Ă©tablir leurs 3 ou 4 monstres de diffusions alors qu’autre chose serait possible, que de naĂŻvetĂ© …

    Au sujet d’hadopi, du piratage et compagnie, pourquoi ne pas sortir un peu de l’hypocrisie, et surtout rappeler qu’il y aurait plusieurs maniĂšres de faire les choses, typiquement :
    – S’en prendre aux centres de piratages au lieu des utilisateurs finaux (ce qui ne l’oublions pas ne nĂ©cessiterait en aucune maniĂšre le monitoring des flux et IPs utilisateurs) et ce qui quoi qu’on en dise fonctionnerait trĂšs bien en termes techniques dans la baisse du nombre de terabytes piratĂ©s, toujours des centres dans le piratage du fait du besoin de catalogues et tout le monde le sait.
    – Cela voudrait dire aussi 4, 5 ou 6 ordres de grandeurs en moins en nombre de procĂ©dures, permettant donc qu’elles soient vraiment lĂ©gales et publiques et non simples opĂ©rations de police Ă  la hadopi.

    Un peu plus développé ci dessous :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....adopi-etc/

    Certes besoin d’une certaine coopĂ©ration internationale mais mĂȘme tous les FAI d’un pays ça ferait dĂ©jĂ  beaucoup en terme de baisse terabytes piratĂ©s (pour ce pays).

    De fait le problùme est ailleurs, on n’ose pas le faire, pourquoi ?
    BĂȘtise du viol du terme virtuel depuis les nineties sans doute pour pas mal

    Et fĂ©tichisme technoĂŻde “neutralitĂ© du net”.

    Honte de l’état des services lĂ©gaux ?

    Simple ignorance ?

    Ou alors mĂȘme, excuse pour mettre en place l’approche monitoring Ă  tout va ?

    Ou absence de vrai environnement atawad d’achat à l’acte non monopolistique offrant une vraie plus-value à acheter par rapport à pirater ? :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....que-draft/

    Si on ajoute le fait de prĂŽner le non anonymat sur le net (M Zuckerberg, E Schmidt) il est clair qu’alors que cela pourrait ĂȘtre diffĂ©rent, on prend clairement la direction la plus Orwellienne possible 

    http://iiscn.wordpress.com/201.....aise-idee/

    N’est-t-il vraiment pas temps d’arrĂȘter de tout faire Ă  l’envers et d’en finir avec le dĂ©tournement des adjectif virtuel et immatĂ©riel ou sujet d’un nouveau media ?
    http://iiscn.wordpress.com/201.....te-crasse/

    Et sans oublier que le concept de droits d’auteur a aussi Ă©tĂ© mis en place Ă  la rĂ©volution française avec l’abolition des privilĂšges :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....es-livres/

    Ni que toute redistribution Ă©quitable dans l’environnement « longue traine » actuel pour la licence globale serait strictement impossible Ă  mettre en place :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....e-globale/
    (dire le contraire Ă©tant tout simplement de l’ignorance ou du mensonge)

    Et puis pourquoi voir l’Ă©tat merdique du contenu sur le web (quelques exceptions, wikipedia etc) comme une fatalitĂ© ?
    Personne ne voit ce que cela pourrait ĂȘtre si on sortait un peu du dogme rĂ©gressif « tout gratuit tout pub quasi tout merdique » ? Il faut pouvoir acheter des sites, c’est tout ..

  7. Pingback: Lobbying et activisme contre la SOPA, l'industrie du web et les hackers font front | La communication asymétrique | Scoop.it

  8. Pingback: Un premier client pour le black-out anti SOPA – Gizmodo | France – iWooho.com

  9. Pingback: Lobbying et activisme contre la SOPA, l'industrie du web et les hackers font front | Blog informatique | Scoop.it

  10. Pingback: Un black-out du Web pour protester contre une loi antipiratage – 01net | France – iWooho.com

  11. Salut,

    C’est clair qu’aux USA, la loi SOPA a des adversaires de taille, et qui ne se laisseront pas faire. Pour ceux qui veulent montrer leur oppositions sur twitter, il y a mĂȘme un site qui permet en quelques clics de retoucher son avatar pour y rajouter un « STOP SOPA » (utilisĂ© notamment par un certain Matt Cutts et 10000 autres personnes Ă  l’heure oĂč j’Ă©cris) : http://www.blackoutsopa.org/

    Cordialement

  12. Pingback: Reddit va fermer temporairement pour protester contre la loi SOPA – Clubic | France – iWooho.com

  13. Pingback: Supportez le Blackout contre SOPA sur votre site | mart-e

  14. Pingback: Lobbying et activisme contre la SOPA, l'industrie du web et les hackers font front | Hadopi, Loppsi et Cie | Scoop.it

  15. « il serait temps qu’il se rendent compte qu’il veulent nous censurer et que tout le monde reagie contre leur volonte
 »

    Ca c’est sur, il suffit juste de connaitre le nouveau dictionnaire.

    virtuel = s’envoyer des suites de caractĂšres (comme si les Ă©changes Ă©pistolaires ou transmissions tĂ©lĂ©graphiques dataient d’hier)
    censure = ne pas avoir le droit de diffuser des oeuvres existantes (comme si la problématique était nouvelle)
    partage = diffuser des copies d’oeuvres existantes (comme si transmettre la rĂ©fĂ©rence, titre ou lien d’une oeuvre ne suffisait pas pour cela)

  16. C’est clair qu’aux USA, la loi SOPA a des adversaires de taille, et qui ne se laisseront pas faire. Pour ceux qui veulent montrer leur oppositions sur twitter, il y a mĂȘme un site qui permet en quelques clics de retoucher son avatar pour y rajouter un « STOP SOPA » (utilisĂ© notamment par un certain Matt Cutts et 10000 autres personnes Ă  l’heure oĂč j’Ă©cris) : http://www.blackoutsopa.org/

    Cordialement –

  17. Pour les anglophiles : http://www.youtube.com/watch?v=JhwuXNv8fJM

    Sinon attention aussi au Protect IP act qui est trĂšs dangereux. D’ailleurs certains observateurs voient dans le projet SOPA un truc tellement gros qui va faire Ă©cran de fumĂ©e afin que le Protec IP lui passe.

    Ce n’est pas parce que ça se passe aux States que cela ne va pas nous toucher. En effet, un site basĂ© Ă  l’Ă©tranger, se verra bannir des DNS amĂ©ricains Ă  la moindre infraction.

    Ces solutions sont comme utiliser un fusil à pompe pour tuer une mouche : complÚtement disproportionnées.

    Les choses peuvent aller trĂšs loin avec ce genre de « blague ». Prenons par exemple un artiste qui dĂ©cide de travailler sur un dĂ©tournement d’une marque/logo et dĂ©cide de le publier sur un site du genre de deviantart (dont c’est le but). A ce moment, deviantart passe sous cette loi… De quoi quand mĂȘme rebuter pas mal d’artistes dont internet est leur vitrine. Il y a fort Ă  parier que les oeuvres d’Andy Warhol lui-mĂȘme eu des problĂšmes, ou en tout cas le site publiant de telles oeuvres (SOPA)…

    S’Ăźl faut que les amĂ©ricains rĂ©agissent ce n’est pas pour que les gens puissent tĂ©lĂ©charger illĂ©galement des oeuvres mais pour permettre aux artistes de continuer de crĂ©er ! Et aussi d’avoir accĂšs Ă  une culture qui soit non formatĂ©e par les acteurs principaux du marchĂ© – oui bon ok c’est mal barrĂ© dĂ©jĂ  mais nĂ©anmoins il existe des gens lĂ -bas qui sont plus ouverts que la moyenne faut pas dĂ©conner non plus.

    Sans rire ce serait la fin de la publication sur le net d’Ă©vĂšnements tels le Sundance. Impossible non plus de publier des parodies maisons de film/sĂ©ries/publicitĂ©.

    TrĂšs honnĂȘtement, ce n’EST PAS une solution contre le piratage. Le devoir d’une dĂ©mocratie c’est de savoir aussi quand ne pas appliquer un projet de loi qui pour tenter protĂ©ger les droits d’une minoritĂ© le fait au dĂ©triment d’une majoritĂ©. Ca c’est une oligarchie… Sinon reste toujours l’envoi de produits piratĂ©s gravĂ©s sur DVD ou blu-ray par la poste, comme au dĂ©but des annĂ©es 90.

    MalgrĂ© le fait que les ventes en ligne de titres/film/produits ait augmentĂ©s – personnellement, je prĂ©fĂšre directement acheter mes CD auprĂšs des maisons de production lorsque c’est possible -, il ne faut pas rĂȘver : les majors et lobbyistes n’ont encore une fois rien compris et sont encore loin d’ĂȘtre passĂ©s au « monde 2.0 ».

    Bref tout ça ce n’est qu’une histoire de politique et de sous. Il faut aussi garder en tĂȘte que parmi les sites qui seraient touchĂ©, beaucoup sont gratuits et qu’il devraient rendre leurs services payants pour engager des gens qui devraient vĂ©rifier le contenu mis en ligne.

    Youtube me frustre souvent lorsqu’il m’empĂȘche de voir certaines video Ă  cause de certains droits d’exploitation non nĂ©gociĂ©s dans mon pays. Et pourtant j’habite en Suisse…

  18. « En effet, un site basĂ© Ă  l’étranger, se verra bannir des DNS amĂ©ricains Ă  la moindre infraction.

    Ces solutions sont comme utiliser un fusil Ă  pompe pour tuer une mouche : complĂštement disproportionnĂ©es. »

    Ah bon pourquoi ? je trouve au contraire que c’est la seule approche valide, permettant de se foutre entiĂšrement des flux et IP utilisateurs.

    Vous préférez le monitoring utilisateurs permanent ?

    Et sans oublier que le piratage, si ça ne rapporte rien aux auteurs, d’autres s’en mette plein les poches :
    http://owni.fr/2011/12/14/secr.....avid-robb/
    http://www.nzherald.co.nz/nz/n.....d=10626044

  19. Ce serait peut ĂȘtre bien de prĂ©cisĂ© que c’est le gouvernement AmĂ©ricain qui est Ă  l’origine de SOPA. Et que c’est seulement Ă  l’initiative de celui-ci qu’il pourra avoir un site bloquĂ© par tous les moyens.

  20. Pingback: Lobbying et activisme contre la SOPA, l'industrie du web et les hackers font front | Veille sur la FPT et les Collectivités et territoriales | Scoop.it

  21. Pingback: Actus Généralistes 2012 S02 | La Mare du Gof

  22. Pingback: Les américains veulent casser internet | MON PREMIER SITE INTERNET

  23. Pingback: Semaine #02 (2012) – Partie 2/3 | Grokuik

  24. Bonjour Florian, votre article est trĂšs intĂ©ressant, cependant, je souhaitais rebondir sur un point. En effet, au dĂ©but de votre article, vous parlez de la censure d’Internet dans certains pays « avant leurs rĂ©volutions ». Mais certains d’entre-eux ne sont-ils pas toujours sous cette censure ?

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Kreactive rachĂšte Media Etudiant : interview d’Anthony Kuntz, PDG de Kreactive

Une histoire de startups lyonnaises : l'agence Kreactive vient d'acquérir le réseau de sites spécialisés Media Etudiant. Interview d'Anthony Kuntz,...

Fermer