Avec ses graphismes à couper le souffle et son scénario immersif, Halo 4 va sublimer votre Xbox 360, une console qui date pourtant de 2005. Véritable blockbuster de cette fin d’année 2012, le souffle épique d’Halo 4 méritait bien qu’on s’y attarde.

L’univers d’Halo est passionnant pour quiconque aime la science fiction (tout comme celui de Mass Effect ou encore Star Wars). Un univers à plusieurs niveaux qui a permis à des spinoffs de voir le jour avec ODST et Reach.

Halo 4 : du renouveau et le début d’une nouvelle trilogie

Mais l’opus qui précède Halo 4 dans la trame narrative est bien Halo 3. Le quatrième épisode se déroule 4 ans après le précédent (il débute exactement 4 ans, 7 mois et 10 jours après l’épisode précédent). Le Master Chief (« Major » dans la version française) est endormi dans le vaisseau UNSC Forward Unto Dawn réduit à l’état d’épave après les événements survenus dans Halo 3.

Microsoft Games a confié le développement au studio 343 Industries qui a eu la lourde tâche de succéder à Bungie et ses 10 ans de bons et loyaux services sur la franchise Halo. Halo 4 entame tout simplement le début d’une nouvelle trilogie.

Des Covenants aux Prométhéens

C’est Cortana, l’intelligence artificielle qui accompagne le Chief, ce soldat d’élite de type Spartan II que vous incarnez, qui va le réveiller (« J’ai besoin de toi ») alors que le vaisseau s’approche d’une planète inhospitalière du nom de Requiem, tout un symbole.

Le bestiaire de la franchise s’enrichit de nouveaux aliens, autant de menaces pour la survie de la race humaine. Les Covenants, toujours aussi brutaux et bestiaux, sont encore là mais il y a une nouvelle race d’aliens avec les Prométhéens (dans Mass Effect, il y a les Prothéens).

Halo 4 c 532x300 Halo 4 : un jeu vidéo aux frontières du réel

En filigrane, il y a la question de la création et du développement des Spartans, ces soldats d’élite qui ont permis de sauver la race humaine face aux Covenants. Le Docteur Catherine Elizabeth Halsey qui les a créés, les qualifie de « prochaine étape de la race humaine ; ne les (le) sous-estimez pas. »

Sur la planète luxuriante qui sert de théâtre d’affrontement à ce 4ème opus, il y a donc les guerriers Prométhéens (qui servent les Forerunners), une race qui sera plus complexe à affronter. Ceux-ci font preuve de ruse et vous obligent à élaborer une forme de tactique. Il ne s’agit donc pas uniquement de jouer de la sulfateuse comme dans tout bon FPS qui se respecte.

Univers enrichi donc auquel on ne peut pas rester insensible. Si tant est que vous soyez fan de SF (sans même être fan de la franchise Halo), vous ne pourrez que plonger dans cet univers prenant.

Halo 4 a 236x300 Halo 4 : un jeu vidéo aux frontières du réel

Bien plus qu’un simple FPS

Si vous résistez à l’envie de vous essayer au jeu, vous pouvez toujours vous pencher du côté de la Web Série qui a servi d’introduction avant le lancement du jeu, Microsoft égrenant savamment les épisodes comme un compte à rebours. Vous résistez encore. Alors, écoutez simplement la bande son du jeu, une ode à la science fiction. La musique a été enregistrée dans les mythiques studios d’Abbey Road au Royaume-Uni. Des connivences avec le cinéma et les séries tv qu’Halo 4 ne renie pas avec des cinématiques à couper le souffle et pourquoi pas un film tant l’univers est étendu.

Les gamers ne s’y sont pas trompés en réservant un accueil sonnant et trébuchant à cet opus qui a rapporté la coquette somme de 220 millions de dollars en 24 heures !

Le jeu commence alors que vous êtes endormi. Sitôt sorti de stase par Cortana, cet être ambigü, il va falloir affronter les Covenants qui attaquent le vaisseau. Un petit air de Dead Space qui n’est pas pour déplaire pour commencer. Le jeu se passe ensuite sur la planète Requiem.

On est ébloui par les graphismes de haute volée et la maîtrise absolue des éclairages qui subliment le jeu, le tout bercé par la musique symphonique entrecoupée par les bruitages puissants des armes et des aliens

Halo 4 b 533x300 Halo 4 : un jeu vidéo aux frontières du réel

Cortana : la caution scénaristique

Tout a été fait pour que le joueur plonge dans cet univers. Ainsi, Cortana montre ses faiblesses. Car comme toute intelligence atificielle, elle a été conçue pour fonctionner correctement durant 7 ans. Mais, au début d’Halo 4, Cortana a 8 ans. Elle sombre dans la « Frénésie », ce mal qui ronge les IA dont le système a fait tourner trop de process. Des faiblesses qui rendent Cortana plus proche du Chief. Ce dernier viendra d’ailleurs en aide à l’hologramme durant tout le jeu.

Les scènes de shoot sont entrecoupées de conduites de véhicules (principalement des warthogs mais aussi des nouveaux venus avec notamment un conséquent mammoth). Le gameplay est hérité de celui d’Halo 3 ; il n’y a donc pas de véritables innovations de ce côté, si ce n’est la présence de quelques nouvelles pétoires.

Le multi s’enrichit

Mais ce serait sans compter sur le multijoueur, toujours aussi efficace. On retrouve évidemment les modes Forge conçu pour éditer ou bien créer ses propres cartes et Cinéma, des classiques dans la franchise Halo.

Le mode « Jeux de Guerre » (« War Games ») se charge d’alimenter la compétition propre au multi avec un classique deathmatch ou encore la variante « Capture the flag » (« Capturez le drapeau ») mais aussi le mode Dominion dans lequel il faudra prendre le contrôle de plusieurs bases, le tout sur 8 cartes dédiées au multi. Jusqu’à 4 joueurs pourront s’affronter simultanément sur un même écran splitté et jusqu’à 16 sur le Xbox Live.

L’expérience multi s’enrichit d’un nouveau mode coop avec « Spartan Ops » dans lequel une nouvelle campagne en lien avec l’histoire est proposée. Les joueurs ont des objectifs liés à une carte spécifique. De nombreuses missions s’offrent à vous avec des objectifs très variés. La bonne idée de 343 Industries est de prolonger la durée de vie en proposant chaque semaine un nouvel épisode comprenant 5 nouvelles missions.

Halo Waypoint sur SmartGlass

Grâce à SmartGlass, vous pouvez parcourir à la volée les stats (accessibles également via Halo Waypoint) de votre Spartan (nombre d’aliens tués, de vies utilisées, armes préférées, scores précédents, les médailles gagnées et plus encore). De surcroît, elles sont mises à jour en temps réel.

Mais surtout, avec SmartGlass, vous avez accès à des données qui ne sont pas accessibles autrement et qui vous plongent encore un peu plus dans l’univers d’Halo. Bien entendu, tout cela s’adressera aux fans purs et durs. Mais, sachez qu’on le devient rapidement.

Conclusion

343 a réussi à conserver les codes du jeu (la fameuse recette du Master Chief) tout en imprimant sa propre griffe. La trilogie part donc sur une solide base avec une campagne solo efficace doublée d’un multi complet et un coop bien senti.

Halo 4 est disponible exclusivement sur Xbox 360.

Pour aller plus loin

Pour les fans absolus, sachez qu’il existe un pack Xbox 320 Go Halo 4 en édition limitée au tarif de 319€. Il contient une console avec un design exclusif, deux manettes aux couleurs de l’UNSC, un casque filaire Xbox Live, le jeu Halo 4 et cinq DLC exclusifs.

pack Xbox 360 Halo 4 Halo 4 : un jeu vidéo aux frontières du réel