Suite à la nouvelle organisation de mes activités, j’ai donc récemment déménagé et quitté mes locaux professionnels afin de m’installer à mon domicile pour travailler dans un espace que j’ai fait aménager spécialement. Travailler chez soi est pour certains une contrainte davantage qu’un choix, et nombreux sont ceux qui font la démarche inverse, en s’installant

home Home sweet home

Suite à la nouvelle organisation de mes activités, j’ai donc récemment déménagé et quitté mes locaux professionnels afin de m’installer à mon domicile pour travailler dans un espace que j’ai fait aménager spécialement.

Travailler chez soi est pour certains une contrainte davantage qu’un choix, et nombreux sont ceux qui font la démarche inverse, en s’installant dans des locaux professionnels après une période plus ou moins longue, et parfois mal vécue, de travail à domicile. Pour moi c’est l’inverse : n’ayant plus de raisons objectives de louer un bureau puisque je concentre mon activité sur le blogging, la gestion de mes sites et le conseil, j’ai délibérément opté pour le travail à domicile. Ce qui au passage me permet d’économiser quelques milliers d’euros annuels.

Je ne sais pas si cette situation perdurera, mais pour être installé depuis maintenant un mois je n’y vois jusqu’à présent que des avantages, et je suis plutôt heureux de ce choix.

En fait après ces quelques semaines d’expérimentation, je fais un constat, personnel et qui n’engage que moi : bosser chez soi est plus favorable à certaines activités, notamment celles liées à l’écriture et à la « création » (au sens large). De fait, des activités demandant de la concentration, du calme, et probablement quelque-chose de plus impalpable ayant un rapport à l’intimité. Sans me comparer à eux, je crois que ce n’est pas un hasard si la plupart des écrivains, éditorialistes, scénaristes, compositeurs travaillent chez eux : ces métiers requièrent un environnement qui à mon avis n’existe que dans le cocon que constitue son environnement personnel, et donc son chez soi. De là à penser que pour sa survie l’écrivain ne doit jamais se trouver très éloigné de sa flasque de Bourbon…

D’autre part, travailler chez soi présente un autre avantage, déterminant dans le cas du blogueur : pouvoir commencer très tôt (à condition de ne pas avoir de graves problèmes relationnels avec le radio-réveil bien sûr), car en matière d’information, et à la vitesse où vont les choses, les petites heures de l’aube, disons entre 7 et 10, comptent double, voire triple. Sans parler des facultés intellectuelles et de la clarté des idées, certainement beaucoup plus performantes avant midi.

Tout cela bien sûr à condition d’avoir vraiment un espace dédié et une famille pas trop envahissante, ce qui suppose un conjoint qui travaille à plein temps et des enfants à l’école ou en âge d’être relativement autonomes. Dans ce cas les défauts de l’ado, et notamment son apparente indifférence, deviennent des qualités : il vous fout une paix royale. Il est sur Dofus.

En résumé, je pense que travailler chez soi est recommandé si les conditions suivantes sont remplies :

  • activité intellectuelle requérant calme et concentration
  • activité de création ou impliquant un investissement « émotionnel » nécessitant une certaine intimité
  • espace dédié impératif, si possible fermé
  • famille absente la journée
  • activité demandant aussi des déplacements et rendez-vous extérieurs réguliers afin d’éviter l’isolement qui est l’ennemi de tout travailleur à domicile

Bref, toutes les caractéristiques de l’ours mal léché icon smile Home sweet home

Je ferai un autre bilan dans quelques mois pour voir si ce choix est pérenne ou s’il est temps d’émigrer de nouveau dans des locaux professionnels.

Ah, j’oubliais : chez soi le café est (presque) gratuit, et avec une bonne machine à expresso, ça n’a pas de prix !