Le chinois Huawei compte créer 5.500 emplois en Europe

Le constructeur chinois Huawei, spécialisé dans la télécommunication, va étendre ses services en Europe et prévoit la création de 5.500 emplois.

Selon le responsable marketing de Huawei, Patrick Zhang, la sociĂ©tĂ© va proposer de nouvelles solutions aux entreprises europĂ©ennes. Outre les 5.500 emplois qui devraient ĂȘtre crĂ©Ă©s, le constructeur compte Ă©galement atteindre un chiffre d’affaires de 1 milliard de dollars rapidement grĂące Ă  ce nouveau business.

Selon Patrick Zhang, le marchĂ© EuropĂ©en aurait un potentiel encore plus Ă©levĂ© que celui des Etats-Unis. La sociĂ©tĂ© compte Ă©galement faire grimper son chiffre d’affaire de 10 % d’ici les cinq prochaines annĂ©es, grĂące Ă  ses solutions pour  entreprises, mais Ă©galement ses produits pour consommateurs. Le revenu annuel de 2012 a Ă©tĂ© de $35 milliards, pour Huawei.

Huawei accusé en Europe

Cette expansion est annoncĂ©e alors qu’il y a quelques mois, la Commission EuropĂ©enne a suspectĂ© les deux constructeurs chinois Huawei et ZTE de bĂ©nĂ©ficier d’un dumping commercial. La nouvelle avait retenti comme un avertissement pour ces derniers. En effet, ces deux Ă©quipementiers recevraient de l’aide en provenance de PĂ©kin, ce qui ne semble pas ĂȘtre apprĂ©ciĂ© par Bruxelles. On parlerait de prĂȘts Ă  faible taux accordĂ©s par des banques publiques chinoises et de rĂ©ductions des frais d’exportation.

Et aux USA aussi

Aux Etats-Unis, les compagnies liĂ©es au gouvernement chinois sont souvent suspectĂ©es d’aider PĂ©kin Ă  espionner les amĂ©ricains. Ce que les amĂ©ricains semblent craindre, c’est que les sociĂ©tĂ©s comme ZTE ou Huawei soient des portes ouvertes pour l’introduction de malwares par des agences d’espionnages Ă©trangĂšres. RĂ©cemment, ZTE a quadruplĂ© son budget lobbying aprĂšs que le CongrĂšs amĂ©ricain ait mis ses produits en liste noire, suite Ă  une Ă©tude. L’autre Ă©quipementier semble vouloir chercher un autre chemin.

(Source)

Attribution Image : By BrĂŒcke-Osteuropa (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

Comments are closed.

Lire les articles précédents :
Espagne : un lien peut coûter 6 ans de prison

L'Espagne durcit sa législation sur le piratage de façon radicale : jusqu'à 6 ans de prison pour faire un lien...

Fermer