Impression 3D : imprimer des tissus humains Ă  partir de cellules souches embryonnaires !

Une Ă©quipe de scientifiques Ă©cossais travaille sur le projet fou de gĂ©nĂ©rer des tissus humains Ă  partir de cellules-souches embryonnaires grĂące Ă  l’impression 3D.

On peut tout faire avec une imprimante 3D : fabriquer des armes, des figurines, des objets design et mĂȘme des stations lunaires. Mais les chercheurs de l’UniversitĂ© Heriot-Watt en Écosse (terre natale de la premiĂšre brebis clonĂ©e…) ont trouvĂ© une application de l’impression 3D encore plus Ă©tonnante : imprimer des tissus humains Ă  partir de cellules souches embryonnaires.

Bon, je vous dis tout de suite, mes connaissances en la matiĂšre sont au-delĂ  du nĂ©ant, et tout cela est Ă©minemment technico-scientifique, mais en substance, l’Ă©quipe de chercheurs a rĂ©ussi Ă  pour une imprimante spĂ©cifique Ă  valves des cellules flottant dans une « bio-ink » (encre biologique), les cellules faisant donc office « d’encre » pour l’impression.

imprimante 3D cellules souches

Selon Popsci, qui rapporte l’information, « les chercheurs ont rĂ©ussi Ă  faire sortir de minuscules gouttelettes, contenant cinq cellules ou moins par gouttelette, dans une variĂ©tĂ© de formes et de tailles. Pour produire des amas de cellules, l’Ă©quipe a imprimĂ© les cellules d’abord, puis les a recouvertes de bio-encre sans cellules, ce qui a gĂ©nĂ©rĂ© des gouttelettes plus grosses. Les cellules se regroupent ensuite Ă  l’intĂ©rieur de ces sphĂ©roĂŻdes. La taille sphĂ©roĂŻde est un Ă©lĂ©ment-clĂ©, parce que les cellules souches besoin de certaines conditions pour fonctionner correctement. C’est pourquoi, trĂšs prĂ©cisĂ©ment contrĂŽlĂ©e, l’impression 3-D pourrait ĂȘtre utile pour la recherche sur les cellules souches ».

AprĂšs avoir Ă©tĂ© sorties et isolĂ©es du dispositif, les cellules Ă©taient encore vivantes, viables et capables de se transformer en n’importe quelle autre cellule dans le corps.

Limiter les expĂ©rimentations animales…

Un procĂ©dĂ© qui pourrait ĂȘtre utilisĂ© pour imprimer de nouveaux tissus, ou en tant que « recharge » Ă  l’intĂ©rieur des organes existants, qui seraient de la sorte rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s. Cette expĂ©rience pourrait mĂȘme servir Ă  limiter l’expĂ©rimentation animale pour les nouveaux composĂ©s mĂ©dicamenteux, leur permettant d’ĂȘtre testĂ©s sur de vrais tissus humains. Selon un laboratoire de recherche partenaire de cette expĂ©rimentation, « Ă  plus long terme, cela pourrait permettre de fournir des organes pour la transplantation Ă  la demande, sans avoir besoin de don, et sans les problĂšmes de l’immunosuppression et le rejet d’organe potentiel ».

BientĂŽt nous pourrons peut-ĂȘtre imprimer nous-mĂȘmes nos propres os : fini l’angoisse de la facture et Ă  nous les sports extrĂȘmes avec piĂšces de rechange Ă  la maison…

(source et image)

20 commentaires

  1. Ça me rappelle une des premiĂšres scĂšnes du CinquiĂšme ElĂ©ment. Luc Besson, visionnaire ?

  2. Je ne sais pas pourquoi, la limitation des expériences sur les animaux me fait penser au rat virtuel dans The Amazing Spiderman.

  3. Le but est quand mĂȘme de limiter les expĂ©rimentations sur les animaux donc au final c’est une bonne chose !
    Mais ça semble quand mĂȘme trĂšs loin tout ça…

  4. Les cellules qui font office d’encre… je vais relire la phrase mais je ne suis pas sur que ça m’aide. D’ailleurs il doit y avoir une erreur dans la phrase car ça ne veut pas dire grand chose.

    • Eric

      @Lionel : la phrase est peut-ĂȘtre en effet peu explicite, mais le sujet est ardu. Il faut comprendre : les cellules sont Ă  cette imprimante ce que l’encre est Ă  une imprimante classique ou la rĂ©sine aux imprimantes 3D

  5. Je pense que dans quelques annĂ©es elles se seront gĂ©nĂ©ralisĂ©es, et cela permettra d’avoir un nombre quasi infini de possibilitĂ©s !

  6. Pingback: Impression 3D : imprimer des tissus humains à partir de cellules souches embryonnaires ! | 2020, 2030, 2050 | Scoop.it

  7. GĂ©nial ce projet, s’il aboutit, cela sera sans conteste un trĂšs grand pas pour la science !
    Cependant, l’impression de cellules doit prendre un temps colossal car si j’ai bien compris, il faut attendre que les cellules se multiplient assez avant de les « extruder » sous forme de toutes petites gouttelettes contenant un nombre de cellule acceptable, y a t-il un scientifique dans la salle pour Ă©clairer ma lanterne ? 😉

  8. Pingback: Impression 3D : imprimer des tissus humains à partir de cellules souches embryonnaires ! | Ma santé et le digital francophone | Scoop.it

  9. C’est incroyable! Si ça permet d’avancer dans les possibilitĂ©s de soins ou pour les personnes ayant perdu un organe, c’est fabuleux

  10. C’est aussi fou que gĂ©nial =) Si ça marche rĂ©ellement comme ils l’entendent, ça peut avancer beaucoup de choses. Je pense plus Ă  l’utilisation mĂ©dicale qu’Ă  la recherche sur des animaux par contre. Les labos de recherche sont trĂšs trĂšs pauvres, ont trĂšs peu de matĂ©riel dĂ©cent, je ne pense malheureusement pas qu’investir dans une imprimante 3D plutĂŽt que dans une souris les enchantent beaucoup.

  11. Imprimer du tissu humain ouah incroyable ! L’avenir et le progrĂšs en terme de santĂ©, commence vraiment Ă  se dessiner. J’ai rĂ©cemment vu un reportage TV Ă  ce sujet, les possibilitĂ©s vont ĂȘtre absolument incroyables. A suivre

  12. « fini l’angoisse de la facture » : joli lapsus non ? Parce que cela Ă©liminera peut-ĂȘtre l’angoisse de la fracture, mais par contre celle de la facture risque d’ĂȘtre bien prĂ©sente 😉

Lire les articles précédents :
Orange fait jouer ses fans sur Facebook avec Hellopolys

Orange vient de dĂ©voiler Hellopolys, le premier jeu social entiĂšrement consacrĂ© Ă  son cƓur de mĂ©tier : les rĂ©seaux. Le...

Fermer