Infinit.io & Sush.io : 2 start-ups françaises -pas encore en bêta- où vous devriez vous inscrire

L’ecosystème start-up français n’a jamais eu autant le vent en poupe qu’en ce moment. En effet, les projets de qualité fourmillent et ne cessent de nous arriver en flux continu. Les start-ups françaises Infinit & Sush.io sont deux exemples de services innovants que Presse-Citron va suivre avec beaucoup d’intérêt. Vous le devriez aussi.

Infinit : le peer-to-peer multiplié par l’infini

Ce projet a émergé du travail de recherche réalisée par son CEO (Julien Quintard) lorsqu’il a soutenu une thèse à l’Université de Cambridge.
L’idée est de proposer un logiciel de partage simple, puissant, rapide et sécurisé.
Plus concrètement, Infinit sera intégré à votre Finder MacOSX (puisque le logiciel sera Mac only dans un premier temps) de la même manière qu’un Dropbox.
Mais plutôt que de mettre l’accent sur vos fichiers, Infinit met en avant les contacts avec qui vous souhaitez partager des fichiers le plus fréquemment.
Il ne vous reste plus qu’à déposer le fichier sur l’icône représentant votre ami pour que celle-ci reçoivent une notification l’invitant à télécharger le fichier.
Et le système n’étant pas basé sur le Cloud, la vitesse de téléchargement est incomparablement rapide.

L’interface est sublime et l’ergonomie promet d’être intuitive au possible.

Inscrivez-vous à la bêta de Infinit immédiatement

Sush.io : le logiciel de gestion devient simple et beau

Et puisque l’on parle d’interface sublime, Sush.io amène le plus sexy des tableaux de bord qu’un entrepreneur pouvait imaginer.
En effet, la start-up française se présente comme IFTTT du BtoB puisqu’elle va agréger tous vos logiciels SaaS en une seule plateforme.
Vous y retrouverez donc les informations en provenance de Mint, Dropbox, Adwords, iTunes, MailChimp, Google Drive, GitHub, Heroku, free mobile, et de nombreux autres, directement depuis un logiciel qui sera disponible sur Mac & iOS lors d’une bêta commençant en Avril.

Inscrivez-vous à la bêta de Sush.io immédiatement

Invité

Etonnant de se limiter à Mac… Ils se privent quand même d’une bonne partie des utilisateurs

Invité
Valentin
6 mars 2013

Comment les Start-up française peuvent-elle grandir en France si elle n’assument même pas la langue ? Pourquoi toutes les Start-up ressentent l’irrépressible envie d’avoir un nom anglophone ? Vivement une Start-up étendard de la France avec un nom assumé !
Désolé pour ce coup de gueule mais voir des entreprises françaises se monter avec un nom anglais juste pour faire « IN » ca me fait pitié je n’ai pas envie de les soutenir. Une petite pensée pour un projet que j’aime et pour lequel j’ai autant de regrets : Pearltrees

Invité
Psychokill
6 mars 2013

« Désolé pour ce coup de gueule mais voir des entreprises françaises se monter avec un nom anglais juste pour faire « IN » ca me fait pitié je n’ai pas envie de les soutenir. »

Parce que ces startups vise un marché global et qu’un nom français ne sonne pas bien. N’importe quel mentor va lui dire de vite changer de nom. Ceci n’est pas une règle général, certains noms français passent très bien mais d’autres (la majorité) clairement pas.

Invité
tungchao
6 mars 2013

C’est moi ou Infinit.io n’est qu’une copie de l’Airdrop d’Apple ?

Invité

« tu peux déjà être fier de réussir à survivre. » et c’est le plus important en effet.

Invité

[...] L'ecosystème start-up français n'a jamais eu autant le vent en poupe qu'en ce moment. En effet, les projets de qualité fourmillent et ne cessent de nous arriver en flux continu.  [...]

Invité
Paci
6 mars 2013

Pour Mac et IOS ? Inutile donc…

Invité
7 mars 2013

Ce que fait Sush est pas mal, c’est un tableau de bord qui permet de suivre plusieurs indicateurs. Par contre, pour Infinit, je trouve cela peu utile, en effet, les fichiers que je veux envoyer à mes connaissances, je le fais par Skype lors d’une conversation, la plupart du temps.

Enfin, c’est le bonheur de voir que des sociétés travaillent pour les propriétaires de Mac, ce n’est pas la majorité des internautes, c’est vrai, mais, les propriétaires de Mac ne sont pas le grand public ! ;)

Invité
oximae
7 mars 2013

@Paci @Abbadon, je ne pense pas que le fait que les version alpha tournent sur tel ou tel OS signifie quoi que ce soit vis à vis de la disponibilité finale des applis.
Pour assurer le succès d’une solution, ses créateurs doivent la penser multi-OS et multi-device : il y a fort à parier qu’on retrouvera sinon les beta, au moins les versions finales sur un maximum de supports.

Ça a été le cas notamment pour une autre start-up française, Dashlane dont le système est aujourd’hui dispo sur Mac OS (plateforme d’origine), Windows, IOS, et Android

 
Lire les articles précédents :
picasa
Redirection de vos albums Picasa directement sur Google +

Google semble être en train de doucement faire disparaître son service de photos Picasa pour l'intégrer complètement au réseau social...

Fermer