[Infographie] Comment Google, Yahoo, Apple, Facebook et Amazon vous surveillent

Une infographie nous renseigne sur les données récoltées par les géants du Web, sur les techniques pour les récupérer et sur l’utilisation qui en est faite.

Alors que l’affaire PRISM continue de créer le scandale aux Etats-Unis et que la question de la vie privée refait surface, le site Baynote nous propose une infographie afin d’y voir plus clair en mêlant données et géants du Web. On y trouve notamment trois grandes informations dans cette image : les données collectées, les techniques utilisées pour récupérer des informations et les usages qui en sont fait. On retrouve ici nos amis Google, Facebook, Apple, Amazon et Yahoo!.

Que Google, Facebook et Yahoo collectent un certain nombre d’informations sur ce que nous leur donnons n’est pas réellement étonnant vu que ces sites font reposer une bonne partie de leur économie sur la publicité. Pour Amazon et Apple, la publicité est aussi présente mais on pense avant tout au contenu personnalisé qui va nous être proposé en fonctions de nos informations. N’oublions pas également que les services s’améliorent souvent en utilisant les informations qu’ils récoltent sur leurs utilisateurs, un bien pour un mal donc.

Les données les plus récupérées sont les clics sur les publicités et les recherches effectuées mais il en existe d’autres. On retrouve la situation géographique, l’adresse IP, le fournisseur d’accès, le navigateur utilisé, votre adresse e-mail, votre numéro de téléphone et, le plus étonnant de tous, des enregistrements de votre visage (!). Pour récupérer tout cela ils utilisent un certain nombre de méthodes détaillées dans l’infographie.

Un point important que rappelle cette infographie, c’est que toutes ces informations ne sont pas collectées de manière illégale ou frauduleuse. Non, tout est indiqué dans termes d’utilisation que l’internaute est censé avoir lu et qu’il approuve en utilisant le service en question. Le seul problème, c’est que ces documents sont généralement très longs et assez ennuyeux à lire (1539 mots pour le plus court, 3435 pour le plus long). De plus, certains géants proposent plusieurs services, chacun ayant ses propres termes d’utilisation. Les utilisateurs n’en prennent donc pas connaissance et sont parfois surpris par la récolte de données.

Voici l’infographie qui résume tout en détail :

InfographieGeantsWebTrack

Crédit image : Baynote


Comment Google, Yahoo, Apple, Facebook et Amazon vous surveillent"]

17 commentaires

  1. AmiralCitron on

    À bas ces géants du web !
    Perso je n’y vais plus sur ces sites mais je sais bien que c’est pas suffisant, il faut sensibilier la population à utiliser autre chose que Google !

  2. En même temps, ce n’est pas étonnant quand on sait que ces grandes firmes américaines se rémunèrent principalement avec les pubs ciblées (notamment Google et Facebook) ; ils vendent donc en quelque sorte les informations personnelles de leurs utilisateurs.

    Pour ne pas être épié(e), le plus sûr reste encore de ne pas renseigner d’informations personnelles sur Internet.

  3. avec google analytics nous avons également un nombre impressionnant de renseignements sur les visiteurs venant sur notre site, comme par exemple la ville , le navigateur ,le nom du fournisseur d’accès internet , et même la version du flash .
    Je trouve que c’est un peu trop et j’espère qu’un jour on pourra naviguer de façon totalement anonyme sur le net .

  4. Pour ceux qui cherche une alternative crédible à Google => DuckDuckGo. Ca n’est pas encore parfait mais pour la plupart des recherches c’est concluant et puis plus on l’utilisera mieux ca sera 😉

  5. Bon résumé, simple, clair lisible. Que doit-on en conclure ? Qu’il y a la place pour des sociétés qui protègent la vie privée ? Ou alors… tout le monde (99%) s’en fout ? Ou pire encore : vu que l’espionnage sert à mieux cibler, et donc à mieux servir le client, on en redemande ?

  6. Je ne suis pas spécialement étonnée non plus. Au final, ils font tous pareil, mis à part peut-être pour le Face Scan. J’aimerais bien savoir ce que ça apporte d’ailleurs, dans le cadre du ciblage pub.

  7. Enfin, je pense que là on mélange deux choses : d’un côté en effet ces sites, comme d’autres, trackent ces données, depuis toujours, depuis l’invention des cookies et des bases de données. Le problème de Prism, c’est que l’état américain, via la NSA, surveille cela, y a accès, peut voir vos messages, savoir tout de vos moindres déplacements et avis… et les anglais ne sont pas mieux lotis, et ça m’étonnerait que les français n’aient pas aussi un programme, sachant que nous vendons ce type de système aux lybiens par exemple. Bref, oui internet c’est big brother, et si l’on neveut pas être suivi, suffit de pas yêtre !

  8. Si PRISM peut exister c’est parce que ces gigantesques concentrations de données personnelles existent, et qu’elles sont aux USA. Mais il ne faut pas refaire l’histoire à mon avis : ces compagnies ne sont pas là pour « espionner » mais pour « profiler ». Il faut les voir avec leur vrai visage : celui d’agences de publicité. Ce n’est pas « mal », c’est simplement leur stratégie et il n’y a rien de secret là dedans. Le problème c’est qu’une telle concentration devient « facile » à exploiter et que les USA semblent profiter de l’occasion (en l’imposant à ces entreprises).

    Il est important de rappeler aux utilisateurs que les clients de ces géants du web sont les annonceurs et certainement pas les utilisateurs.

    Pour les personnes qui se sentent concernées sur les questions de vie privée et de contrôle des données personnelles, consultez le site http://prism-break.org qui liste des alternatives aux services proposés par ces géants. Pour résumer : utilisez des logiciels libres et décentralisez. Le projet Piwigo, sur lequel je travaille, y est cité en remplacement de Yahoo Flickr et Google Picasa Web Albums (Google+ Photos).

  9. @Laurent

    Si on parle de publicité ciblée, 99% c’est sans doute proche du pourcentage de personnes qui ne se sentent pas concernées ou gênées. Moi personnellement ce qui me dérange c’est de voir des publicités sur les chaudières à condensation sur des sites « d’informatique » parce que 3 jours plus tôt j’ai discuté du renouvellement de la chaudière avec ma propriétaire.

    Si on parle PRISM et l’effet Big Brother, alors je pense que beaucoup plus de 1% de la population s’en inquiète. Quand on voit que le sujet PRISM continue à provoquer des articles dans des médias grand publics, plus de 15 jours après la révélation…

  10. Oui et bien on ne peut pas a la fois vouloir des services gratuits et d’un autre coté ne pas avoir une contrepartie. JE trouve cela plus dommage pour certains services payants.

  11. Pas crédible car Apple n’est pas censé utiliser le Face Scan, mais on constate qu’ils utilisent la méthode « Facial Recognition Software »… faut m’expliquer comment on peut « matcher » un visage avec un autre si on ne les a pas en base de donnée.

    Bref, les infos contenues dans cette infographie sont de la belle connerie.

  12. est que les plug’in comme ghostery sont efficaces contre ces pratiques ?

  13. paradoxe des paradoxes, google a de plus en plus d’infos et pourtant nous en avons de moins en moins sur nos sites web, le fameux no index…
    à suivre

  14. Je ne suis pas spécialement étonnée, tout ceci n’est pas nouveau même ici facebook sait qu’est que vous consulter grâce ou module comment en bas de page

  15. Les chiffres font flipper… Moi j’ai découvert Datarmine, une extension qui permet de protéger ce qu’on publie sur les réseaux sociaux, c’est franchement génial !! Je recommande ++

Send this to friend

Lire les articles précédents :
ARAIG, l’armure du gamer

Un projet KickStarter nommé ARAIG propose aux joueurs une nouvelle manière d'appréhender le jeu. Couvert d'une armure, le gamer reçoit...

Fermer