Internet Archive : une sauvegarde au Canada pour échapper à Donald Trump

Internet Archive veut une sauvegarde au Canada. Et il a besoin de millions de dollars.

internet-archive

Pour ceux qui ne connaissent pas, Internet Archive est la Bibliothèque d’Alexandrie du web. Le site archive des vidéos, du son, des jeux d’arcade qui ont été émulé pour les ordinateurs et plein d’autres fichiers. En 2012, les données stockées par cette bibliothèque étaient estimées à 10 petabytes (à titre de comparaison, les photos et les vidéos de Facebook pesaient 100 petabytes à l’époque).

Et l’un des plus beaux trésors d’Internet Archive est la Wayback Machine, une sorte de machine à remonter le temps qui permet de revoir une page web dans son état antérieur. Par exemple, si vous voulez savoir à quoi la page d’accueil de Facebook ressemblait le 1er janvier 2007, il suffit de vous rendre ici. Et si vous voulez voir à quoi Presse-citron ressemblait en janvier 2006, c’est par là (désolé, Eric). Au moment où j’écris, cette machine a déjà mémorisé plus de 200 milliards de pages web.

A priori, Internet Archive n’a rien à voir avec la politique. Mais depuis l’élection de Donald Trump, l’organisation à but non-lucrative souhaite créer une sauvegarde au Canada. « Le 9 novembre en Amérique, nous nous sommes réveillés avec une nouvelle administration promettant un changement radical, écrit le fondateur Brewster Kahle dans un billet de blog. C’était un rappel ferme que des institutions comme la nôtre, construites pour le long terme, ont besoin de concevoir pour le changement. Pour nous, cela veut dire garder nos contenus culturels sûrs, privés et perpétuellement accessibles. Cela signifie préparer un Web qui peut faire face à de plus grandes restrictions. Cela signifie servir les clients dans un monde où la surveillance gouvernementale ne disparaît pas; En effet, il semble qu’elle va augmenter ».

Créer une sauvegarde d’Internet Archive au Canada semble être la seule solution pour l’organisation qui craint par exemple la disparition de certaines archives et qui souhaite se protéger contre les demandes de données d’utilisateurs par les gouvernements, outre le fait que cela créera une redondance de l’information pour une meilleure disponibilité.

Et comme Internet Archive ne gagne pas d’argent, l’organisation collecte actuellement des fonds pour réaliser cette opération, dont le coût est estimé à plusieurs millions de dollars. « La vie privée des visiteurs est très importante pour nous, alors nous ne collectons pas de données personnelles. Nous n’acceptions pas les publicités. Mais nous devons quand même payer pour nos serveurs », lit-on sur la page d’accueil d’archive.org, où l’organisation a placé une bannière pour récolter les fonds.

En tout cas, les administrateurs d’Internet Archive ne sont pas les seuls à s’être intéressés au Canada après l’élection de Trump, qui prendra bientôt sa fonction présidentielle. Après l’annonce de la victoire du républicain, qui veut « fermer une partie d’internet », ériger un mur entre les USA et le Mexique ainsi qu’obliger Apple à relocaliser aux Etats-Unis, de nombreux Américains se sont rués vers le site de l’immigration au Canada, qui a fini par ne plus répondre.


Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
la-page-daccueil-de-zone-telechargement
Zone Téléchargement ferait 1,5 millions d’euros de chiffre d’affaire

« […] ce sont des gens qui se sont enrichis sur le dos des créateurs », explique le secrétaire général...

Fermer