Internet.org, le projet pour que les populations du monde entier puissent enfin actualiser leur statut Facebook

Selon certains gĂ©ants de l’internet mondial et de ses technologies pĂ©riphĂ©riques, il demeure une injustice notoire en ce bas monde : deux tiers de la population mondiale n’ont pas accĂšs Ă  Internet.

Afin de rĂ©parer cette carence, plusieurs grands noms se sont associĂ©s Ă  l’initiative de Facebook pour unir leurs compĂ©tences et apporter internet dans les rĂ©gions les moins connectĂ©es.

Internet.org, c’est le nom et l’adresse du site crĂ©Ă© par cette association de bonnes volontĂ©s regroupant entre autres des noms comme Facebook, Nokia, Opera, Samsung ou encore Qualcomm.

« Personne ne devrait avoir Ă  choisir entre un accĂšs Ă  Internet, Ă  la nourriture ou aux soins. »

Une belle idĂ©e de dĂ©part qui vise probablement Ă  rĂ©pondre par avance aux critiques qui pourraient ĂȘtre faites au projet, que certains accusent dĂ©jĂ  de servir les intĂ©rĂȘts financiers des entreprises participantes. Des entreprises soupçonnĂ©es par certains dĂ©tracteurs de vouloir « monĂ©tiser la pauvretĂ© » dans un projet qui permettrait aussi Ă  un Zuckerberg d’accĂ©lĂ©rer l’extension de son empire aux cinq milliards de personnes supplĂ©mentaires qui ne figurent pas encore dans ses bases de donnĂ©es, parce-qu’actualiser son statut Facebook serait plus important qu’avoir accĂšs Ă  l’au potable ou aux soins.

Quoiqu’il en soit, le projet, qui allie l’ensemble des compĂ©tences et technologies permettant un accĂšs Ă  internet mĂȘme dans les lieux oĂč la bande passante se fait rare donc chĂšre, ne peut que sĂ©duire : l’un fournira des tĂ©lĂ©phones mobiles low cost, l’autre des technologies de compression de donnĂ©es, et un autre encore le navigateur mobile ouvrant les portes du web n’importe-quel mobile d’entrĂ©e de gamme. Et ce n’est pas la jolie vidĂ©o en mode Bisounours chez les autochtones qui nous contredira, mĂȘme si on a dĂ©jĂ  l’impression de l’avoir dĂ©jĂ  vue 2954 fois depuis les premiĂšres pubs TV de gentils FAI Ă  la fin des annĂ©es 90, vantant un monde forcĂ©ment meilleur parce-que forcĂ©ment connectĂ©. Amen.

Internet.org est un partenariat mondial entre leaders dans le domaine technologique, organismes Ă  but non lucratif, communautĂ©s locales et experts qui collaborent pour offrir Internet aux deux tiers de la population mondiale qui n’y a pas accĂšs. À l’aide d’outils de partage, de ressources et de recommandations, les partenaires Internet.org explorent actuellement des solutions dans trois domaines riches d’opportunitĂ©s : accessibilitĂ©, efficacitĂ© et modĂšles d’exploitation.

Un projet qui fera probablement appel aux internautes puisque comme l’indique la page de prĂ©sentation, ceux que cela intĂ©resse devront rester connectĂ©s pour lire les derniĂšres nouvelles et en savoir plus sur la maniĂšre de s’impliquer. Attention cependant aux effets collatĂ©raux de cette initiative : bientĂŽt le monde entier sera branchĂ© sur la prise internet, et vous n’aurez plus aucune excuse pour ne pas rĂ©pondre Ă  vos emails pendant vos vacances en yourte kazakhe. Sauf bien sĂ»r s’il n’y a pas d’Ă©lectricitĂ©, ou que vous vous ĂȘtes fait dĂ©chiqueter par un grizzly entretemps.


12 commentaires

  1. MouĂ©, ce n’est pas avec ce slogan Ă  deux francs qu’ils m’enlĂšveront de la tĂȘte leur intĂ©rĂȘt financier. Je veux bien croire qu’il y a une part de bonnes intentions de la part de Facebook, mais ça a clairement un intĂ©rĂȘt beaucoup plus grand derriĂšre.

    Et puis placer l’accĂšs Ă  internet au mĂȘme niveau que la nourriture et les soins, ça me dĂ©passe vraiment.. On va se retrouver avec un tiers monde complĂštement affamĂ© mais, mais … ils ont accĂšs Ă  internet !!!

    Wouhou ! Ils pourront taper « pizza » sur google images pour saliver un peu.

  2. @Arthur : Vous avez une vision du Web bien restreinte.

    C’est un outil + que puissant qui permet d’accelerer l’apprentissage et les connaissances, et on se souvient plus de l’apport des rĂ©seaux sociaux durant le printemps arabe.

    Oui, il doit bien y avoir des enjeux financier, on est d’accord, mais le projet n’en demeure pas moins trĂšs interessant.

  3. @Selthis > J’ai conscience de ce que l’internet peut apporter aux population, en terme de dĂ©veloppement et de connaissances. Mais avouez que pour certaines parties de la population sous-dĂ©veloppĂ©es, il y a d’autres prioritĂ©s (comme, justement, la nourriture et les soins).

    M’enfin bon, tant mieux s’il n’y a que moi que ça choque qu’une population aie accĂšs Ă  internet mais pas Ă  de la nourriture.

    Au final, ce n’est pas vraiment une rĂ©action contre Facebook & co (ils font avancer le monde dans leur domaine, c’est tout Ă  fait louable), mais plutĂŽt sur les prioritĂ©s que nous avons aujourd’hui 😉

  4. Facebook ne fait pas dans la nourriture… Ils apportent internet parce que c’est leur domaine

  5. @ Arthur
    Je vous trouve trop pessimiste et l’idĂ©e de tous pourri est bien prĂ©sente dans votre idĂ©ologie, je vous mentirais si je vous disais que dans un certain sens vous avez raison , mais aussi il faut voir les bon cĂŽtĂ©s des choses , et pourquoi Ă©pargner Facebook du jeux financier , il est bien entrer en bourse non , est pour un but non lucratif ?

  6. Comme on a appris il y a quelques jours, ici-mĂȘme, que plus on passe de temps sur Facebook plus on est malheureux, ces 5 milliards d’individus supplĂ©mentaires vont gagner, grĂące Ă  ce projet, un motif de plus d’ĂȘtre malheureux. C’est ça ou j’ai rien compris ?

  7. @Arthur : sur un blog Hi-tech de Geeks, vous ne devriez pas ĂȘtre surpris des rĂ©actions postĂ©es. Cela reprĂ©sente bien la nouvelle gĂ©nĂ©ration techno addict qui, habituĂ©e au zaping et au survol des sujets, n’a pas la possibilitĂ© (ou la volontĂ©) d’analyser le fond des choses.
    Rassurez-vous, en ce qui me concerne, je vous rejoins Ă  200%. Facebook pourrait, bien que travaillant dans le domaine de l’Internet, crĂ©er une fondation pour survenir aux besoins primaires de l’homme. Si internet est presque devenu un besoin primaire dans nos sociĂ©tĂ©s d’enfants gĂątĂ©s, il n’en n’ai Ă©videmment pas un dans les pays du tiers monde et il faut vraiment ĂȘtre idiot pour penser le contraire… Une seule chose intĂ©resse Facebook, c’est le fric. On peut le dĂ©plorer ou non, mais le nier… Une idĂ©e de dĂ©fit pour Presse Citron : ne plus publier d’articles relatifs Ă  Facebook pendant 7 jours ! Hum…

    • Eric

      @Dimitri69 : « Une idĂ©e de dĂ©fi pour Presse Citron : ne plus publier d’articles relatifs Ă  Facebook pendant 7 jours ! Hum
 » Effectivement, Hum : je ne vois vraiment pas au nom de quoi nous devrions faire un blackout sur l’actu concernant Facebook ? Et pourquoi Facebook et pas Google, Apple, Microsoft, Amazon ou un autre, qui eux, bien sĂ»r, ne sont pas du tout intĂ©ressĂ©s par le fric ? Non je ne vois pas.

  8. Salut,
    et si c’Ă©tait une bonne idĂ©e ? En Afrique, l’introduction du portable dans les zones les plus reculĂ©es a permis par exemple d’optimiser le temps de travail et la sĂ©curitĂ© des femmes qui passaient la journĂ©e Ă  aller chercher de l’eau au puit.
    Les pauvres sont invisibles ? Internet serait aussi l’occasion de dĂ©velopper du micro-financement, de la dĂ©mocratie directe et de la lutte contre la corruption, etc, tout le monde peut penser Ă  plein d’idĂ©es.
    Mais surtout, cela peut aussi permettre que des projets soient rendus possibles, car ils auront été rendus visibles et donc finançables.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Le hacker de Zuckerberg finalement rĂ©compensĂ©… mais pas par Facebook

Vous avez aimé l'histoire de ce jeune hacker palestinien qui avait identifié une faille sur Facebook lui permettant de poster...

Fermer