Internet : quand un drone devient un hotspot Wi-Fi volant

Un informaticien a eu l’idée d’embarquer un routeur sur son drone fait maison pour que celui-ci devienne un hotspot W-iFi volant de secours.

Après avoir été réservés aux militaires pendant des années, les drones ont fait leur entrée dans le monde civil. Désormais, l’utilisation de ces petits robots volants ne se limite plus à la surveillance. De nouvelles idées émergent chaque jour. Nous pourrions parler du drone-ambulance qui peut vous apporter un défibrillateur très rapidement ou encore du drone livreur de Pizza.

Parmi ces idées lumineuses, il y a celle de d’Adam Conway : transformer son drone en un hotspot Wi-Fi volant. Son histoire a été rapportée par le site discovery.com.

Conway est directeur de produit dans une compagnie nommée Aerohive, spécialisée dans les réseaux informatiques. Il a rassemblé quelques composants pour obtenir son drone fait maison, puis y a attaché un vieux routeur qu’il a déniché au boulot.

L’idée lui serait venue lorsqu’il a décidé de construire un petit drone. Puis, se demandant ce qu’il allait en faire, un collègue de travail  lui suggère de « mettre le Wi-Fi sur le drone ». Ce serait comme ça que l’idée du hotspot volant a vu le jour.

En revanche, le prototype du « Drone Wi-Fi » ne serait pas encore complètement au point. En effet, malgré la stabilité des quadrirotors qui peuvent rester en stationnaire, ces derniers ont généralement une autonomie très réduite. De ce fait, un seul drone ne pourrait vous connecter à internet que pendant une ou deux dizaines de minutes. Aussi, l’idée serait de prolonger l’autonomie et d’avoir deux drones pour qu’ils puissent se relayer lorsque l’un est à plat. Sachant également que des chercheurs sont en train de développer des drones solaires, le « Drone Wi-Fi » pourrait avoir plus de sens, dans l’avenir.

Si Google veut connecter les zones isolées grâce à ses ballons Loons, ce drone Wi-Fi serait plus utile dans des situations d’urgence ou pour assurer une couverture Wi-Fi dans des lieux où il n’y en a pas, le temps d’un évènement. En tous cas, l’idée su « WiFi d’urgence » est plutôt simple, mais elle semble inédite.

(Source)

Crédit Image : °Florian


5 commentaires

  1. Question bête mais il faut une couverture 3G au minimum pour se connecter à internet, non ?
    C’est rare d’avoir un smartphone wifi sans 3g (quoique les tablette et les pc…)

    Donc je vois pas bien l’utilité.

  2. Les drones ont un bel avenir.
    Pour les pizzas, il me semble que c’est domino’s pizza au USA qui a testé ce mode de livraison.
    J’ai aussi lu un article parlant d’un record de distance (1Km) et un autre parlant d’une communauté qui se partage leur plus belles prises aériennes.
    Les américain sont aussi dans le coup pour chasser les moustiques avec des drones spécifiques.
    Sinon, je suis fan de l’émission d’Emmanuel Laborde sur Arte « village de France » dans laquelle il utilise aussi un drone pour survoler les monuments du village.
    Bref, on a pas fini d’en entendre parler.

  3. Merci Eric pour ces précisions.
    Pour les pizzas, méa-culpa, effectivement c’est en Angleterre, mais c’est bien Domino’s qui a fait le test.
    En tout cas, ça donne envie, cela peut permettre de prendre de très belles photos ou vidéos aériennes, en des lieux où nous n’aurions pas pu accéder avec un hélicoptère ou un avion traditionnel, même si apparemment il faut dans ce cas là aussi, une autorisation pour survoler des habitations ou monuments en ville.
    Bon article en tout cas, merci.

  4. Je comprends pas trop le principe… Le router attaché au drôme capte Internet depuis où? Pas mal si on veut voler la connexion wifi non protégée de quelques maisons plus loins mais sinon… D’autant qu’en plus de l’alimentation du drôme, il faut alimenter le router. Ca fait beaucoup pour peu de temps de connexion!

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Nissan va produire des voitures autonomes dès 2020

Le constructeur automobile japonais Nissan compterait commercialiser des véhicules autonomes (sans chauffeur) d’ici 2020.

Fermer