Adidas a dévoilé cette semaine en avant-première mondiale à New York BOOST, sa nouvelle chaussure « révolutionnaire » de running. Rebonds en perspective chez les adeptes de la course à pied.

Marcher sur des ressorts, ça vous dirait ? C’est une drôle de sensation un peu semblable que j’ai découvert cette semaine après avoir chaussé les nouvelles Adidas « BOOST », que le manufacturier allemand présentait en avant-première à New York devant un parterre de blogs et médias numériques en provenance des cinq continents, dont Gizmodo et Presse-citron pour ce qui concerne la partie high-tech française[1].

Pourquoi des blogs high-tech, me direz-vous ? Parce-qu’Adidas a bien compris que la technologie était un enjeu de plus en plus important dans le mix de présentation de ses produits, et que les geeks peuvent être aussi des sportifs exigeants quant au choix de leur équipement. Une tendance de communication qui avait été amorcée pour le lancement de l’adizero F50, une chaussure de foot équipée de la puce miCoach SPEED_CELL, un dispositif numérique situé dans une cavité dans la semelle extérieure qui permet de suivre et télécharger vos informations de performance.

boost Jai testé la chaussure qui fait rebondir
Une capture d’écran de l’application BOOST pour iPad

Depuis cette innovation, Adidas creuse son sillon high-tech en équipant la plupart de ses chaussures d’un logement permettant d’intégrer le fameux module miCoach, élargissant cette technologie à plusieurs activités sportives, dont le running. Une stratégie qui franchit un pas supplémentaire puisque le lancement de la BOOST s’accompagne d’une application iPad de présentation plutôt bien conçue, mais pas encore disponible sur l’App Store français.

De running, il était donc question lors de ce show new-yorkais, qui n’était pas sans rappeler, dans sa forme, les keynotes des grands noms de la technologie numérique que nous avons l’habitude de suivre, avec ici en guest-stars des athlètes comme Yohann Blake et Haile Gebreselassie, souriants et disponibles, alors que pendant quelques heures la rumeur de la présence d’un David Beckham avait même traversé l’assemblée (qui en frissonne encore). Mais le gars avait trop de boulot, entre New York et Sochaux, il a choisi Marseille.

Selon Adidas, la conception et les matériaux qui composent la BOOST en font une chaussure de course à pied révolutionnaire. Bon. Inaugurant un nouveau segment « Energy Running », BOOST fournit un retour d’énergie jamais vu jusqu’alors grâce à sa technologie d’amortissement à base d’une mousse générant une capacité de rebond bien supérieure à celle fournie par les semelles des chaussures actuelles. Selon Eric Liedtke, responsable Sport et Performance chez Adidas, la BOOST « va redistribuer les cartes dans le secteur de la chaussure de running et paver la voie pour le futur ».

Ni chaud ni froid

Le secret ? Le matériau d’amortissement, une mousse développée conjointement avec le géant de la chimie BASF, constituée de de milliers de petites capsules qui fournissent à la semelle de la chaussure des capacités d’amortissement donnant en effet littéralement l’impression d’avoir des semelles à ressorts supersoniques, qui plus est insensibles aux variations de températures, de -20 à +40 degrés centigrades. Mine de rien, ce dernier détail compte, quand on voit comme la semelle des chaussures actuelles durcit dès qu’il fait froid.

boost02 Jai testé la chaussure qui fait rebondir
La photo de promo

boost03 Jai testé la chaussure qui fait rebondir
Ma photo (faite avec iPhone 5)

Nous sommes quelques-uns à avoir testé en conditions réelles les BOOST lors d’une longue marche à rythme soutenu dans Manhattan et nous avons fait le même constat : les chaussures sont incroyablement légères et confortables, mais surtout l’effet « rebond » est saisissant. Vous avez littéralement l’impression que la chaussure vous propulse en avant sans aucun effort et se charge de faire du bien à votre corps, à vos articulations, à vos genoux, et à votre dos, des lombaires au cervicales. En fait, plus vous marchez et moins vous ressentez la fatigue. Après deux heures de marche et un break hamburger-bière dans un pub, généralement, le redémarrage est plutôt laborieux. Ici, rien, aucune sensation de fatigue, pas de jambes lourdes ni courbatures. On se sent tout neuf, remontés comme des horloges et prêts à se faire le trajet dans l’autre sens, à savoir Battery Park – Central Park, en marchant, voire en courant.

Un effet qui est amplifié en mode course, ce que confirmera un bon footing à mon retour de New York.

Côté esthétique en revanche, même si le chef du design Adidas affirme s’être lâché et avoir aussi conçu une chaussure au look inédit, les avis sont partagés. Certains observateurs ne sont pas fans du profil « babouche » (baboost ?) de la chaussure, ni de la semelle qui laisse apparaitre les cellules de polyuréthane, donnant à la chaussure un aspect un peu kitsch qui laisse penser que sa base est faite de polystyrène identique à celui que l’on trouve pour caler les emballages.

La technologie Energy Boost équipera progressivement tous les modèles de la marque, en remplacement du matériau EVA jusque-là majoritaire dans les chaussures de running. La sortie mondiale de la BOOST est programmée pour 27 février 2013 pour un prix non communiqué, mais qui devrait aux alentours de 150 euros (les deux). Le printemps va être plein de rebonds.

[1] Gizmodo US était là aussi