C’est l’une des annonces qui fait le plus de bruit au CES 2014 : le co-fondateur de Twitter Biz Stone a annoncé Jelly, une nouvelle application. Celle-ci combine un système de questions/réponses à l’utilisation des images et affiche de hautes ambitions.

L’application Jelly, présentée lors du CES 2014, est en train de s’entourer d’un joli petit buzz. Pourquoi parle-t-on autant d’elle ? Car parmi les personnes derrière Jelly, on retrouve Biz Stone, l’un des quatre fondateurs de Twitter – qui n’avait pas manqué de faire monter le suspens autour de cette nouveauté. Alors, voici comment fonctionne Jelly : c’est une application qui permet aux utilisateurs de poser des questions et, évidemment, d’y répondre. La particularité, c’est l’utilisation d’images dans le système de questions/réponses. Exemple : vous marchez dans la rue et voyez une œuvre de street art intrigante, vous la prenez en photo, vous entourez l’œuvre et y accolez la question « connaissez-vous l’artiste qui a produit cette œuvre ? » puis vous envoyez le tout à Jelly.

Déjà vu ?

Bien évidemment, du fait de sa nouveauté, la communauté de Jelly est encore faible et les réponses ne sont ni très rapides ni très nombreuses. Mais si l’application rencontre le succès, il se pourrait qu’elle trouve vraiment sa place et devienne très utile. Jelly a déjà, suite à son buzz, provoqué de nombreuses réactions positives et négatives. Certains critiquent l’aspect ‘déjà vu’ du concept qui ne fait que reprendre des choses déjà existantes et les condenser en un logiciel mobile. Mais les huit personnes qui ont conçu Jelly semblent avoir d’autres plans en tête.

Jelly Jelly, lapplication du co fondateur de Twitter, souhaite exploiter lintelligence commune

Exploiter l’intelligence commune ?

Interviewé par de nombreux journalistes, Biz Stone explique qu’ « utiliser Jelly pour aider les gens est bien plus important que d’utiliser Jelly pour demander de l’aide.« . L’idée, est d’exploiter l’intelligence commune des Hommes. « Tous ces gens travaillent sur l’intelligence artificielle. Et si l’on s’intéressait seulement à l’intelligence ? Il y a sept milliards de personnes, il y a beaucoup d’intelligence dehors.« . Il est vrai que Jelly pourrait permettre de connecter – avec ses questions/réponses – des personnes qui n’auraient pas été amenées à discuter comme par exemple des collégiens et des retraités.

Faire ses preuves

Bien évidemment, Jelly devra parcourir un petit morceau de chemin avant d’être réellement crédible. Les objectifs de l’application semblent intéressants – en témoigne le slogan « Aidons-nous les uns les autres » – mais seront-ils atteints ? Pour l’instant, de réelles questions comme « Comment résoudre ce problème mathématique » côtoient des âneries comme « mais qui m’a soufflé dans les cheveux ?« .

Le site de Jelly, les liens pour télécharger l’application sur Android et iOS.

 (source)