Jeu Web de la semaine : …But That Was [Yesterday]

Troisième épisode de la rubrique hebdomadaire : le jeu web de la semaine. Comme son nom l’indique, chaque week-end je partagerai avec vous un jeu que j’ai aimé. Parfois artistique, parfois philosophique, parfois simplement divertissant, le jeu sur internet offre de nombreuses facettes

Cette semaine on s’attaque à un petit OVNI appelé …But That Was [Yesterday], un truc étrange qui utilise quelques mécaniques issus des jeux de plateforme, qui pose quelques questions et qui fait fortement appel à votre imagination. Je vais tenter de m’efforcer de vous retranscrire un brin de l’expérience procurée par ce jeu, sans non plus trop vous en dévoiler.

Le premier point à connaitre, c’est qu’il n’y a aucune instruction, aucun synopsis/résumé et aucune parole dans le jeu : vous êtes livré à vous-même. Vous incarnez ce qui semble être un jeune homme que vous contrôlerez avec les flèches de votre clavier. Sans savoir quoi faire, vous vous retrouvez face à une sorte de brume opaque et mouvante. N’ayant pas d’autre choix, il vous faudra aller à son contact et là des images défileront devant vous, sans savoir ce que c’est.

ButThatWasYesterday1

Vous vous retrouverez ensuite dans un paysage enneigé avec un petit chien à vos côtés. La brume est toujours présente et vous découvrirez bien vite qu’elle vous bloque le chemin, vous repoussant et vous faisant défiler des images quand vous la toucherez. Il vous suffit de regarder derrière vous pour qu’elle recule, vous laissant le champ libre. Vous remarquerez alors que vous ne pouvez pas aller en arrière, seulement regarder.

S’en suit d’autres tableaux où vous rencontrerez d’autres personnages que le chien, chacun d’entre eux vous apprenant un nouveau mouvement à la manière d’un tutoriel. Chacun d’entre eux disparaissant à son tour, vous laissant irrémédiablement seul. C’est durant ces phases là que vous serez pris par l’ambiance du jeu, une impression de solitude vous gagnera.

C’est d’ailleurs toute la force du jeu : son ambiance unique, la manière dont il arrive à vous faire ressentir ce que ce petit personnage bleu dénué de visage ressent. Sous un gameplay et des graphismes franchement minimalistes se cache une expérience interactive qui fera marcher votre imagination. Vu qu’il n’y a aucun dialogue, vu qu’il n’y a aucune explication, vous ne vous poserez pas vous-même des questions. Vous essayerez de trouver vos propres interprétations et je suis sûr qu’il y en a un bon nombre.

ButThatWasYesterday2.png

Attention tout de même, le gameplay proche du zéro rebutera quiconque n’arrive pas à entrer dans l’ambiance proposée. Je vous conseille néanmoins de dépasser les deux premiers tableaux qui sont probablement les moins intéressants et les moins captivants, tout le sel du jeu vient ensuite et il serait dommage de le rater. Le jeu dure une dizaine de minutes, n’hésitez pas à laisser vos ressentis, impressions et interprétations en commentaire.

Pour tenter l’expérience …But That Was [Yesterday], cliquez ici !

Les plus :

Une expérience de jeu originale

Une ambiance très marquée par la musique et les graphismes

Un champ d’interprétation énorme et stimulant pour l’esprit

Les moins :

Les premiers tableaux pas vraiment transcendants

Un gameplay faible qui rend quelques passages répétitifs

Il vous faudra fournir un effort d’imagination si vous ne voulez pas être totalement déçu à la fin

Mon interprétation, [SPOILER] :

Pour moi le brouillard représente clairement les souvenirs du personnage, au tout début vous pénétrez dans ses souvenirs et tout ce que vous allez vivre ensuite appartient au passé (« Mais c’était hier »). A partir du moment où vous serez plongé dans vos souvenirs, vous essayerez de les chasser car ils sont douloureux, c’est pourquoi quand vous les touchez des flashs apparaissent et votre personnage est repoussé. Votre personnage est empli de mauvais souvenirs, il vit dans le passé mais refuse de voir la vérité en face, cela est symbolisé quand vous vous retournez et regardez en arrière la brume s’éloigne. Cependant, ce n’est pas parce qu’il vit dans le passé qu’il peut y changer quelque chose, ce qui explique qu’il ne peut pas retourner en arrière.

La perte de son petit chien, la mort de son ami et la séparation forcée avec sa copine sont des passages difficiles qu’il va devoir revivre bien malgré lui dans son petit voyage initiatique. Ce sont d’ailleurs ces mauvaises étapes de sa vie qui ont fait de notre personnage ce qu’il est, chacun des protagonistes disparus nous apprenant quelque chose. A la toute fin, on ne sait plus vraiment où on en est, mais on peut penser que le héros a enfin réussi à chasser ses vieux démons, comme l’accomplissement d’une initiation dans la douleur morale.


3 commentaires

  1. Excellent ce petit jeu, il en existe un similaire sur PS3 sur lequel j’étais tombé sur la démon, Limbo, où pareil, un jeu simple, bizarre, où l’on se promène et l’on se demande ce que l’on cherche…

    • Axel-Cereloz on

      Je trouve Limbo assez différent de … But That was… . Au niveau des commandes on reste sur du très simple et l’univers très marqué visuellement est aussi présent. Cependant Limbo offre des énigmes et des phases de jeu plus ardues que … But That Was … qui reste simplissime de bout en bout uniquement pour porter son message et son émotion. Je vous avouerai que dans Limbo j’ai eu du mal (mis à part les premiers niveaux dans la forêt) à être captivé par l’ambiance même si le jeu reste beau de bout en bout.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Un X-Wing grandeur nature construit en briques Lego

Le X-Wing, mythique vaisseau de la saga Star Wars décroche un nouveau record : celui de la construction en la...

Fermer