Jeu Web de la Semaine : Doodle God

29ème épisode de la rubrique (presque) hebdomadaire : le jeu web de la semaine. Parfois artistique, parfois philosophique, parfois simplement divertissant, le jeu sur internet offre de nombreuses facettes.

Et si vous pouviez, à votre tour, vous prendre pour un dieu ? Voici le principe sur lequel repose Doodle God, un ludiciel inclassable. Vous êtes une entité supérieure et votre but est de faire progresser l’humanité en associant différents symboles entre eux. Au tout début, vous n’aurez accès qu’à une poignée d’éléments, ce qui vous simplifiera grandement la tâche. A partir de la terre, de l’air, du vent et du feu, vous devrez créer la vie, la technologie ou encore d’autres éléments.

De la terre à l’Homme

Vous commencez par quelques bactéries que vous pourrez faire évoluer jusqu’à arriver à l’Homme – vous passerez par les dinosaures avant -. Le principe sera toujours le même : vous sélectionnez un éléments, puis un autre, et vous regardez si votre combinaison a produit un effet. Doodle God vous met dans la peau d’un dieu qui tente ses propres expériences et peut créer la vodka, la roue, la vapeur ou encore le zombie. Sur la version de base, il est possible de créer 140 éléments différents appartenant à 15 catégories.

DoodleGod1

Un but si proche et pourtant…

Le côté expérimentation est très intéressant et, bien souvent, les associations sembleront plutôt logiques. Combinez un humain avec une arme pour créer un chasseur, un chasseur avec un oiseau pour créer de la viande, du sang et des plumes, de la viande avec du feu pour créer un steak… Malheureusement, Doodle God n’échappe pas à un phénomène que l’on retrouve souvent dans les jeux de type point’n’click : les combinaisons qui n’ont aucun sens. Certains assemblages (notamment pour la catégorie « supernaturel ») semblent un peu tirés par les cheveux. De plus, plus vous vous approcherez des 140 éléments créés, plus il sera difficile de trouver les combinaisons qu’il vous manque. Cela vous oblige à tenter des combinaisons au hasard, ou à tricher, ce qui est un peu dommage.

Habillage réussi

Doodle God n’a pas de scénario, puisque c’est vous qui créez le monde. Cependant, quelques petites citations sont affichées lorsque vous réussissez une création, un point agréable. La musique est relativement bien faite et elle arrive à se faire oublier, ce qui lui permet de ne pas être répétitive, même si vous jouer pendant 45 minutes d’affilée. Les graphismes sont simples et jolis, parfois amusants. Il existe un bouton d’aide qui vous permet de vous indiquer deux catégories qui peuvent se combiner, vous risquez de l’apprécier lorsque vous vous approcherez de la fin.

DoodleGod2

Doodle God est donc un jeu au principe très bien pensé et vous vous amusez probablement beaucoup à vous prendre pour un dieu pendant 10-20 minutes. Cependant, à un moment ou un autre, certaines combinaisons deviennent illogiques et il faut tenter le hasard pour progresser, ce qui fait perdre de l’intérêt au jeu. L’idée et l’emballage de celle-ci restent tout de même remarquables.

Pour jouer à Doodle God, rendez-vous ici.

Si vous avez apprécié le jeu, sachez qu’il existe une version où vous pouvez vous prendre pour le diable : Doodle Evil.

Les plus :

  • L’idée de base, très amusante
  • Les citations lors des combinaisons
  • La musique et les graphismes, simples et réussis

Les moins :

  • Le principe du jeu trouve ses limites assez rapidement
  • Des combinaisons illogiques

Nos dernières vidéos

6 commentaires

  1. ca a l’air bien mais ca me semble tres fortement inspiré d’un jeu « alchemy », disponible au moins sur android, depuis plus de 2 ans.

    • Axel-Cereloz on

      Doodgle God, dans sa première version, date de 2010 ! Je ne connais cependant pas Alchemy.

  2. Inceptio est aussi dans la même veine, mais donne plus de diversité (plus d’une dizaine de niveaux, avec des thèmes différents).
    C’est graphiquement moins beau (du niveau d’Alchemy), mais plus varié que Doodle God…

Send this to a friend