Jeu Web de la semaine : One Step Back

Douzième épisode de la rubrique hebdomadaire : le jeu web de la semaine. Parfois artistique, parfois philosophique, parfois simplement divertissant, le jeu sur internet offre de nombreuses facettes.

Cette semaine on s’attaque à One Step Back, un jeu de plateforme qui mêle un gameplay assez original avec une pointe de philosphie. Le jeu de plateforme est souvent utilisé sur Internet pour introduire la réflexion sur la vie et sur le monde qui nous entoure. Nous avons, par exemple, déjà parlé de …But That Was [Yesterday] qui traite du passé et de la douleur des souvenirs qui le composent. One Step Back parle également, comme son nom l’indique ‘Un pas en arrière’, de la relation que l’on entretient avec son passé et de la manière dont on le fuit.

Un gameplay simple et original

Intéressons nous avant tout au gameplay qui est ici très simple. Vous utilisez les flèches de votre clavier (ou WASD selon vos préférences) pour contrôler un petit personnage qui peut sauter et se déplacer latéralement. Votre but est d’atteindre une porte qui représente la sortie du niveau. Cependant, plus vous avancerez, plus vous devrez vous déplacer pour ouvrir la porte, celle-ci se charge au fur et à mesure de vos mouvements. Le seul hic, des ombres vont sortir de votre point de départ et exécuter exactement le même parcours que vous. Si vous les touchez, c’est la mort. Il est à noter que les ombres se déplacent au fil de vos mouvements et non pas au fil du temps, vous pouvez donc réfléchir tranquillement à quelle stratégie aborder. Quand vous arriverez au milieu du jeu, le gameplay changera du tout au tout, mais je ne vous en dit pas plus, vous découvrirez par vous-même.

OneStepBack Jeu Web de la semaine : One Step Back

Ambiance

Au niveau ambiance, on est agréablement surpris par la musique qui accompagne très bien ce jeu. Elle colle réellement à l’ambiance ‘lutte contre son passé’ et ne lasse pas, cela est bien évidemment aidé par le jeu qui est assez court. Les graphismes eux font le choix de la simplicité : des formes pour les plateformes, deux couleurs pour le décor et votre personnage et ses ombres modélisés dans un style minimaliste. Bien évidemment, les graphismes, un peu mis de côté, ne sont pas gênants car ils ne constituent pas l’essence du jeu. A chaque fois que vous terminerez un niveau, une phrase en anglais vous en apprendra un peu plus sur les motivations de votre personnage, ce qui donne une certaine épaisseur au jeu et vous donne une vraie raison d’enchainer les niveaux.

Un peu de philosophie

Le jeu nous permet un petit peu de philosophie, attention, ne vous attendez pas à quelque chose de complètement fou, on reste dans un concept assez simple. Notre personnage choisit donc de fuir son passé, symbolisé par les ombres derrière lui qui tracent le même parcours. Il refuse de se confronter à celui-ci, s’il entre en contact avec, il meurt. C’est une sorte de fuite en avant, il passe les portes, les niveaux, mais il sait que ce passé le poursuivra toujours et qu’il ne pourra jamais s’en débarrasser. Cela va changer au milieu du jeu où notre héros va finalement décider de ne pas se faire consommer par ses souvenirs, mais je ne vous en dit pas plus, point de spoiler. Vous pouvez mettre ce que vous voulez dans ces ombres qui poursuivent le héros, elles constituent des vieux démons que nous avons tous, les fuir n’est pas la bonne solution. Il faut les affronter et accepter de vivre avec, c’est un peu ce qui ressort de One Step Back.

Au final c’est un jeu plutôt court et agréable avec une petite portée philosophique. L’ambiance est assez peu marquée mais cette dépersonnalisation peut nous permettre de nous mettre à la place du personnage. Un seul problème, il existe une astuce qui vous permet de rendre ce jeu d’une facilité déconcertante, je ne vous la donne pas vous la trouverez bien tout seul.

Pour y jouer, c’est ici.

Les plus

  • Gameplay très sympathique
  • La musique
  • Une petite réflexion sur la vie

Les moins

  • Vous pouvez ruiner l’intérêt du jeu en utilisant une astuce à répétition
  • Pas de véritable identité
  • Pourrait aller plus loin dans la philosophie

A noter : une suite existe ! Elle s’intitule The Other Side.

5 commentaires

  1. Armor Games fait partie des plus grands noms du jeu Flash. On leur doit notamment toute la série Cursed Treasure, un must dans la catégorie Tower Défense. Pas mal du tout la seconde moitié du jeu, c’est là qu’on voit si on a été attentif et clairvoyant. Ou pas :)

  2. Pourquoi n’avons-nous plus droit au jeu de la semaine ? Comment je fais pour perdre mon temps les weekends moi maintenant ? ^^