Kim Dotcom trouve les fonds nécessaires pour lancer Megaupload 2.0

La campagne de financement de Megaupload 2.0 parvient Ă  atteindre le seuil minimum.

megaupload-is-back

Tous les sĂ©rievores se rappellent certainement de Megaupload, le site qui permettait de regarder des films et des sĂ©ries gratuitement, jusqu’à ce celui-ci soit fermĂ© et des responsables arrĂȘtĂ©s en 2012. Aujourd’hui, Kim Dotcom, le fondateur, vit en Nouvelle ZĂ©lande et se bat encore pour Ă©viter une extradition vers les USA. Mais cela ne l’empĂȘche visiblement pas de poursuivre ses projets. Et le dernier en date est « Megaupload 2.0 ».

Ce nouveau Megaupload, Kim Dotcom et ses associĂ©s ont dĂ©cidĂ© de le financer via le crowdfunding. Et si l’objectif assez ambitieux de plus de 4,5 millions d’euros n’a pas Ă©tĂ© atteint, le projet a tout de mĂȘme pu lever plus d’un millions d’euros, le seuil minimum qu’il fallait atteindre pour que Megaupload 2.0 puisse se lancer.

AprĂšs, il faut savoir que la plateforme utilisĂ©e pour ce crowdfunding n’était pas un site trĂšs populaire. Et d’autre part, ceux qui sont derriĂšre ce projet ont dĂ©cidĂ© de brider les investissements, en exigeant que les fonds soient envoyĂ©s en Bitcoin.

En tout cas, les porteurs de ce projet sont plutĂŽt optimistes. L’argent rĂ©coltĂ© servira Ă  lancer deux services distincts. D’un cĂŽtĂ©, il y a Megaupload 2.0, prĂ©sentĂ© comme un service de stockage en ligne similaire Ă  Dropbox, mais qui sera chiffrĂ© et plus sĂ©curisĂ©. De l’autre, il y a Bitcache, un service qui permettra aux sites de « prĂ©lever des sommes microscopiques en Bitcoin ».

Kim Dotcom promet d’y mettre tout son savoir-faire. « La plupart de mes prĂ©cĂ©dents projets de cloud avaient plus de 50 millions d’utilisateurs », explique le hacker dans la page de la campagne sur BNK TO THE FUTURE. Normalement, le lancement se fera en 2017.


RĂ©pondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
une-teletravail
Êtes-vous un « early adopter » du tĂ©lĂ©travail ?

En 2016 seule 2 % de la population française pratique le travail à distance ou "home office". Pourtant, les arguments...

Fermer