La fin des smartphones BlackBerry pourrait être annoncée le 28 septembre

Il serait effectivement temps que BlackBerry arrête de faire des smartphones que personne n’achète.

un-smartphone-blackberry

Est-ce bientôt la fin de la division smartphone de BlackBerry ? Autrefois leader du marché des téléphones haut de gamme, la firme canadienne a depuis été rattrapée par Apple et les constructeurs Andriod. Et bien qu’il ait décidé de basculer de son système d’exploitation propriétaire, BlackBerry 10, vers Android, le constructeur ne semble toujours pas s’en sortir. Chaque trimestre, les pertes sont au rendez-vous et les ventes sont décevantes. Selon le site canadien The Motley Fool, le dernier trimestre, BlackBerry a vendu 500 000 unités, soit 100 000 de moins que le trimestre qui a précédé.

Par ailleurs, de nombreux indices suggèrent aujourd’hui que la firme canadienne pourrait fermer sa division smartphones dans quelques jours, le 28 septembre. Tout d’abord, il y a le fait que précédemment, le PDG de BlackBerry avait annoncé que ce mois de septembre, la firme devra prendre une décision concernant cette division. Et comme les résultats ne sont pas au rendez-vous, il serait logique que BlackBerry choisisse d’enfin fermer celle-ci.

Mais ce n’est pas tout. En effet, il semblerait que BlackBerry ait également décidé de tout liquider sur son site dédié aux mobiles, avec des réductions de 40 % sur tous les accessoires. Cette liquidation s’achèvera le 27 septembre, à la veille de l’annonce de ses prochains résultats trimestriels.

BlackBerry pourrait arrêter de perdre de l’argent

Pour de nombreux observateurs, BlackBerry devrait maintenant arrêter le hardware et se focaliser sur ses solutions logicielles, une branche qui continue encore de briller. Mais la division smartphones serait un fardeau pour l’entreprise. Par exemple, selon Motley Fool, 65 % des charges de R&D de la compagnie sont affectées aux smartphones.

En abandonnant l’industrie des mobiles, BlackBerry aurait l’occasion de redevenir une entreprise rentable en quelques mois.

(Source)

3 commentaires

  1. Marc aura très bien résumer ma pensée, mais aussi :

    Comme d’autres on pu le faire remarque, il y a toujours des personnes qui achètent Blackberry. Des personnes qui ne sont pas personne… On peut établir une liste des critiques et des points faibles remarqués dans les smartphones Blackberry, certes, mais on peut en faire autant d’autres marques et systèmes.

    Perso, un smartphone qui va tenir 2 jours sur batterie, je suis pour. Un système performant et efficace, je suis pour. Des smartphones au design qui sortent du rang, je suis toujours pour. Et puis les claviers physiques (azerty) qui ont disparus trop vite de la circulation, je suis bien content de les retrouver chez Blackberry. La perche tendue chez Android & Google, c’est un vrai plus qui fonctionne avec leur logique et qui devrait savoir s’améliorer, un effort à pousser. Je reprends donc fièrement mon Blackberry Passport Silver qui fait tout ce dont j’ai besoin et très bien !

  2. Blackberry en colère on

    Je trouve le titre un peu limite et le conditionnel relativement osé. Difficile en effet de baser un article sur la réflexion à voix haute d’un directeur d’entreprise, ainsi que sur une opération de déstockage, qui plus est sur des accessoires. La déduction me paraît hasardeuse.

    Quoi qu’il en soit, tout le monde ne s’accomode pas d’un smartphone tactile. Beaucoup d’opérations nécessitent une ou plusieurs étapes gestuelles supplémentaires par rapport à des téléphones à clavier.

    Le retrait de Blackberry, s’il devait avoir lieu, serait une perte énome dans la diversité de l’offre de téléphones. Evidemment, ils sont chers, ce qui les réserve bien souvent à des flottes d’entreprises. Mais l’autonomie supérieure, la sécurité des données et la souplesse d’utilisation due à la conjonction clavier-écran tactile font des BLackberry des téléphones très agréables et attachants.

    Pour moi, le retrait de Blackberry va rendre l’offre téléphonique monotone, ce qu’elle était déjà gravement. Tous les appareils se ressemblent, se copient, se clônent, se répliquent à coup de différences infimes. Le monde vite à 90% à partir de deux systèmes d’exploitation qui deviennent siamois à force de se regarder faire l’un l’autre. Le marché est arrivé à maturité et le fruit est tellement mûr qu’il pourrit sur pied. De tous les smartphones que j’ai eus ous iOS et Android, aucun ne m’a pleinement satisfait.

    Vive Blackberry, le gardien du pluralisme téléphonique !

Répondre