La navigation GPS embarquée, pompe à fric et talon d’achille des constructeurs automobiles

Alors que débute cette semaine le NAIAS, salon de l’automobile de Detroit, USA, une étude publiée il y a quelques jours révèle que les automobilistes sont de moins en moins satisfaits du système de navigation GPS proposé en première monte par le constructeur dans leur voiture.

Alors que débute cette semaine le NAIAS, salon de l’automobile de Detroit, USA, une étude publiée il y a quelques jours révèle que les automobilistes sont de moins en moins satisfaits du système de navigation GPS proposé en première monte par le constructeur dans leur voiture.

Le sujet nous intéresse évidemment car sur Presse-citron nous suivons de longue date les évolutions de l’intégration des technologies numériques dans l’automobile, et que les systèmes informatiques rendant les véhicules plus sûrs et plus intelligents vont probablement connaître de très fortes évolutions dans les mois et années à venir.

Système de navigation GPS embarqué installé d’origine, GPS autonome ou smartphone ?

L’étude, menée par J.D. Power and Associates en octobre et novembre 2012 auprès de 20,704 personnes possédant ou ayant conduit une voiture en 2012 équipée d’un système de navigation embarquée, n’est pas très tendre pour les constructeurs. En gros, l’indice de satisfaction baisse d’année en année (l’étude existe depuis 14 ans), et les principaux griefs concernent ce que nous connaissons tous avec notre GPS intégré : systèmes peu intuitifs, compliqués à manipuler, saisie des adresses fastidieuse, commandes vocales totalement aux fraises et inutilisables. Pire, de nombreux utilisateurs se plaignent également de la lenteur des systèmes embarqués, et de leur imprécision en termes de guidage.

mmi audi

Bref, il semblerait que les constructeurs aient de gros progrès à faire s’ils ne veulent pas définitivement tuer la poule aux Å“ufs d’or et perdre ainsi les bénéfices d’un produit sur lequel ils font des marges énormes, voire indécentes. Sachez par exemple que sur une berline allemande de moyenne gamme, un système de navigation complet est une option facturée entre 2000 et 3500 euros, pour au final avoir un dispositif moins efficace qu’une application gratuite sur smartphone.

Autre gros reproche adressé aux constructeurs, qui ne figure pas dans cette étude mais qui revient de façon récurrente dans les forums automobiles : la rareté et le prix exorbitant des mises à jour, disponibles généralement exclusivement par DVD pour des tarifs de plusieurs centaines d’euros. Une pratique qui ressemble à un véritable appel au piratage, ce dont les automobilistes ne se privent d’ailleurs pas, vu le nombre de fichiers « mise à jour GPS » disponibles en téléchargement sur internet pour toutes les marques et tous les modèles. Normal.

Bien sûr, disposer d’un système embarqué procure quelques avantages, d’ordre esthétique et pratique : pas besoin de se trimballer un support immonde à coller ou ventouser ou l’on peut, des fils,  et autres recharges allume-cigare qui font vite ressembler l’habitacle de la voiture à un bureau de geek. D’autre part, le GPS embarqué est relié à une antenne extérieure, ce qui le rend plus puissant et plus fiable, et souvent plus réactif (il est opérationnel dans délai dès sa mise en route). Enfin il est également relié à des capteurs gyroscopiques qui lui permettent de continuer à fonctionner précisément par calcul lorsque le signal est perdu (tunnels notamment). Autre avantage : son intégration dans le système d’infotainment de la voiture, avec gestion du volume, coupure en cas d’appel téléphonique, etc. Il y a aussi probablement une question de standing, le GPS embarqué faisant partie des options incontournables comme l’était l’auto-radio il y a quelques décennies. Un signe intérieur de richesse, en quelque sorte. A trois mille balles, c’est sûr.

Mais c’est très cher payé quand on voit la redoutable efficacité et l’intelligence d’applications gratuites de navigation pour smartphone comme Nokia Drive (Windows Phone), Waze ou encore Google Maps Navigation.

« Manufacturers of navigation systems face a serious challenge as smartphone navigation usage continues to rise and gains preference among vehicle owners »

(les manufacturiers de systèmes de navigation font face à un sérieux défi, du fait que la navigation sur smartphone continue à se développer et remporte la préférence des possesseurs de véhicules)

Une histoire qui rappelle un peu celle de l’hôtellerie avec le téléphone : quand sont arrivés les mobiles, les hôteliers ont dû rapidement faire une croix sur un « service » avec lequel ils se sont gavés comme des porcs pendant des décennies en surfacturant les communications et la mise à disposition d’une ligne directe dans la chambre[1].

Les constructeurs ont donc intérêt à travailler sérieusement le sujet – amélioration de l’ergonomie et de la fiabilité, baisse significative des prix – s’ils souhaitent continuer à vendre leurs systèmes embarqués. Sinon ils risquent de subir le même sort que tous ceux qui n’ont pas su s’adapter aux nouveaux usages liés au numérique et qui ont considéré qu’il ne fallait surtout rien changer et continuer à assommer les utilisateurs avec des tarifs qui n’ont plus aucune justification : les consommateurs iront voir ailleurs et utiliseront les outils gratuits et agiles dont ils disposent, et ne prendront plus des options hors de prix.

[1]Cela étant certains se rattrapent encore avec le WiFi, mais cela ne durera pas éternellement non plus.

(source)


17 commentaires

  1. Petite faute de frappe « dans délai » => sans délai.
    Étude très intéressante. C’est effectivement un option que l’automobiliste paye très cher et dont le prix ne se justifie plus au regard de l’évolution des applications GPS disponible sur smartphone / tablette. En outre au delà des applications gratuites évoquées dans ton article, il existe aussi de très bonnes applications payantes dont les prix sont particulièrement attractif au regard du prix des systèmes embarqués. Bien évidemment, cela ouvre le débat sur la qualité des applications GPS gratuites vs payantes, mais c’est un autre débat 😉
    Roger.

  2. Personnellement, je dois dire que le GPS fourni d’origine (mais pas sur le tableau de base) de ma VW n’est vraiment pas satisfaisante. (manque d’option, trajets douteux, etc). Alors, clairement, il y a des progrès à faire !

  3. Bon à savoir pour le prix, le prix total de la voiture manque parfois de transparence lorsqu’on achète. Il est clair qu’en sachant cela, on n’a plus trop envie d’acheter une voiture déjà équipée. A chacun son métier et sa spécialité.
    Et puis pour les professionnels, l’équipement est loin d’être au point et d’avoir toutes les fonctionnalités nécessaires pour bien gérer les flottes automobiles en entreprise.

  4. Et moi je dirais la même chose des auto-radio, quand je vois des voitures neuves actuel chez la marque au Lion ne pas être capable de gerer deux télephones en bluetooth alors que dans ma vieille guimbarde de 17 ans, l’auto-radio lui gére sans problème mon tél et celui de mon épouse comme dirais l’autre « Y a pas un problème là ? »

  5. C’est en train de changer ! Un constructeur coréen offre désormais des mises à jour gratuites sur les GPS de ses autos. Ce n’est malheureusement pas en France, mais on le verra bientôt. Ils y a des GPS pas chers sur les dernières Clio et 208, et sur le haut de gamme, c’est vraiment beau. Sur une Porsche, j’avais vu un écran 7 pouces avec cartographie 3D, un smartphone est minable à côté.

  6. @moteurnature : une Porsche… et c’est pareil sur le très haut de gamme BMW et Audi, idem chez Bentley et Jaguar (encore que), mais le problème n’est pas tant d’avoir un GPS embarqué de qualité, c’est le prix de l’option par rapport à ce que coûte une appli. GPS sur smartphone / tablette (sans parler des appli. gratuites comme citées par Eric). C’est combien l’option GPS chez Porsche ? A non c’est vrai c’est peut-être pas en option, mais vu le prix de la bagnole…

  7. Renault ou Dacia offrent des solutions Tom Tom intégrées à des tarifs tout à fait acceptables (autour de 350 euros) par rapport aux avantages sur un GPS nomade (plus de cablerie dans tous les sens, intégration de la vitesse du véhicule, gestion des tunnels etc…)

    Après, effectivement, quand on entre dans des gammes où les prix de vente dépassent 25.000 euros, on s’approche du haut de gamme voire du segment Premium où l’on n’achète pas un véhicule pour ses qualités intrinsèques ou son rapport qualité/prix mais beaucoup plus pour l’image sociétale ou le statut social qu’il renvoie de son propriétaire… « moi, j’ai les moyens de me payer une caisse à 30.000 »

    Alors oui dans ces gammes on trouve des offres intégrées à des tarifs délirants. Mais ces tarifs ne sont pas plus délirants que la tarification des autres options des véhicules de ces gammes : la peinture métalisée d’un Nissan Qashqai est tarifée 550 euros, mais pour l’Audi Q3 pourtant de même gabarit le tarif est 50% plus élevé ….

  8. Éric, j’apprécie toujours la pertinence de vos analyses, mais aujourd’hui j’apprécie beaucoup moins votre style « pompe à fric », « se sont gavés comme des porcs »…
    Un petit effort sur la forme et j’en serai ravi, sans pour autant renier son coté « cool ».

  9. Que ce soit cher c est une chose mais le pire c est qu il n y a pas de suivi dans les mise a jour

    Sur mon Alfa 147 avec Gps integre le constructeur navteq ne daigne meme plus mettre a jour ses cartes depuis 2 ans.

  10. @vincent : idem sur mon Opel Vectra de 2006, et vu la vitesse à laquelle le réseau routier se transforme (notamment les centres villes avec de plus en plus de rues en sens-unique), l’absence de mise à jour rend le GPS inutilisable, un comble au vu du prix de l’option…

  11. Celà rend d’autant plus attractive les solutions TomTom intégrées, dont la mise à jour se fait par remplacement de la carte SD associée…
    Mais pour le reste des exemples cités (Opel ou Alfa de 2006/2007) on touche du doigt un autre sujet, celui de l’obsolescence programmée par les constructeurs des véhicules qui voudraient même faire abaisser la durée d’obligation légale de proposer l’intégralité des pièces détachées, actuellement fixée à 10 ans !

  12. @alain : su ma vectra la cartographie est contenu sur un DVD, les mises à jour se font simplement par achat du DVD de la nouvelle cartographie, donc c’est pas plus compliqué que de mettre à jour le contenu d’une carte SD, le problème c’est que navteq qui fourni la cartographie pour Opel ne met plus à jour, le problème sera le même si TomTom ne fourni plus de mise à jour (bon y a peu de chance, mais le problème est là). D’autre part, on ne parle même pas ici de véhicule très ancien, 6 ans pour un véhicule qui vaut 30 000 euros à l’achat, c’est pas des clopinettes, les constructeurs ne pensent quand même pas que la durée de vie d’une voiture à 30 000 euros sera la même qu’une voiture à 8 000 euros, si ?

  13. L’avantage de solutions comme TomTom c’est qu’il s’agit de produits TRES largement diffusés et qu’il y aura toujours une demande dans la mise à jour. Le risque d’arrêt des mises à jour est très limité à l’horizon de 5-6 ans.
    L’avenir est probablement dans les solutions connectées telles que nous les offrent déjà nos Smartphones.
    Quant à l’obsolescence programmée des véhicules, je n’entrerai pas ici dans ce débat … je vous invite juste à regarder la valeur résiduelle d’un VW Touareg de 2005, qui était vendu 60.000 euros neuf… !

  14. Pierre-Olivier on

    @ Eric
    @ Walter

    Personnellement, je ne suis absolument pas choqué par l’emploi des termes « pompe fric » et « gavés comme des gorets »

    Ils ne font que refléter l’exacte vérité, sans voile.

    de même que France télécom s’est gavé pendant des décennies sur les tarifs internationaux (ayant passé 18 ans outre mer, j’en sais quelque-chose), de même que les opérateurs GSM nous ont tondus pendant pas loin de 15 ans sur nos forfaits, jusqu’à ce que Free, le gêneur, vienne secouer le panier de crabes, faisant avec les forfaits mobiles, ce qu’il avait fait par le passé avec les forfaits internet.

  15. je viens de constater avec effroi que « la pompe à fric » est également d’actualité concernant la mise à jour de la carte sd – Blaupunkt de mon ford smax, puisqu’il est impossible apparemment de la faire sur site (2 heures de recherches sans résultat).
    Il me reste à passer par le concessionnaire et je redoute une proposition de changement de carte sd (au lieu d’une simple mise à jour) pour un prix absurde, alors que cette mise à jour devrait être un service gratuit réalisable en ligne ou moyennant un coût très modique. Honteux et immature de la part des constructeurs et de nature à faire baisser très fortement leur image.
    Je suis révolté.
    jek

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Vous voulez envoyer un message à Mark Zuckerberg ? Ca fera 100 dollars

Facebook testerait en catimini une nouvelle fonctionnalité qui consiste à facturer à prix d'or l'envoi d'un message à quelqu'un qui...

Fermer