La NSA surveille 1.6 % du trafic internet mondial

Les Etats-Unis révèlent des documents montrant que la NSA ne surveille « que » 1.6 % du trafic internet global.

Il semblerait que, suite à l’éclatement du scandale PRISM, le gouvernement américain se soit senti de rendre quelques comptes. L’administration Obama a publié deux documents décrivant l’échelle et la portée de ses programmes d’espionnage qui provoquent tant de réticence de la part de certains américains mais aussi dans le monde entier. Jouer sur les chiffres peut être un bon moyen de calmer les polémiques.

Dans un memorandum, la NSA explique les débuts des programmes d’écoute téléphonique et de surveillance du trafic internet, en vertu du Patriot Act.

Dans ces documents, la NSA révèle qu’elle ne surveille que 1.6 % du trafic internet. Voici son raisonnement : d’après les statistiques publiées par une société privée, le trafic journalier moyen serait actuellement de 1.826 pétaoctets et la quantité d’information qui passe par la NSA représenterait 1.6 % de ce volume. Sur ces 1.6 %, seulement 0.025 % sont observés de près par la NSA. De ce fait, seulement 0.00004 % des informations circulant sur le web seraient réellement fouinés par les analystes de l’agence, dans le cadre de sa mission. Le mémorandum ajoute : « c’est moins qu’un millionième ».

(Source)


6 commentaires

  1. Moins d’un millionième, ça reste énorme et de quoi occuper des milliers de personnes. Pourquoi vouloir minimiser la crapulerie de cette agence?

  2. Personnellement ça ne m’étonne pas.

    Et a mon avis il n’y a pas la NSA qui utilise des technologies similaires, je me demande bien à quoi sert le supercalculateur à disposition de nos agens français de la DCRI/DGSE

    D’ailleurs, outre PRISM il a été mis au jour que la NSA avait mis en place un autre système: Xkeyscore
    qui à pour but des recherche sophistiquées mises à disposition via une interface simple, permettent d’extraire les données et métadonnées des serveurs en utilisant des requêtes contenant des mots clés et des critères prédéfinis. Les recherches peuvent donc être effectuées par noms, numéros de téléphone, adresses IP, etc.
    (voir la news complète: http://hackademics.fr/showthre.....par-la-NSA )

  3. Sauf que avec la TV par internet et les services comme YouTube on atteint facilement 95% de trafic juste avec les média vidéo photo music et je ne parle pas des sites piratés de stream…..
    Ensuite la faible partie quo reste est alloué aux mails/conversations Skype ect…..
    On en arrive facilement à la conclusion que moins d’1% du trafic que nous generonr est alloué au contenu sensible oncernant notre vie privé…..
    Il avou simplement qu’ils ne surveille pas ce que l’on regarde mais ce que l’on dit…..

    On nous prend encore une fois pour des Cons…..

  4. 1.6% du trafic général c’est énorme car ils doivent cibler plus particulièrement les échanges « textuels » (e-mails, recharches google, facebook…) qui sont plus facilement analysables de façon automatisée, hors si la proportion de ces données textuelles représente 20% du trafic général (je dis ça au pif je n’ai pas le chiffre exact en tête), alors cela fait monter en réalité à 8% la surveillance du trafic « utile ».

  5. Je me suis embêté à faire les calculs sur la base des données de CISCO qui ont servi de base à l’affirmation de la NSA contenue dans le rapport. 1.6% du trafic global ça revient à dire qu’un voleur n’a volé que x% de la richesse mondiale (pas pertinent du tout).

    J’ai retiré ce qui m’apparaissait non-pertinent. Et in fine j’arrive à une fourchette de contrôle comprise entre 12 et 35% du trafic pertinent ! (web data et une partie éventuellement des fichiers de partage).

    Les calculs sont disponibles sur l’article que j’ai rédigé : http://points-de-vue-alternati.....-pertinent

  6. Peut être que c’est vrais et qu’ils ne surveillent que ça, bon mais je suis sur qu’il y aurait d’autres institutions qui font le reste de surveillance et j’emploie bien le pluriels 😉

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Jeu Web de la semaine : One Step Back

Douzième épisode de la rubrique hebdomadaire : le jeu web de la semaine. Parfois artistique, parfois philosophique, parfois simplement divertissant,...

Fermer