La Police de New York teste les Google Glass

Les policiers de la ville de New York pourraient prochainement porter des Google Glass pendant les patrouilles. Le NYPD teste les lunettes connectées.

Google Glass Ford Expedition

Cela serait-il inquiétant ou rassurant si les policiers portaient des Google Glass pendant leur service ? En tout cas, le département de police de la ville New York a décidé de tester les lunettes intelligentes de Google.

Il ne s’agit pour l’instant que de premiers tests. D’après ce qu’un officiel a affirmé au site Venture Beat, le fameux NYPD aurait obtenu seulement quelques exemplaires de ces lunettes pour les essayer, histoire de voir ce qu’elles apportent dans le cadre d’investigations ou lors des patrouilles.

Les Google Glass ne sont pour le moment pas encore commercialisées. Ceux qui veulent en avoir doivent s’inscrire au programme Google Glass Explorer et attendre l’accord (ou non) de Google. Ensuite, il faut payer 1 500 dollars par unité pour faire partie des privilégiés.

Comme une telle nouvelle peut provoquer des inquiétudes (naturelles) chez le public, Google aurait déjà affirmé qu’il ne travaille pas avec les forces de l’ordre. La police de New York a donc fait comme tout le monde : ils se sont inscrits au programme Google Glass Explorer. On s’attend déjà à voir les groupes défendant les libertés civiles critiquer cette initiative de la police new-yorkaise.

Fort heureusement, le système d’exploitation officiel des Google Glass ne gère pas la reconnaissance faciale, pour protéger la vie privée des autres. Des hackers ont pourtant montré qu’en y installant un OS alternatif, il était possible de doter les lunettes de telles fonctionnalités.

Mais même sans, les Google Glass pourraient tout de même devenir un outil précieux pour le policier de demain. Il y a quelques jours, nous évoquions le projet d’un pompier qui développe des applications Google Glass pour son métier. L’avantage : la disponibilité des informations dans l’immédiat et sans utiliser les mains.

Ces mêmes avantages pourraient être utilisés par un agent de police pour afficher des informations de géolocalisation ou consulter la base de données du service auquel il appartient. Et n’oublions pas non plus que ces lunettes intelligentes sont équipées d’une caméra qui pourra filmer à tout moment (et discrètement).

Si les lunettes plaisaient aux policiers new-yorkais, cela pourrait représenter un gros business pour Google. D’après certaines sources, le département ne compterait actuellement pas moins de 34 500 salariés. Outre cela, il y a le rayonnement que cela pourrait avoir aux Etats-Unis et même dans le monde entier si une telle pratique entrait dans les moeurs.

(Source)


5 commentaires

  1. Avec identification en temps des personnes que les forces de police interpellent !!!
    Même plus besoin de sortir sa carte d’identité.
    On n’est plus très loin de 1984. OK, on le savait déjà, mais c’est encore pire en le disant !

  2. Tu m’étonnes que ça fait très 1984 !! Big brother is watching you et pas qu’un peu.
    Entre ça et bientôt la possibilité en Europe d’arreter une voiture en excès de vitesse à distance.

  3. Il est tout à fait illogique de trouver le projet merveilleux en ce qui concerne les pompiers américains, et tout à fait inquiétant pour un usage policier.

    Les applications développées peuvent réellement apporter de bonnes choses permettant aux forces de l’ordre de mieux fonctionner. Le tout devant bien entendu être appliqué dans le respect des libertés individuelles les plus sacrées !

  4. Pomme de terre on

    « permettant aux forces de l’ordre de mieux fonctionner. Le tout devant bien entendu être appliqué dans le respect des libertés individuelles les plus sacrées ! »

    – Force de l’ordre
    – respect
    РLibert̩s individuelles sacr̩es.

    Suis mort de rire devant autant d’incohérence.
    Y’a bon pays de bisounours… !

    En une vie de labeur, (de même que dans l’associatif ou le caritatif), PARTOUT où j’ai vu quelqu’un disposer d’une parcelle de pouvoir, je l’ai vu bafouer les droits les plus élémentaires de la vie privée, comme toutes autres sortes de droit d’ailleurs.

    Et ceci dans tous les corps de métier que j’ai côtoyés.

    Donc, plus on utilisera des « amplificateurs » de pouvoir technoïdes tels ces maudites lunettes infernales, plus on violera les droits les plus élémentaires de la dignité humaine !

    Et c’est pas un malheureux pompier bienveillant qui rachètera l’immense multitude de salauds qui utilisera cette saloperie comme une arme.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Orange rentre dans l’ère des objets connectés avec LE BLOC

Tester des produits High-Tech n’est pas forcément dans mes habitudes, mais quand on m’a proposé de découvrir le Bloc, annoncé...

Fermer