La Russie va encore plus loin avec ses mesures anti-piratage

La Russie compte punir les FAI, les moteurs de recherche et même les internautes qui ne respectent pas la nouvelle SOPA russe. Ainsi, tout le monde est dans l’obligation de bloquer les sites en liste noire.

Comme vous le savez peut-être, la Russie entreprend actuellement une politique anti-piratage de grande envergure. Le pays, auparavant perçu comme le repère de la mafia du web, veut redorer son image auprès des internautes et surtout des ayants droits. Récemment, le pays a fait adopter un projet de loi qui a mis en place une liste noire des sites interdits. Des sites pirates ont déjà été ajoutés à cette liste noire.

Mais la Russie veut aller encore plus loin dans cette politique en faisant adopter un autre projet de loi. Celui-ci cible les FAI, les moteurs de recherche et même les simples utilisateurs qui permettraient d’accéder à des contenus piratés.

Un comité parlementaire aurait déjà approuvé le projet. Ce projet de loi a ainsi déjà franchi une étape sur trois vers son adoption par la Duma. Les amendes prévues peuvent atteindre le million de roubles, soit une valeur de $29.853. Bien évidemment, les sanctions les plus lourdes seront réservées aux services web, FAI ou moteurs de recherche. Le projet prévoirait des sanctions un peu plus clémentes (5.000 roubles ou $149) à l’égard des simples internautes qui auraient aidé à enfreindre la SOPA russe.

Récemment, la Russie a ordonné le blocage du site Rutor.org, un site de torrent qui, selon Alexa, serait le 32ème site le plus visité en Russie. Le site est accusé de partager des contenus vidéo sans détenir les autorisations nécessaires.

Par contre, il faut savoir que la SOPA Russe, qui a été mis en place après des pressions exercées par des groupes d’ayant droit, ne concerne encore que les contenus vidéo. Mais les nouvelles lois anti-piratage devraient également s’appliquer à la musique et aux autres types de contenus, dès cette année.

A savoir si, sur le long terme, ces mesures prises par la Russie favoriseront l’émergence de services de type Netflix ou Spotify.

(Source)


3 commentaires

  1. Cette loi a déjà été approuvé par le Président Poutine (3e étape) et est entrée en vigueur depuis le 1 août 2013. Elle est « bancale » c’est vrai, mais c’est aussi un signal politique et psychologique important sur le changement du vecteur dans le développement du marché de la vidéo en ligne en Russie. Si vous êtes intéressés, rdv sur mon blog: http://mediasrusses.com/tag/internet-russe/

Send this to friend

Lire les articles précédents :
45 % des smartphones actifs utilisant Android sont maintenant sous Jelly Bean

Même si le nouvel Android KitKat a été révélé, Jelly Bean poursuit son chemin. 45 % des appareils utilisant l’OS...

Fermer