[La Start-Up française de la Semaine] : Clever Cloud

Clever Cloud est la « Start-up française de la semaine » dans le cadre de notre concours Start-Up Presse-Citron. Le mois de Septembre est consacré à la thématique « Stockage & Cloud ».

Que fait Clever Cloud ?

Clever Cloud est un service qui souhaite simplifier l’idée de l’hébergement en prenant en charge intégralement les problématiques associées de manière transparente. Avec leur offre à la demande et une facturation à la consommation, les développeurs peuvent pousser leur code sans penser à la compatibilité et aux problèmes de montée en charge. Si une application a besoin de plus de ressources, davantage seront débloquées. Si un serveur tombe, Clever Cloud le relance. La start-up souhaite véritablement retirer ces problèmes de serveurs de l’esprit des développeurs pour qu’ils puissent se concentrer sur leur travail.

Clever Cloud compare souvent l’hébergement cloud à l’électricité. Quand on rentre chez soi et que l’on appuie sur l’interrupteur pour la lumière, on ne se demande pas si la centrale nucléaire est bien configurée, et prête à soutenir la charge d’une lampe supplémentaire. Pour l’hébergement, cela devrait être pareil. Nous devrions pouvoir appuyer sur l’interrupteur sans se soucier de questions de serveurs ou de comptabilité.

Leur offre souhaite donc être économique (paiement d’après la consommation), simple, sécurisée et sans engagement.

Qui est derrière Clever Cloud ?

Fondateurs :
  • Quentin Adam, 25 ans
  • Kevin Decherf, 24 ans
Genèse :

Quentin avait créé une boîte dans le jeu vidéo en ligne qui ne marchait pas terriblement bien. Et pendant cette première aventure, il se heurtait constamment aux problématiques de gestion de serveurs qui étaient -pour reprendre son expression- « chiants ».

Il avait donc commencé à scripter quelque chose de son côté pour se simplifier la vie et à réfléchir sur la manière d’améliorer cette gestion des serveurs. Il y avait un homme assez brillant dans son entourage, Kevin Decherf, qu’il débaucha en lui disant : « arrête de faire des sites web pour 200€ la journée, on va créer l’hébergement nouvelle génération ».

Au final, c’est parce qu’il détestait gérer des serveurs que Quentin a lancé une boîte qui gère des serveurs. Il espère ainsi impacter au maximum le monde de l’hébergement pour faire évoluer le monde des développeurs qui n’auront plus à se soucier de ces questions pour se concentrer sur leur code.

Principal défi aujourd’hui

Clever Cloud doit évangéliser sa vision du cloud pour faire évoluer le monde de l’hébergement. Leur modèle est différent et ils doivent donc expliquer les avantages, qu’ils soient purement économiques ou dans l’amélioration du workflow des développeurs.

Entrepreneurs qui l’a inspiré

Xavier Niel : pour la manière qu’il a eu de modifier le marché des télécom. Mais surtout pour son travail actuel qui a amené Free dans sa période de croissance la plus forte.

Jacques-Antoine Granjon : Il est également excessivement inspiré par la manière dont le PDG de Vente Privée incarne sa boîte et donne corps à son message.

Zach Holman : pour la manière de structurer Github, puisque les employés travaillent sur ce qui leur plaît depuis le début avec une forme de « happiness driven management ».

Carte d’identité

Nom : Clever Cloud

Lieu des bureaux : Nantes et Nagoya

Taille de l’équipe : une dizaine de personnes

Levée de fonds : auprès de Kima Ventures, ce qui leur a notamment permis de travailler avec Iliad.

Modèle économique : Aujourd’hui cela passe uniquement par la vente d’hébergement, mais Clever Cloud va mettre très prochainement en place une marketplace où les entreprises pourront proposer leur service. Ainsi les créateurs d’API (comme Webshell par exemple) pourront proposer leur technologie directement depuis Clever Cloud. Cela permettra d’avoir plus de technologie disponible et donc de se rendre plus attractif pour les développeurs… tout en permettant aux créateurs de service d’avoir une nouvelle source de revenus. Clever Cloud prendra une commission sur les ventes générées.

Anecdotes : 

  • Lorsque Quentin sent qu’un employé est suffisamment bien installé dans son travail et que ce dernier est séduit par un autre pays, il le laisse partir travailler depuis là-bas ce qui leur permet à la fois d’avoir une présence sur place et une réactivité 24h sur 24 depuis d’autres fuseaux horaires. C’est ainsi que l’un des collaborateurs est parti s’installer à Nagoya, et l’expérience devrait se reproduire avec d’autres employés.
  • Ils ont passé 24h non-stop dans le data-center d’Iliad pour démonter, remonter et mettre en place leurs machines. Une personne chez Iliad a remarqué leurs horaires de dingue et leur a demandé : « mais c’est qui votre patron pour vous faire bosser comme cela ? ». L’un des employés de Clever Cloud a alors pointé son doigt vers Quentin qui était en train de racker des serveurs avec les autres « bah c’est lui ». Expérience qui lui a fait gagner le respect des gens chez Iliad qui ont compris qu’ils étaient dans le même état d’esprit start-up.

Clever Cloud en 6 dates :

2010 : Création de Clever Cloud

Octobre 2011 : Rejoint le Company Campus, un collectif de start-ups à Nantes.

Décembre 2011 : Reçoit l’investissement de Kima Ventures, ce qui a été déterminant.

Printemps 2013 : Clever Cloud a remporté le trophée Eurocloud France de meilleure start-up, première fois que le concours récompense une boîte d’infrastructure (ce qui représente une reconnaissance importante).

Juin 2013 : Première fois qu’une très grande marque fait appel à eux pour l’hébergement d’une opération de grande envergure (en l’occurrence une campagne avec Tsonga)

Novembre 2013 : Lancement de la marketplace pour vendre des services à partir de Clever Cloud


Actuellement : en recherche d’un Sales capable de rentrer à la direction de Clever Cloud.

Contact : quentin@clever-cloud.com


7 commentaires

  1. idée originale qui peut être pratique pour les développeurs n’ayant pas de compétence en administration serveur et maintenance.

    mais tout comme un consommateur moyen fait attention à l’électricité qu’il consomme, un développeur doit rester soucieux des performances de son code.

  2. Les américains se sont déjà lancé dans le business avec App Engine, Heroku ou encore AppFog avec le succès que l’on connais. Heureux de voir que des français les suivent, avec une variété de langages impressionnante.

    Cependant, vu les tarifs minimum, l’offre semble totalement inadaptée aux sites persos ou aux développeurs souhaitant tester.

    Leurs infrastructures semblent être fournies par Iliad, ça me rassure

  3. @Raph:

    C’est vrai. Nous ne nous positionnons pas en vraiement sur les sites perso ou autre, dont les technologies ou les prérequis de scalabilité sont « raisonnables ».

    En clair, nous cherchons à faire économiser sur temps aux développeurs sur des environnements technologiques plus « complexes » (comme par exemeple, Couchbase, MongoDB,Ruby, Java etc.)

    Mais pour les tests, on a bien fait les choses : y’a par exemple un bouton Start/Stop devant chaque application, cela permet d’économiser quand le test est fini 😉

  4. Nantes en force 🙂 Ce ne sont pas les start-up qui manquent dans la cité des ducs, et Clever Cloud propose à la fois un service et une philosophie intéressants à plus d’un titre. Scala foreva 😉

  5. @Clément
    Ne pensez-vous pas que c’est aussi en fournissant un service minimum gratuit que vous vous ferez connaitre ?
    Dommage, j’aurais bien placé un ou deux projets personnels 🙁

  6. @Raph:

    Le service gratuit, c’est un sujet qui à été mûrement réfléchit chez nous. Et pour plusieurs raisons, nous avons décidé de ne pas y aller. Voici pourquoi:

    1/ Proposer une service gratuit => proposer un service « dégradé ». Chez nous concurrents, il y a un facteur de perf d’environs x8 entre la version payante et gratuite. Nous préférons proposer une période de test performante, identique au service payant.

    2/ Rendre le service plus attrayant en proposant du gratuit à un coût très élevé : la rentabilité perdue n’est jamais vraiement ratrappée. On préfère utiliser nos bénéfices plutôt dans la R&D, pour améliorer le service en continu.

    3/ Il nous arrive de proposer de l’hosting gratuit pour les projets open-source cool. N’hésite pas à me contacter si tu penses que tes projets peuvent rentrer dans le cadre 😉

    @Yann:

    Merci! o/

Send this to friend

Lire les articles précédents :
SteamOS et Steam Box, Valve lève un peu plus le voile

Après les révélations sur SteamOS, Valve nous en apprend un peu plus sur les appareils qui utiliseront son OS. Même...

Fermer