[La Start-Up française de la Semaine] : Dataveyes

Dataveyes est une start-up de visualisations interactives de données.

Chaque jeudi à 11h, une nouvelle start-up française vous sera présentée dans le cadre du concours Start-Up Presse-Citron 2013.

Thème du mois de Février : les données.

Que fait Dataveyes ?

Dataveyes est une start-up de visualisations interactives de données.

Plus concrètement, la start-up accompagne toutes entreprises ayant des données pour les rendre exploitables au travers de visualisations simples et efficaces.

Ils interviennent ainsi sur des problématiques de brand content avec les marques (où ils mettent en scène les données grâce au storytelling), de transparence (où ils repackagent des données internes lorsqu’il y a une nécessité de les communiquer au public de manière intelligible), ou sur des besoins métiers ultra-ciblés où la start-up va concevoir de petites applications légères qui va prendre les données en input et les restituer en output de manière visuelle et intelligible.

Qui est derrière Dataveyes ?

A l’origine de Dataveyes, il y a Caroline Goulard, étudiante à Science-Po Rennes qui s’intéressait au nouveaux modèles de l’information et de la presse en ligne dans le cadre de son master. Elle aurait pu devenir journaliste, si seulement la profession abordait son avenir avec plus d’ouverture au nouveaux usages et nouvelles technologies. Elle ressentait une résistance au changement qui était contraire à ses aspirations.

Et «matheuse» dans l’âme, le journalisme de données réconciliait les deux parties d’elle. C’est pourquoi lorsqu’il lui fut confié comme projet de fin d’études d’imaginer le business plan d’un nouveau genre de sites d’information, elle s’intéressa au journalisme de données.

Elle voulait concevoir un site d’info qui répondrait aux problématiques actuelles du journalisme : à savoir de plus en plus de données et rien pour en faire la médiation.

Cependant, imaginer ce projet de manière abstraite n’était pas suffisant pour elle, il lui fallait expérimenter, il lui fallait créer un prototype.

Elle se lança dans ce projet en ouvrant un blog pour le documenter et vulgariser le journalisme de données. But sous-jacent de la manoeuvre : dénicher un co-fondateur technique pour l’aider.

Benoît Vidal, architecte de l’information en devenir, devait également réaliser un projet pédagogique pour valider son année à l’HETIC. Benoît envoya un mail à Caroline pour lui dire que si elle le souhaitait, il pouvait lui fournir 3 développeurs, 1 designer et 1 statisticien pour concrétiser le site d’information.

A peine sorti un prototype contenant quelques visualisations que celles-ci se trouvaient reprises par TechCrunch, Médiapart, France24, et d’autres.

Immédiatement, des personnes sont venues les voir pour leur proposer des contrats.

Dans cette histoire ils avaient trouvé une équipe, des clients et démontré que mixer des approches très différentes (approche journaliste + design + statisticien) fonctionnait.

Les 4 co-fondateurs de Dataveyes n’avaient jamais vraiment pensé à la possibilité de lancer leur boîte. Ils ont pourtant été poussés par leurs professeurs dont l’un à même mis les quelques milliers d’euros qui manquaient pour se lancer.

Carte d’identité

Nom : Dataveyes

Date de lancement : Octobre 2010

Lieu des bureaux : Pantin

Nombre d’employés : 7

Modèle économique : un modèle plutôt agence puisqu’ils vendent leurs prestations. Mais il s’agit d’un premier temps, ils ont l’ambition de formaliser leurs connaissances marchés, dans une approche produit en proposant plusieurs outils. Dataveyes ne veut pas s’installer dans cette dynamique et garder l’esprit start-up qui a toujours fait sa force.

Anecdotes : 

  • Dès ses débuts, l’équipe de Dataveyes a entendu le discours selon lequel «les gens ne sont pas prêts en France pour la data visualisation et qu’il leur faut aller à l’international». En réalité, ils n’ont pas eu le temps d’aller s’étendre à l’internationale puisqu’ils ont des contrats continuellement en France, et sans les chercher vraiment.
  • Google est venu les voir pour qu’ils organisent le concours DataViz (dont nous vous avions parlé ici) dans le cadre des élections 2012. En effet, l’équipe de Google voulait montrer qu’ils avaient quelque chose à apporter à la campagne au travers de toutes les données qu’ils brassent.

Points forts :

  • Un focus sur la simplicité et l’intelligibilité des données
  • Une approche storytelling
  • Une forte notoriété et une expertise dans son domaine

11 commentaires

  1. En tout cas cet start-up a l’air vraiment de maîtriser son sujet, puus la visualisation des données est vraiment un marché porteur, donc si ils commencent à se faire un nom et prouver leur qualité, c’est tout bon pour eux.

  2. Ohhh ma chère ville de Rennes sur Presse Citron 🙂

    Le côté ludique et fluide des interfaces de visualisation est vraiment sympa. Ca apporte un vrai plus aux sites d’informations qui l’utilise !

  3. Pingback: Jusqu'où vont vos tweets ? Découvrez-le via une sublime visualisation de données

  4. Sympa cette petite présentation, je suis certain pour ma part que cette grosse tendance aux US, qui prends de l’ampleur notamment grâce à Pinterest, va arriver en France sous peu de temps !

Send this to friend

Lire les articles précédents :
25 milliards de chansons achetées sur iTunes (et un Allemand heureux)

Apple vient d'annoncer que l'iTunes Store a franchi le cap des 25 milliards de titres téléchargés en 10 ans. Une...

Fermer