[La Start-Up française de la Semaine] : Fleex

Fleex vous permet d’apprendre ou d’amĂ©liorer votre anglais en regardant les vidĂ©o de votre choix.

Chaque jeudi à 11h, une nouvelle start-up française vous sera présentée dans le cadre du concours Start-Up Presse-Citron 2013.

ThĂšme du mois d’Avril : les start-ups Bizspark.

Que fait Fleex?

Fleex vous permet d’apprendre ou d’amĂ©liorer votre anglais en regardant les vidĂ©o de votre choix.

La start-up propose ainsi une sĂ©lection de vidĂ©o (sĂ©ries, films, documentaires, …) que vous allez pouvoir regarder en streaming. Vous pouvez Ă©galement utiliser vos propres vidĂ©o.

Vous souhaitez amĂ©liorer votre anglais tout en regardant How I Met Your Mother ? Il vous suffit d’ouvrir les vidĂ©o prĂ©sentes sur votre ordinateur depuis le player Fleex qui va automatiquement ajouter une couche Ă©ducative (le service va ainsi aller tĂ©lĂ©charger les sous-titres correspondants Ă  votre vidĂ©o).

Vous allez ensuite pouvoir choisir entre de nombreux niveaux de difficultĂ© pour vĂ©ritablement s’adapter Ă  votre niveau.

Il est donc possible d’avoir 100% de sous-titres en français, puis de passer à 80% français et 20% anglais, Fleex vous les proposant en anglais sur des dialogues simples pour vous habituer progressivement. Vous pourrez ensuite les mettre uniquement en anglais, voir aucun sous-titre du tout.

Et si vous ne comprenez pas un mot, il suffit de cliquer sur celui-ci dans les sous-titres pour avoir une traduction, une définition ainsi que sa prononciation.

Qui est derriĂšre Fleex ?

Guillaume Dupuy et Alexandre Point sont tous les deux passĂ©s par Stanford pour rĂ©aliser le mĂȘme master de Management Science & Engineering.

Les cours Ă  Stanford ont la particularitĂ© d’ĂȘtre tous teintĂ©s d’entrepreneuriat. Et si les deux hommes n’avaient pas particuliĂšrement l’envie de lancer leur start-up avant cela… ces deux annĂ©es Ă  Stanford ont plantĂ© la petite graine dans leur esprit qui a finalement germĂ© pour devenir Fleex.

Mais pas tout de suite.

Guillaume et Alexandre avaient d’abord envie de travailler dans une entreprise pour connaütre le monde du travail.

Et aprĂšs 1 annĂ©e passĂ© dans des boĂźtes diffĂ©rentes, ils se sont retrouvĂ©s chez l’éditeur de logiciel Yseop.

Le courant est trĂšs vite passĂ© entre les deux hommes qui avaient un passĂ© assez similaire (car s’ils ont rĂ©alisĂ© le mĂȘme master dans la mĂȘme universitĂ©, ils ne s’étaient pas rencontrĂ©s l’ayant fait Ă  1 annĂ©e de diffĂ©rence).

Ils ont ainsi travaillĂ© Ă  deux pour se rendre compte qu’ils bossaient bien ensemble. Ils Ă©taient complĂ©mentaires (avec Alexandre qui est le plus rĂ©flĂ©chi et posĂ© des deux & Guillaume qui est plus enthousiaste).

L’idĂ©e de Fleex n’avait pas encore Ă©mergĂ© mais ils avaient cette envie de travailler ensemble sur un projet personnel. Ils ont donc quittĂ© Yseop pour se mettre en quĂȘte d’une idĂ©e.

Et l’idĂ©e a germĂ© suite Ă  une discussion dans un dĂźner oĂč Guillaume s’est retrouvĂ© Ă  discuter avec une personne qui citait un article du Point sur la francophonie qui Ă©touffe l’anglais pour protĂ©ger le français. Ils se sont donc mis Ă  lister toutes les fausses bonnes idĂ©es de leurs parents pour leur apprendre l’anglais.

Comme les envoyer dans un Summer Camp aux Etats-Unis pendant 1 mois oĂč l’on se rend compte que le camp est rempli de français, d’espagnols, d’allemands, mais, aucun vrai amĂ©ricain dans l’entourage proche.

Il y a aussi les Ă©changes en Angleterre oĂč certaines familles le font de maniĂšre industrielle pour gagner de l’argent : mettant les enfants devant la tĂ©lĂ© pour ne pas avoir Ă  s’en occuper.

C’est donc le lendemain sous la douche, que Guillaume a rĂ©flĂ©chi Ă  comment il avait appris l’anglais pour se rendre compte que le dĂ©clic pour lui… ce sont les sĂ©ries.

Il Ă©tait vraiment fan de sĂ©ries qu’il tĂ©lĂ©chargeait le lendemain de leur sortie… alors que personne n’avait eu le temps de rĂ©aliser de sous-titre. Et, Ă  force de les regarder, il a fait des associations dans son esprit et il a progressĂ© en anglais rapidement.

C’est en pensant Ă  cela qu’il a dĂ©cidĂ© qu’il y avait probablement un moyen de crĂ©er un outil qui simplifierait l’apprentissage des langues grĂące aux vidĂ©o.

Carte d’identitĂ©

Nom : Fleex

Date de lancement : Juin 2012

Lieu des bureaux : Incubateur Télécom, 13Úme

Nombre d’employĂ©s : 2 

ModĂšle Ă©conomique : Fleex est sur le modĂšle freemium avec des fonctionnalitĂ©s Ă©ducatives supplĂ©mentaires dans la version Premium Ă  9€/mois.

Ils rĂ©flĂ©chissent actuellement Ă  proposer une version pensĂ©e pour une distribution en Ă©cole, oĂč les professeurs d’anglais pourraient bĂ©nĂ©ficier des fonctionnalitĂ©s du Premium pour toute la classe avec possibilitĂ© d’avoir des statistiques sur ses Ă©tudiants.

Fleex est actuellement en train de rĂ©aliser une levĂ©e de fonds (qui va notamment lui permettre d’embaucher un directeur commercial).

Anecdotes : 

  • Une personne a envoyĂ© un email Ă  l’équipe de Fleex en expliquant qu’elle Ă©tait Ă  Toulouse et qu’elle serait trĂšs intĂ©ressĂ©e pour utiliser cette solution dans son Ă©cole.  Ils se sont imaginĂ©s ĂȘtre en contact avec un responsable de l’école et ont donc demandĂ© plus de prĂ©cisions sur ce qu’elle souhaite mettre en place. C’est lĂ  qu’ils ont compris ĂȘtre en contact avec un Ă©lĂšve qui Ă©tait déçu de la mĂ©thode d’apprentissage de l’anglais dans son Ă©cole et qui souhaitait convaincre les responsables du dĂ©partement des langues d’utiliser Fleex.
  • Le nom de la start-up est souvent la premiĂšre leçon de Fleex. En effet, de nombreuses personnes en France prononcent «flex» alors qu’en anglais, e+e = i. C’est une explication que la start-up a dĂ» donner des centaines de fois.

Points forts :

  • Une mĂ©thode innovante et sĂ©duisante pour apprendre l’anglais
  • Le nombre important de niveaux de difficultĂ© pour s’adapter aux mieux

BizSparkLa start-up Fleex fait partie du programme Microsoft BizSpark.
Soumettez votre startup  ici : http://www.bizspark.fr

Trier par :   Plus rĂ©cents | Plus anciens | Les plus votĂ©s
Invité
4 avril 2013 11:39

Concept trÚs intéressant ! Enfin une bonne idée pour permettre aux Français de se mettre pour de bon aux langues étrangÚres :)

Invité
4 avril 2013 11:39

TrĂšs similaire Ă  English Attack on dirait…
http://www.youtube.com/watch?v=GZUB8xGhyiw

Invité
4 avril 2013 11:43

L’idĂ©e est trĂšs intĂ©ressante.
J’ai des amis nĂ©erlandais qui n’ont pas de problĂšme pour Ă©changer en français ou en anglais dĂšs lors qu’ils voyagent et pour cause : peu de monde parle le nĂ©erlandais sorti des pays-bas.
Ils m’ont toujours dis qu’ils ne comprenaient pas que la majoritĂ© des films projetĂ©s en France soient doublĂ©s ou sous-titrĂ©s dans notre langue. Chez eux les productions cinĂ©matographiques sont rarement doublĂ©es et quand elles sont sous-titrĂ©es c’est souvent dans la langue d’origine. Sans doute le meilleur moyen de progresser sur l’apprentissage d’une langue.

Invité
4 avril 2013 11:45

Super initiative je trouve !
Je sais pas si ça existait avant, mais c’est une façon d’apprendre une langue de maniĂšre agrĂ©able et utile. Autant aprĂšs vous pourrez regarder vos sĂ©ries en vo.
Et 9 euros/mois ça va ça reste correcte, je m’imaginais Ă  un peu plus.

Invité
Alex34
4 avril 2013 12:06

L’outil n’est pas mauvais, mais reste trĂšs pauvre et n’apporte aucune nouveautĂ©… la solution qui permet de regarder des videos avec ou sans sous-titres existe depuis des annĂ©es dans 90% des solutions elearning des prestataires de langues, sauf que eux proposent l’ensemble des outils et pas seulement 1 brique comme Fleex. C’est comme mĂȘme Ă©trange de baser un business model sur le fait que les gens vont payer pour des videos en accĂšs gratuit sur YouTube :) Soit vous voulez vraiment amĂ©liorer votre anglais et dans ce cas pour 9€/mois vous avez une vrai solution elearning en anglais, soit vous… Lire la suite »

Invité

C’est sympa de voir de nouvelles start-up se crĂ©er, surtout en pleine crise que rencontre notre cher et tendre pays. D’ailleurs, nous autres francais, sommes plutĂŽt mauvais en matiĂšre de langues Ă©trangĂšres, cette start up est la bienvenue !!

En tout cas nous pouvons saluer le concept qui est fort intéressant je trouve.

Invité
4 avril 2013 15:04

TrĂšs bonne idĂ©e mais je me limiterais aux sous titres anglais. Les sous titres français n’ont Ă  mon avis aucun intĂ©ret et ne font pas du tout progresser car le spectateur ne fait que lire les sous titres sans Ă©couter le texte…

Invité
Dorie
4 avril 2013 17:55

Sinon il y a aussi my4n-news.com avec des vidĂ©os, articles, audios journalistiques …et des quiz

Invité
5 avril 2013 9:46

Ce n’est pas mal comme idĂ©e, ça Ă©vite de mettre en pause la vidĂ©o, aller sur une page web, chercher un dictionnaire « fiable », taper le mot et chercher qu’elle dĂ©finition s’approche du contexte et est tout le problĂšme est lĂ !
oui sur Youtube il y a du sous-titrage mais pas garanti, c’est comme Google translate, la plupart du temps il te donne une fausse traduction surtout pour les expressions.

Invité
5 avril 2013 18:14

Ce site est exceptionnel ! bien pensĂ©, intuitif, agrĂ©able ! un Ă©norme bravo aux concepteurs ! j’ai fait un article sur mon blog dĂšs que je l’ai dĂ©couvert http://www.altilab.com/587-Le_.....?idActu=80 . A faire tourner ! ils le mĂ©ritent !

wpDiscuz
Lire les articles précédents :
Alcatel One Touch espĂšre s’envoler pour les US en s’associant Ă  Iron Man

Alcatel One Touch, une marque chinoise, espĂšre conquĂ©rir les États-Unis avec ses mobiles et compte sur l'aide d'« Iron Man » pour...

Fermer