[La Start-Up française de la Semaine] : Giving Corner

Giving Corner est une plateforme collaborative qui permet à une entreprise de motiver ses employés à réaliser des actions, qui seront ensuite converties en aide caritative.

Chaque jeudi à 11h, une nouvelle start-up française vous sera présentée dans le cadre du concours Start-Up Presse-Citron 2013.

ThÚme du mois de Mars : plateforme & consommation collaborative.

 

Que fait Giving Corner ?

Giving Corner est une plateforme collaborative qui permet à une entreprise de motiver ses employés à réaliser des actions, qui seront ensuite converties en aide caritative.

Plus concrĂštement, un employĂ© aura une liste d’actions (telles que : rĂ©duire le nombre d’impressions, participer Ă  un Ă©vĂ©nement d’entreprise, rĂ©pondre Ă  une enquĂȘte, remplir ses feuilles d’heures, etc.) avec un nombre de points Ă  gagner en les rĂ©alisant.

L’employĂ© pourra ensuite choisir d’utiliser les points gagnĂ©s dans l’action de son choix (que ce soit planter un arbre au BrĂ©sil, offrir un kit scolaire Ă  un enfant Ă  Madagascar, offrir un repas Ă  un SDF en France ou de nombreuses autres).

L’entreprise peut ainsi valoriser la rĂ©alisation d’actions autrefois rĂ©barbatives, en associant ses employĂ©s Ă  une politique de mĂ©cĂ©nat.

La start-up utilise la gamification pour motiver les utilisateurs (avec un classement des meilleurs contributeurs) et fait la promotion de sa plateforme  comme Ă©tant Ă  mĂȘme d’amener une cohĂ©sion dans les Ă©quipes avec un partage de valeurs dans l’entreprise.

Qui est derriĂšre Giving Corner ?

Giving Corner a été créé par François Bracq et Timothy Lovelock.

François est un ingénieur télécom de formation. Il a fondé sa premiÚre start-up à 25 ans pour venir développer des réseaux mobiles dans les pays émergents. AprÚs avoir passé sept années, notamment en Amérique centrale et en Asie, il est revenu se poser en France avec sa famille.

Il dĂ©cida de rĂ©aliser un MBA Ă  l’INSEAD oĂč il rencontra Timothy Lovelock.

Tim, quant à lui, est un anglo-américain qui a étudié à Yale avant de travailler avec pas mal de start-ups.

Avec un pĂšre professeur de marketing Ă  Harvard et une mĂšre directrice financiĂšre de nombreuses associations caritatives, il a baignĂ© dans un monde Ă  cheval entre le business et l’associatif.

François et Timothy sont tous deux partis faire du consulting chez Bain & Company à leur sortie de l’INSEAD.

C’est d’ailleurs chez Bain & Co que l’idĂ©e de Giving Corner prendra naissance. En effet, dans ce cabinet de conseil en stratĂ©gie, ils Ă©taient amenĂ©s Ă  contacter des experts par tĂ©lĂ©phone pour recueillir des informations de marchĂ©. Il Ă©tait difficile de les faire rĂ©pondre Ă  leurs questions et François commença Ă  penser Ă  un moyen de les rĂ©munĂ©rer.

La rĂ©munĂ©ration pure et simple Ă©tait impossible… mais il pressenti qu’il y avait moyen de motiver certaines personnes en offrant une rĂ©compense sociale : que ce soit offrir un repas Ă  un SDF ou planter un arbre en son nom.
Et alors que l’idĂ©e commençait Ă  prendre racine dans l’esprit de François et Tim, ils se rendirent compte que Bain & Co avait des activitĂ©s de mĂ©cĂ©nat, mais que trĂšs peu d’employĂ©s Ă©taient au courant et qu’il Ă©tait difficile (voir impossible) d’y participer.

François s’était jurĂ© de retourner dans l’entrepreneuriat… mais seulement si cela avait du sens… si cela lui permettait d’apporter un impact sociĂ©tal ou environnemental.

Ils imaginĂšrent donc un systĂšme vertueux qui permettrait aux entreprises d’impliquer leurs employĂ©s dans des actions caritatives concrĂštes, tout en trouvant un moyen de motiver les salariĂ©s Ă  rĂ©aliser des actions parfois dĂ©laissĂ©es.

François et Timothy avaient cette intuition qu’il fallait rapprocher le monde du business du monde associatif.

Carte d’identitĂ©

Nom : Giving Corner

Date de lancement : Octobre 2011

Lieu des bureaux : PĂ©piniĂšre 27, dans le 11Ăšme

Nombre d’employĂ©s : 6

ModĂšle Ă©conomique : Giving Corner ne touche absolument pas au budget mĂ©cĂ©nat. En effet, la monĂ©tisation se fait au travers de la vente de la plateforme en mode SaaS aux entreprises. Cela va comprendre des frais de mise en place et de customisation, ainsi qu’un abonnement.

Anecdotes : 

  • A leurs dĂ©buts, Giving Corner partageait des bureaux avec covoiturage.fr. Ils ont trĂšs vite vu que les gens de chez covoiturage venaient entasser leurs cartons et plastiques juste Ă  cĂŽtĂ© de leurs bureaux. Cela a continuĂ© jusqu’au jour oĂč ils ont compris qu’une partie des Ă©quipes de covoiturage avait mal compris l’activitĂ© de Giving Corner et avait traduit le nom de maniĂšre littĂ©rale : «le coin oĂč l’on donne».
  • François nous raconte que : «Lorsque nous avons lancĂ© la version alpha de notre premiĂšre plateforme collaborative auprĂšs d’une communautĂ© restreinte, on a Ă©tĂ© trĂšs Ă©tonnĂ©s de voir que les personnes ne donnaient pas leurs points Ă  des projets solidaires mais passaient  leurs temps Ă  regarder les profils des autres personnes et Ă  suivre les actus de nos partenaires associatifs. S’en est suivi un long brainstorming afin d’interprĂ©ter ces comportements : les projets ne plaisent pas, les gens Ă©conomisent leurs points, la visibilitĂ© du don ne marche pas en France, l’ergonomie n’est pas adĂ©quate
 Jusqu’au moment oĂč l’on a vu que le bouton «Donner» ne marchait plus »

 

Points forts :

  • Un produit innovant qui sert une vraie cause noble
  • L’entreprise est gagnante (et notamment en boostant la productivitĂ© sur des tĂąches dĂ©laissĂ©es ou en insufflant des valeurs et une cohĂ©sion)
  • L’employĂ© est gagnant (puisqu’il donne un sens supplĂ©mentaire Ă  son travail)
  • Les associations sont gagnantes

 

Trier par :   Plus rĂ©cents | Plus anciens | Les plus votĂ©s
Invité
14 mars 2013 11:45

l’idĂ©e est vraiment originale. Il fallait y penser. Bravo Ă  Giving Corner.

Membre
tatsu
14 mars 2013 11:48

« avec un classement des meilleurs contributeurs » Ou pour amener un esprit de compĂ©titivitĂ© et de jalousie pas forcĂ©ment bon dans les Ă©quipes…

Invité
14 mars 2013 14:41

Bizarre que l’on ne voit pas la Trisourien by Automatic…

Invité

@Valentin: Merci pour ton article qui résume trÚs bien le concept de Giving Corner :)

@Actualité SEO: Merci pour le compliment !

@tatsu: L’idĂ©e de ce top Ă©quipe/top contributeur est de crĂ©er une Ă©mulation qui profite Ă  tous. Chaque salariĂ© peut crĂ©er lui mĂȘme de nouveaux dĂ©fis ce qui permet ainsi d’amĂ©liorer la cohĂ©sion des employĂ©s qui se mobilisent ensemble pour la bonne cause. Par ailleurs, il ne s’agit pas de jeter la pierre sur ceux qui ont le moins de point mais valoriser celles et ceux qui ont permis de rĂ©aliser le plus de bonnes actions.

Invité
14 mars 2013 17:19

Concept trÚs intéressant, mais quel est leur modÚle économique ?

Invité
14 mars 2013 21:37

Ah enfin une initiative au concept gĂ©nial! C’est gĂ©nial!

Invité

@Be-manager: Merci ! Concernant notre business model, il est dĂ©crit dans l’article « …la monĂ©tisation se fait au travers de la vente de la plateforme en mode SaaS aux entreprises. Cela va comprendre des frais de mise en place et de customisation, ainsi qu’un abonnement. »

@Jordane: Sympa ! Nous avons un compte Twitter (@givingcorner) et une page facebook (https://www.facebook.com/givingcorner) si vous souhaitez suivre notre actualité :)

Invité
15 mars 2013 1:40

Vraiment excellent ce concept ! Bravo aux fondateurs, je sens que ce genre de service va faire un carton Ă  l’international ! Encore bravo :)

Invité
15 mars 2013 13:38

J’adore ! Je trouve l’idĂ©e gĂ©nial. Associer les actions de tous les jours au bureau avec l’humanitaire est une formidable idĂ©e. Je vais suivre l’Ă©volution de cette startup de prĂšs.

Invité
18 mars 2013 10:35

Belle prĂ©sentation d’une entreprise prometteuse… Connaissez vous Koom qui propose quelque chose de similaire mais pour le grand public ? Chacun s’engage et on en voit l’impact au niveau du pays, ou juste de sa ville grĂące Ă  la gĂ©olocalisation.

wpDiscuz
Lire les articles précédents :
veronicamars
Veronica Mars : le film crowdfundé en temps record sur Kickstarter

Veronica Mars est une série américaine qui a été diffusée entre 2004 et 2006. Un film est aujourd'hui en projet...

Fermer