Chaque jeudi à 11h, une nouvelle start-up française vous sera présentée dans le cadre du concours Start-Up Presse-Citron 2013. Thème du mois de Septembre : La gestion de documents physiques & numériques   Que fait HistoGraphe ? Histographe rassemble et organise des documents historiques apportés par sa communauté. Le service peut à la fois servir

Chaque jeudi à 11h, une nouvelle start-up française vous sera présentée dans le cadre du concours Start-Up Presse-Citron 2013.

Thème du mois de Septembre : La gestion de documents physiques & numériques

 

Que fait HistoGraphe ?

Histographe rassemble et organise des documents historiques apportés par sa communauté. Le service peut à la fois servir de base de données historiques et de réseau social permettant de voyager dans le temps.

Plus concrètement, Histographe s’intéresse à la petite et à la grande Histoire et tisse un lien entre les deux. Vous avez une lettre d’un arrière-grand-père qui raconte ses journées dans les tranchées ? Ajoutez la sur le service qui la classera dans «1ère guerre mondiale» aux côtés de dizaines d’autres documents. Vous pouvez ainsi revivre la grande Histoire, au travers des petits témoignages et preuves du passé de la petite histoire.

histographe [La Start Up française de la Semaine] : HistoGraphe

Qui est derrière HistoGraphe ?

Le bureau d’Histographe se trouve dans les locaux de l’incubateur Arts & Métiers de ParisTech. Et lorsque Pierre-Olivier Fleckenstein m’accueille, c’est pour me conduire dans les combles du grand bâtiment, plus précisément dans un ancien pigeonnier. Haut de plafond, nombreuses poutres apparentes, et des livres… beaucoup de livres contenant les trésors de Pierre-Olivier. Car le jeune homme a une maladie : la collectionnite, qui se manifeste par les symptômes suivants : une fièvre compulsive pour la collection d’anciens documents et la participation maladive à de trop nombreux vides greniers.

incubateurs artsetmetiers [La Start Up française de la Semaine] : HistoGraphe

Son plus vieux souvenir ? La découverte à l’âge de 10 ans d’un journal du 8 Mai 1945 dans la commode de sa grand-mère, souvenir de son arrière-grand-père. Ce document trône maintenant chez Pierre-Olivier après l’avoir restauré et mis sous verre.

Autant qu’il se souvienne, il a toujours été attiré par les preuves du passé… et davantage par les éléments de la petite plutôt que de la grande Histoire.

Mais comme Rome, Histographe ne s’est pas fait en un jour.

Pierre-Olivier faisait de la généalogie quand il s’est retrouvé bloqué sur l’un de ses ancêtres. Un certain Monsieur Baron sur Bordeaux dont il n’avait pas l’acte de naissance. Il enregistra donc une recherche automatique «Baron Bordeaux» sur eBay pour être alerté au cas où un document serait déposé  un jour avec ce nom. Il s’attendait à ce que cela prenne 10 ans, mais en moins de 10 jours il recevait une alerte.

La lettre était présentée fermée, impossible de savoir s’il s’agissait de son ancêtre. Peu sûr, il perdit l’enchère. Mais pris de regret, il contacta la personne l’ayant remportée pour lui racheter. Au final, quand il déplia le document, Monsieur Baron racontait sa vie confirmant sa filiation avec Pierre-Olivier.

Un mini-eureka eut lieu : Pierre-Olivier comprit qu’il manquait un outil sur internet qui permettrait de rassembler la petite et la grande histoire.

Il entra à Arts & Métiers, choisit de faire sa troisième année en «Création d’entreprise» et se consacra à Histographe. A la fin de son année, l’incubateur Arts & Métiers lui offrait de l’accueillir dans le fameux pigeonnier à start-up.

Et nous voilà de retour au présent, devant cet OVNI, à la fois site d’histoire, base de données et réseau social.

HistoGraphe.com   le premier réseau social de contenus historiques. [La Start Up française de la Semaine] : HistoGraphe

Carte d’identité

Nom : HistoGraphe

Date de lancement : Avril 2012

Lieu des bureaux : Arts & Métiers. Paris, 13ème

Nombre d’employés : 1, le fondateur Pierre-Olivier Fleckenstein

Modèle économique : Histographe fonctionne avec un système de crédits. En effet, la consultation de documents en haute qualité (permettant la lecture du texte, etc.) et sans la présence d’un tatouage numérique (watermark) est possible à condition d’utiliser des crédits. Vous pouvez les acheter «à l’unité» ou prendre un abonnement premium (5€/mois), qui offre également des fonctionnalités supplémentaires comme l’enregistrement de requêtes et le fait de pouvoir rechercher dans les transcriptions (en full-text).

A savoir que si vous utilisez un crédit, la personne qui a déposé le document va gagner un crédit. Vous pouvez ainsi gagner des crédits en déposant des documents sur Histographe.

Mais Pierre-Olivier a également de nombreuses autres idées pour utiliser les milliers de documents disponibles, comme l’édition de livres thématiques.

Sa volonté est aussi de vous offrir des guides de voyage (sous la forme d’applications iPhone par exemple) qui viendraient vous faire découvrir une ville ou un quartier d’après les documents d’archives présents sur Histographe, permettant grâce à la géolocalisation de vous proposer de regarder une carte postale datant de 1920 montrant la devanture du magasin devant lequel vous vous trouvez. Une sorte de tourisme historique.

 

Anecdotes :

  • En février 2011, le projet s’appelait HistoBook (pour le rapport aux livres d’histoire). Pierre-Olivier déposa le nom à l’INPI et reçut peu de temps après une lettre officielle venant des avocats de Facebook. Le réseau social voulait lui signifier qu’il ne pouvait pas utiliser le terme «book» dans le cadre d’un réseau social. Comme pour tout document de la grande, comme de la petite histoire, Pierre-Olivier garde la lettre précieusement dans ses cartons.
  • Un service comme Histographe fourmille d’anecdotes croustillantes. En effet, vous pouvez trouver sur le site une carte postale qu’un utilisateur avait reçue de sa tante qui était sur le Titanic (envoyée pendant l’escale Irlandaise). L’arrière a été également scanné permettant de lire les mots tendres envoyés peu de temps avant le naufrage. Mais l’histoire finit «bien» puisque la tante en question a été l’une des seules survivantes françaises.
titanic histographe [La Start Up française de la Semaine] : HistoGraphe

Ou bien la lettre d’un soldat américain qui a écrit une carte postale sur la barge de débarquement à la veille du 6 Juin 1944.

Au final, il n’est pas rare que des gens déposent un document, une publicité pour une ancienne boutique par exemple, et que les arrières-petits-enfants la découvrent et viennent commenter pour ajouter de l’information sur le contexte du document.

 

Points forts :

  • Un concept unique
  • Une vraie utilité & un vrai plaisir à découvrir les milliers de documents
  • De nombreuses utilisations intelligentes de la base de données à l’étude

 

Points faibles :

  • Un service encore fragile, générant peu de revenus et demandant énormément de travail