[La Start-Up française de la Semaine] : Meludia

Meludia est la « Start-up française de la semaine » dans le cadre de notre concours Start-Up Presse-Citron. Le mois de Janvier est consacré à la thématique « Musique ».

startup pressecitron1 [La Start Up française de la Semaine] : Meludia

Que fait Meludia ?

Meludia est un programme d’apprentissage accéléré de la musique à travers les sensations et les émotions, sans instruments ni théorie. C’est un jeu qui permet d’écouter et de reconnaître des notions musicales, avant d’enseigner leur fondement analytique.

Plus concrètement, Meludia est un jeu qui va vous tester sur des points aussi variés que le rythme, la densité, la spatialisation, la couleur des notes, etc. Ainsi, l’utilisateur va progressivement entraîner son oreille en écoutant un son, et en choisissant parmi les propositions données. Avec sa difficulté progressive et son aspect ludique, il permet à n’importe qui d’améliorer son oreille musicale simplement.

meludia [La Start Up française de la Semaine] : Meludia

Qui est derrière Meludia ?

Fondateurs :
  • Vincent Chaintrier, 50 ans
  • Bastien Sannac, 29 ans
  • Paul-Arthur Patarin, 27 ans
  • James Galt, 28 ans
Genèse :

Issu d’une famille d’artiste, Vincent Chaintrier a baigné dans le monde de la musique dès son plus jeune âge. Rien de surprenant à le retrouver ensuite dans de grandes formations jazz en tant que compositeur et interprète. Il s’est souvent posé la question de la meilleure forme de pédagogie pour la musique, rencontrant de nombreuses personnes bloquées par celle généralement dispensée. Comment les débloquer ? Comment leur redonner du plaisir dans leur art ?

Vincent a mis au point une méthode basée sur l’émotion, sur le travail de l’oreille musicale, qui a aidé plus de 3000 musiciens.

De son côté, Bastien Sannac a commencé la musique très tôt. A 3 ans il est devant un piano et il est considéré comme un petit génie de la musique. Il subit donc beaucoup de pression et ne ressent que très peu de plaisir à jouer. Il arrête la musique à l’âge de 10 ans. Il se dirige donc vers une carrière dans le consulting. La musique est pourtant restée dans son ADN et il commence une vie de consultant le jour, et de musicien la nuit. Il fera des concerts au Trabendo, à la Boule Noire, etc.

Pour progresser dans ses compositions, on lui conseillera d’aller voir Vincent. Celui-ci lui dit, « on va oublier les compositions pour le moment et nous allons travailler l’oreille ». Le monde de Bastien explose à tous les niveaux : il préfère les compositions qu’il réalisera ensuite, il prend plus de plaisir à jouer. Il expliquera à son professeur : « ton truc, c’est monumental ! Il faut faire en sorte que le monde entier puisse l’utiliser. »

Il quitte alors sa boîte pour travailler 1 an et demi sur fonds propres pour mettre en place une verion Alpha en Novembre 2012. Ils ont immédiatement une validation de l’intérêt pour un tel outil.

C’est là que Bastien arrive à convaincre Paul-Arthur Patarin, un ami assoiffé de connaissances et drivé par ses passions. Il testera la plateforme pendant 4 heures avant de redécouvrir le lendemain les musiques qu’il pensait connaître, avec un tout nouveau niveau de perception.

Dernier membre du quatuor, James, un ingénieur du son/hacker/enfant précoce qui est notamment passé chez Apple en tant que créatif. Il a rejoint l’aventure en délivrant en 2 semaines, ce qu’aucun prestataire n’avait pu délivrer en 2 mois (alors qu’il avait encore son boulot à temps plein à côté).

L’aventure pouvait commencer avec le lancement de la bêta en décembre dernier.

meludia musique [La Start Up française de la Semaine] : Meludia

Principal défi aujourd’hui

Gérer l’importante croissance à laquelle il se prépare.

Entrepreneurs qui les ont inspiré

Steve Jobs qui faisait confiance au génie humain, pour sa prise de risque, sa rigueur et sa créativité. Pour expliquer leur choix, ils citent cette anecdote sur le design de l’Apple II. Steve Jobs avait appelé le plus grand designer de l’époque qui avait accepté de travailler pour lui à 2 conditions : Apple allait devoir le payer à l’avance de 500.000€, et il n’y aurait qu’un essai… il n’apporterait aucune correction a posteriori. Steve Jobs a alors accepté de payer un montant qui constituait 1/6ème de tout le cash que la société possédait à l’époque, sans avoir l’assurance du résultat.

Carte d’identité

Nom : Meludia

Lieu des bureaux : Au 104, dans le 19ème arrondissement de Paris

Taille de l’équipe : 13

Levée de fonds : En founders & angel money.

Modèle économique : un premier modèle BtoB pour les institutions d’apprentissage de la musique (éducation générale, université, musicothérapie, etc.) et un BtoC en freemium (avec un abonnement qui permet à chacun de tester l’évolution de son oreille musicale).

Développement d’une application mobile pour courant 2014.

Anecdotes : - Ils étaient en train de faire tester l’application à des lycéens de 15-16 ans. Un petit jeune est arrivé immédiatement avec l’affirmation suivante : « la musique, ce n’est pas pour moi ». Après 20 minutes à tester la plateforme, il ne voulait plus partir. Son groupe était déjà parti et il restait là. Et quand Bastien lui a dit qu’il fallait vraiment y aller maintenant, que d’autres élèves arrivaient, le jeune lui a répondu :

« Non mais ton jeu, je vais rentrer chez moi et je vais le défoncer ».

- En Octobre dernier, ils vont chez ce qui allait devenir leur premier business angel pour prendre l’apéritif et réaliser le « closing round » (là où tout se décide). L’homme les met face à ses 3 enfants (environ 10, 18 et 20 ans) en disant : « vous m’avez dit que votre produit était bon, prouvez-le moi ».

Une heure après, ils regardent pas la fenêtre et voient les 3 enfants captivés par la plateforme. Le business angel leur confiera qu’en 10 ans, il ne les avait jamais vu aussi calmes, aussi focalisés sur une activité sans se taper dessus. Le plus grand (qui fait de la guitare en autodidacte) est finalement parti pour aller chercher sa guitare. La start-up qui souhaitait prouver que sa plateforme pouvait donner envie de faire de la musique, venait de convaincre cet investisseur.


Meludia en 6 dates :

1970 : le petit Vincent s’est rendu compte très tôt d’un problème dans l’éducation musicale

19 Août 2010 : Premier cours de Bastien chez Vincent

6 Juin 2012 : Création de la société

30 Octobre 2012 : Lancement d’une version Alpha (testée par 300 musiciens, professeurs de musique, etc.)

1er Décembre 2013 : Sortie de la version Bêta

2018 : Grâce à Meludia, il y a 5 fois plus de musiciens dans le monde


Actuellement : à la recherche de contacts avec toutes personnes qui travaillent dans le domaine de l’éducation musicale (musiciens, ingénieurs du son, professeurs, enseignants, directeurs d’école, etc.) toutes les personne qui s’intéressent à la musicothérapie (la musique appliquée à la santé), à la pédagogie alternative, mais aussi aux associations culturelles de promotion de la musique.  Egalement en phase de recrutement de webmarketers fous de musique, pour déployer le produit à l’échelle internationale.

 

Contact : contact@meludia.com


bizspark [La Start Up française de la Semaine] : MeludiaLe concours Start-Up Presse-Citron est présenté en partenariat avec Microsoft Bizspark.

3 commentaires

  1. C super j’ai déjà fini les ascendant et , et , et les autres la ceux qui monte , bref sa vaut le coût d’essayer c assez drôle ;)

  2. Très belle initiative ! je suis un peu comme cette lycéenne qui croit que la musique n’est pas pour elle. Jouer pour comprendre les mécanismes de la musique est une formidable prouesse créatrice.
    Le choix de la start up de la semaine est bien mérité.

Lire les articles précédents :
Windows 8.1 : les applications Metro bientôt en vadrouille dans l’interface bureau

La future mise à jour de Windows 8.1 pourrait se traduire par une intégration des icônes d'applications de l'interface Modern...

Fermer