Webshell aide les développeurs à intégrer plus facilement et plus rapidement les données du web dans leurs applications.

Chaque jeudi à 11h, une nouvelle start-up française vous sera présentée dans le cadre du concours Start-Up Presse-Citron 2013.

Thème du mois de Février : les données.

Que fait Webshell ?

Webshell aide les développeurs à intégrer plus facilement et plus rapidement les données du web dans leurs applications.

Pour cela, le web service donne aujourd’hui accès à 18 API (dont Google, Twitter, Facebook, Deezer, Spotify, Instagram, YouTube et autres) et va permettre de les combiner pour proposer un nouveau service en quelques lignes de code.

En effet, le cheval de bataille de Webshell, c’est la simplicité puisqu’il propose de réaliser en 5 lignes de codes, ce qui se faisait auparavant en 100.

Et au delà du fait de faciliter la vie des développeurs dans la création de mash-up à base d’API, la start-up souhaite se faire rencontrer fournisseurs de données et développeurs au travers des API.

 webshell [La Start Up française de la Semaine] : Webshell

Qui est derrière Webshell ?

L’histoire de Webshell commence par une utopie.

Thibaud, Arnaud et Médhi voyaient émerger une génération digitale (que certains nomment génération Y) qui avait ses codes et sa culture propre. Cette génération n’avait pourtant pas encore pris sa place dans la société et ils souhaitaient donc mettre en valeur cette «culture numérique».

Cela les amena à réaliser HumankindWall, un monument du web où seront stockées toutes les données qui ont vocation à rester dans l’histoire de l’humanité.

Le projet plaisait… mais ce qui intéressait encore plus les développeurs qui se penchaient sur celui-ci, c’était le fait que HumankindWall intégrait de nombreuses API (Twitter, Google Maps, YouTube, etc.)

Alors quand on posait une question sur ce mausolée 2.0 du web, les gens demandaient surtout : « Comment vous avez fait pour intégrer autant de web services ?».

Les 3 co-fondateurs (qui étaient étudiants à l’école d’ingénieurs en informatique EPITA à l’époque), comprirent que la véritable valeur de ce «monument du web», c’était la technologie derrière et qu’ils avaient tout intérêt à l’ouvrir.

Ils réalisèrent alors un pivot en Septembre 2011 pour lancer Webshell.

Et si Webshell est un service qui simplifie la vie de nombreux développeurs, ils avaient tout intérêt à évangéliser l’intérêt d’utiliser des API. C’est ainsi que l’équipe de Webshell devint l’un des organisateurs les plus prolifiques d’événements autour des données et des API. Entre les Datackaton et les APIdays, Webshell est là pour convaincre grands groupes et petites start-ups de l’importance des API et des business modèles qui vont venir se créer autour.

Après le BtoB ou le BtoC, on nous parle ici de BtoD (Business to Doers : que ce soient développeurs ou designers) et de la position de sur-traitant dans laquelle se trouve l’entreprise qui propose son API.

Webshell espère ainsi être à la pointe d’une nouvelle économie.

D’une utopie à une autre, Webshell s’imagine déjà comme le chaînon manquant qui va permettre très simplement d’interagir et de programmer le web en quelques lignes de commande.

API rocks [La Start Up française de la Semaine] : Webshell

Carte d’identité

Nom : Webshell

Date de lancement : Octobre 2012

Lieu des bureaux : Paris, 2ème

Nombre d’employés : 5

Modèle économique : Webshell est dans une logique premium où l’utilisation de son service est gratuit jusqu’à 200.000 requêtes, mais va ensuite devenir payant au-delà.

D’un autre côté, c’est entièrement gratuit de mettre son API sur Webshell, mais il faut payer un abonnement pour récolter des données analytiques (pour savoir avec quelle autre API est utilisée la sienne, etc.)

Anecdotes :  

  • L’équipe fonctionne avec un système de travail très décalé. En effet, les codeurs  souhaitent rester au maximum concentrés sur leur code et favorisent un travail nocturne. Les codeurs se réveillent donc vers 14h et ils bossent de 15h jusqu’à 8h du matin. D’un autre côté, l’équipe marketing travaille de 8h à 19h. Cela leur laisse donc une plage de communication entre 15h et 19h. Résultat : ils peuvent offrir un support rapide par mail quasiment 24h/24.
  • Webshell avait d’abord commencé par créer leur propre langage de programmation. Leur passage dans le célèbre incubateur le Camping leur a permis de revenir de ce choix. En effet, ils étaient ainsi au contact avec des hackers toute la journée qui leur ont dit : «la techno est géniale, mais plutôt que d’inventer votre propre langage,  pourquoi ne pas profiter de l’ecosystème autour du javascript». C’est ce qu’ils ont fait en reprenant de zéro pour baser leur système sur le javascript.

Points forts :

  • Une technologie efficace qui simplifie la vie des développeurs
  • Participe amplement à l’évangélisation des thématiques API et data en France

Points faibles :

  • Encore très hermétique pour un novice (et les tutoriaux sont pour l’instant en Coming Soon).