[La Start-Up française de la Semaine] : Ze Give

Ze Give est la « Start-up française de la semaine » dans le cadre de notre concours Start-Up Presse-Citron. Le mois d’Octobre est consacré à la thématique « Pour un monde meilleur ».

Que fait Ze Give?

Ze Give souhaite faciliter la collecte de dons sur internet grâce à un petit bouton qu’il est possible d’installer sur tous sites web.

Le bouton existe sous plusieurs formes et notamment le bouton contextuel qu’il est possible d’installer sur un site média. Déjà présent sur Le Parisien ou Rue 89, le contenu de l’article sera analysé pour proposer un bouton adapté au contexte (si l’article parle de la Syrie, le bouton renverra vers l’Urgence humanitaire dans ce pays).

Une variante a également été développée pour les sites de e-commerces qui, comme Priceminister, peuvent permettre à leurs acheteurs de venir arrondir le prix de leur commande pour donner le supplément à une association.

Le donateur pourra ensuite retrouver l’ensemble de ses dons sur un dashboard Ze Give qui lui fournira un reçu fiscal centralisé, ainsi que l’actualité des projets soutenus.

Souvent désigné comme le bouton «Like» du don, la start-up se considère comme bien plus que cela puisqu’il y a une notion d’action derrière et pas seulement de clic  de soutien passif.

Qui est derrière Ze Give ?

Fondateurs :
  • Pierre Janicot (CEO), 31 ans
  • Adrien Salmon (CTO), 31 ans
  • Antoine Vaccaro, 57 ans
Genèse :

Pierre et Adrien sont avant tout des entrepreneurs sociaux, qui ont toujours aimé organiser des événements caritatifs ou musicaux avec des amis.

Adrien est sorti d’une école d’ingénieur pour aller chez Accenture, avant de partir 18 mois autour du monde pour aller d’une initiative sur le handicap mental à une autre.

Quant à lui, Pierre est passé par une école de commerce où il a créé une association nommée Cheer up (contre le cancer) qui est passée de 15 personnes à 400 en l’espace de quelques années.

C’est dans le cadre de cette association qu’il a rencontré Antoine Vaccaro, philantrope depuis 3 décennies et innovateur dans l’âme.

Les 3 hommes avaient donc tous été confrontés à la difficulté de récolter des dons. Rien n’était bien pensé et fluide et la spontanéité du don était bien souvent freinée par ce processus.

Pierre ne voyait tout simplement pas pourquoi il était aussi simple d’acheter le dernier titre d’Alicia Keys (en deux clics sur iTunes) alors qu’il était si difficile de donner de l’argent pour des gens qui sont bien moins fortunés qu’Alicia.

Et si certaines start-ups parlent d’un moment «eureka», le bouton Ze Give est le fruit de très nombeuses idées qui ont convergé vers une solution.

En effet alors qu’il travaillait pour une ONG à réaliser des réunions Tupperware, Pierre a pu entendre de nombreux témoignages de personnes qui n’avaient plus confiance après les scandales qu’il y avait pu avoir autour de certaines ONG. La relation avec les organisations s’avérait souvent opaque, compliquée, et le donneur n’avait ensuite plus aucune nouvelle du projet.

D’où l’idée d’un système simple, qui viendra donner des nouvelles régulières sur les associations qui auront bénéficié du don.

Principal défi aujourd’hui

Le challenge n’est pas techno, ni commercial. Ils doivent évangiliser une nouvelle idée du don, qui doit être possible partout où l’on peut-être.

Pour Pierre, les jeunes ont très bien compris que le bouton Ze Give n’est pas un  simple bouton de don : c’est un bouton pour agir.

Ils doivent convaincre les personnes un peu plus âgées que ce n’est pas un bouton de «générosité». C’est une nouvelle façon de voter avec son argent, de s’engager.

Entrepreneur qui l’a inspiré

Pour Pierre : Steve Jobs, pour avoir mis la priorité sur ce qui compte pour l’utilisateur. Pour la conception produit US.

Carte d’identité

Nom : Ze Give

Lieu des bureaux : Paris, 17ème & New York.

Taille de l’équipe : 11

Levée de fonds : Octobre 2012 : 600.000€ auprès de business angels.

Modèle économique : Ils prennent une petite commission sur le montant du don (avec un maximum de 2,99€). Ils se veulent moins chers que le don classique où il y a notamment des frais pour réaliser le reçu fiscal (qui est de plus souvent envoyé par la poste).

Ze Give met également en place des opérations spéciales avec certaines associations où ils proposent une prestation sur-mesure.

Anecdotes : 

L’équipe de Ze Give considère qu’une start-up est paralysée quand ils ont peur de faire des erreurs. Ainsi, quand un employé de la start-up a fait une connerie, il en parle immédiatement avec les autres qui ouvrent le champagne.

Plutôt que de «gueuler», ils préfèrent décomplexer l’erreur et ouvrir le champagne.


Ze Give en 5 dates : 

Fin 2010 : Pierre & Adrien se rencontrent et partagent immédiatement la même vision  du projet.

2011 : Ils développent leur premier jeu mobile sur la thématique du don. A l’époque, la start-up s’appelait Ze Waow.

2012 : Lancement d’une API de dons

Mai 2012 : Naissance du bouton Ze Give (à destination des e-commerçants)

21 Janvier 2013 : lancement du premier bouton Ze Give pour le grand public

18 Septembre 2013 : le bouton Ze Give universel (le bouton contextuel qui est arrivé sur plusieurs médias)


Actuellement : à la recherche de locaux sympa (200 m2) dans un quartier vivant (où ils seront en contact direct avec les gens). Recrute 3 postes techniques (back-end, front-end) en CDI, des commerciaux, ainsi que des postes aux Etats-Unis (pour postuler)

Contact : avotreservice@zegive.com


Un commentaire

  1. Le concept de cette startup est vraiment très intéressant, car il est vrai qu’aujourd’hui il n’y avait pas vraiment de système de don généralisé sur le net.
    De plus, sa simplicité d’utilisation va permettre à des associations qui n’ont pas forcément de compétences techniques de pouvoir l’installer sur leur site.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Réchauffement climatique : la carte des villes qui seront touchées en premier

Le changement climatique pourrait impacter les vies de millions de personnes dans un délai très court. D'ici dix ans les...

Fermer