La Turquie bloque l’accès au site Wikileaks

Alors que des purges très préoccupantes ont lieu à tous les niveaux de la société, depuis le putsch raté de la semaine dernière, la Turquie censure Wikileaks et plusieurs autres médias.

La Turquie bloque Wikileaks

Il semble que certains piliers de la démocratie soient en danger en Turquie, car depuis plusieurs années le gouvernement en place n’hésite plus à censurer certains sites, comme Facebook, YouTube ou Twitter quand les évènements ne lui sont plus favorables. Le président avait d’ailleurs déclaré il y a peu : « Nous allons éradiquer Twitter. Je me fiche de ce que dit la communauté internationale. Tout le monde va voir la puissance de la République turque ».

Wikileaks censuré en Turquie depuis hier

La censure semble donc être devenue une habitude pour Erdogan qui vient une nouvelle fois d’y avoir recours en bloquant le site Wikileaks. Depuis hier, Wikileaks n’est plus accessible en Turquie, quelques heures après que le site ait publié 300000 e-mails de l’APK, le parti politique du président en place, suite au coup d’État avorté de la semaine dernière.

Un porte-parole du gouvernement turc a justifié ce blocage, en affirmant que les contenus publiés par Wikileaks étaient une «  violation de la vie privée et de la publication d’informations obtenues illégalement ». Les mails en question datent de 2010 au 6 juillet 2016 et concerne les adresses mails commençant par les lettres A à I, il est donc probable que de futures publications massives interviennent rapidement.

Des purges qui commencent à devenir inquiétantes en Turquie

Wikileaks a justifié de son côté la publication de ces 300000 mails qui n’ont normalement aucun lien avec le coup d’État, mais qui sont plutôt une conséquence de ce dernier. En effet, l’organisation de Julian Assange est choquée par la vague de « purges » qui ont actuellement lieu à tous les niveaux de la société (étudiants, professeurs, médias, juges, etc.). Plusieurs médias et chaînes de télévision ont subi le même sort que Wikileaks ces dernières heures.

En 2014, la Turquie avait déjà promulgué une loi destinée à garder le contrôle d’Internet et des informations circulant dans le pays. Une loi estimée très « préoccupante » par beaucoup d’associations et par la communauté internationale, car elle pourrait être le préambule d’une censure plus vaste, mettant en péril la liberté d’expression, la liberté de la presse, la circulation des informations. Cette obsession du gouvernement Turc à vouloir détenir un contrôle absolu de l’information, semble montrer que le gouvernement a des choses à cacher. Plus de 45.000 personnes ont été arrêtées, suspendues ou licenciées depuis le coup d’État raté de la semaine dernière.

Source

Répondre

Lire les articles précédents :
Apple lance une télé-réalité : Planet of the Apps
Planet of the Apps : et voilà qu’Apple se lance dans la télé-réalité maintenant

Aussi étonnant que cela puisse paraître, car on imagine mal que si Steve Jobs était toujours de ce monde que...

Fermer